Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Philosophie et épistémologie

Philosophie cognitive

Jérôme Dokic
p. 486-487

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

Jérôme Dokic, directeur d’études

La représentation située

1Le séminaire de cette année a porté sur la confrontation entre deux modèles de l’esprit développés actuellement en philosophie et dans les sciences cognitives. Selon le modèle de la cognition située, les états et les activités de l’esprit sont « étendus » dans l’environnement physique et social, d’une manière qui est censée « alléger » la charge cognitive. Selon le modèle de la modularité, l’esprit est conçu comme étant structuré, parfois « massivement », en modules et sous-modules, périphériques et/ou centraux. Les deux modèles ne sont pas nécessairement incompatibles, mais leur réconciliation soulève plusieurs problèmes philosophiques que nous nous sommes efforcés de clarifier. La thèse principale que nous avons défendue est que l’externalisation physique et sociale de l’esprit n’est possible qu’à condition d’attribuer davantage de capacités représentationnelles aux agents, dont au moins certaines peuvent être considérées comme modulaires, dans un sens précis et considérablement affaibli par rapport à la définition classique de la modularité initialement proposée par Jerry Fodor.

2Les différentes séances du séminaire ont donc été consacrées, en alternance, au thème de la modularité et à celui de la cognition située. Nous avons abordé plusieurs aspects de la question de la modularité de la perception par rapport aux jugements et autres représentations conceptuelles, mais nous nous sommes également intéressés à la question de la modularité dans la perception, c’est-à-dire des indépendances et interdépendances qui existent entre les modalités sensorielles. Nous avons proposé une analyse du phénomène de la synesthésie, éclairée par un exposé du neuropsychologue Edward Hubbard (Neuroimagerie cognitive, Orsay). Le thème de la cognition située a été abordé sous l’aspect de débats récents en sémantique et en philosophie du langage sur la portée du contextualisme. Nous avons exploré plusieurs voies intermédiaires entre le minimalisme sémantique, selon lequel le sens des expressions (non indexicales) est indépendant du contexte de leur énonciation, et le contextualisme, qui prédit l’existence de phénomènes d’enrichissement libre de l’énoncé et de la pensée. À cet égard, nous avons bénéficié de l’exposé d’Éros Corazza (Université de Carlton à Ottawa), qui a défendu une forme de relativisme sémantique (« situationnallsme ») plus modérée que le relativisme aléthique de John MacFarlane.

Publications

  • « Two ontologies of sound » The Monist, 90, 3, 2007, p. 391-402.
  • « La neutralité métaphysique de la perception », dans Métaphysique contemporaine. Propriétés, mondes possibles et personnes, sous la dir. d’E. Garcia et F. Nef, Paris, Vrin, 2007, p. 343-365.
  • Avec E. Corazza, « Sense and insensitivity », dans Context-sensitivity and semantic minimalism. Essays on semantics and pragmatics, sous la dir. de G. Preyer et G. Peter, Oxford, Oxford University press, 2007, p. 169-193.
  • « Epistemic perspectives on Imagination ». Revue internationale de philosophie, 1, 2008, p. 99-118.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Dokic, « Philosophie cognitive », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 486-487.

Référence électronique

Jérôme Dokic, « Philosophie cognitive », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19448

Haut de page

Auteur

Jérôme Dokic

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals