Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Philosophie et épistémologie

Connaissances de la nature et natures de la connaissance

Bernard Hubert
p. 492-495

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

Bernard Hubert, directeur d’études

Le développement durable et la recherche scientifique : opportunisme ou refondation ?

1Le séminaire porte sur la pertinence de la notion de développement durable du point de vue de la recherche scientifique. Cette notion introduit-elle de nouveaux enjeux, de nouvelles questions qui conduiraient à renouveler certains thèmes, certains objets, voire même certaines pratiques de recherche ? Quels moyens la recherche se donne-t-elle pour intégrer un enchevêtrement de temporalités ? Quelles initiatives les différentes disciplines, en particulier sciences sociales, sciences techniques et sciences de la nature, prennent-elles pour améliorer leurs formes d’intégration et s’approprier scientifiquement les enjeux posés par cette notion ?

2Le développement durable vise à surmonter ce que les oppositions, divisions et séparations peuvent représenter comme menaces de désintégration pour la société humaine ; l’idée d’intégration en est une idée maîtresse. Il a en outre à voir avec l’articulation du local et du planétaire, sans écraser l’un sur l’autre, et avec l’inscription du temps court de l’action ordinaire dans le temps long intergénérationnel, qui est aussi le temps de déploiement de processus biophysiques majeurs (biodiversité, climat, évolution de la fertilité des sols, accumulation de polluants dans les nappes profondes).

3Le noyau dur du développement durable comme question et comme défi tient aux relations entre les processus économiques et les transformations de l’environnement planétaire et des ressources qu’il abrite. Ces relations sont médiatisées d’un côté par la technologie, qui fait le passage entre le monde social et le monde physique, et de l’autre côté par la préoccupation pour l’équité sociale, dont la donne est en partie modifiée par l’émergence de la question environnementale et des nouvelles raretés qu’elle exprime ou qu’elle demande d’instituer. Cette dernière dimension inscrit le développement durable dans le registre des catégories normatives et pas seulement des catégories descriptives ou analytiques.

4La prise en charge intégrée, par la société, des trois dimensions (durabilité écologique, viabilité économique et équité sociale) généralement reconnues au développement durable ne peut pas se passer d’une volonté politique des acteurs individuels et collectifs. Ainsi, le développement durable trouve son espace d’existence intellectuelle dans l’entre-deux, là où la logique de la détermination s’entremêle avec celle de l’intention, entre une vision du développement qui se réalise par une nécessité inscrite au cœur de la réalité même et celle qui procède de l’affirmation d’une volonté politique et d’un projet économique. La chance que s’établisse un développement durable dépend in fine de la capacité des acteurs du développement à discerner les nécessités qui émanent de la réalité économique, sociale et écologique à laquelle ils sont confrontés et à y accrocher leurs projets dans un processus adaptatif qui sait tirer les leçons de l’expérience. Ni volontarisme ni déterminisme, tel est l’espace intellectuel du développement durable.

5Une telle situation a des conséquences méthodologiques pour les chercheurs concernés. Il appartient à ces derniers de s’attacher à combiner deux ordres d’explication différents (par la détermination, par le projet et le choix intentionnel), et cette combinaison n’est envisageable que parce que chacun des ordres recèle en lui-même des trous, des liens qui ne sont pas noués, une incomplétude que les modèles et analyses doivent trouver le moyen de prendre en compte de façon explicite, sans chercher à parvenir à une explication totale dans un seul ordre.

6Ainsi, le séminaire s’est-il, cette année, organisé en trois parties. La première introduit les questions générales liées à la notion de développement durable (histoire du concept et contenu ; conséquences pour la recherche scientifique : articulation des sciences sociales, techniques et de la nature ; la technologie en question : innovation et risques). Une deuxième partie donne des illustrations concrètes dans le domaine de l’agriculture (de la sécurité à la sécurisation alimentaire, analyse de la « crise alimentaire » du printemps 2008) et de l’environnement (biodiversité, gestion des ressources naturelles renouvelables). La dernière porte sur les modes de production et le contenu des connaissances scientifiques (indicateurs pour quoi et comment ? ; renouvellement du dialogue recherche/société/action collective et partenariat : la notion de dispositif). Deux séances ont été consacrées à une discussion à partir de textes lus et commentés par les étudiants. La première porte sur la lecture de deux articles sur la question du développement durable en regard de la recherche issus de l’ouvrage Le développement durable, de l’utopie au concept. De nouveaux chantiers pour la recherche, (Paris, Elsevier, 2001) : celui de M. Jollivet « Le développement durable, notion de recherche et catégorie pour l’action. Canevas pour une problématique hybride » et celui de R. Barbault « La vie, un succès durable ». La seconde a été consacrée à une lecture partagée de l’ensemble des chapitres de l’ouvrage Les marchés de la biodiversité (sous la dir. de C. Aubertin, F. Pinton et V. Boisvert, Paris, IRD Éditions, 2007).

7En outre, le séminaire de recherche « catégories du vivant et dynamique des connaissances » a été poursuivi avec trois séances à Paris et deux à Marseille, avec les interventions suivantes : Monica Castro et Guillaume Ollivier (INRA, Avignon), « Le rôle de la connaissance scientifique dans la production des politiques environnementales : le cas de l’approche par écosystème dans la Convention sur la diversité biologique » ; Cyril Agreil (INRA, Avignon), « Pâturage et conservation des milieux naturels. Comment qualifier les mosaïques de végétation pour rendre compte de leurs fonctionnalités pastorale et écologique ? » ; Florence Burgat (INRA, Paris), « Vie et existence : les enjeux d’une distinction philosophique » ; Émilie Dardenne (Université Rennes-II), « Catégorisation du vivant et discours scientifique victorien sur l’expérimentation animale » ; François Calatayud (INRA, Toulouse), « De l’économie à l’écologie et réciproquement » ; Raphaël Larrère (INRA, Paris), « Au-delà de l’organisme, histoire des catégories de l’écologie » ; Valeria Siniscalchi (SHADYC, Marseille), « De la défense d’une consommation alimentaire à la promotion d’une production “bonne, propre et juste” : le mouvement Slow Food » ; Christine de Sainte Marie (INRA, Avignon), « Fromages d’appellation et qualité écologique des terroirs dans le PNR du Massif des Bauges (Savoies) : quand des naturalistes sortent de leurs réserves ».

Publications

  • Sous la dir. de J. Loyat, avec C. Aubertin, V. Graffin, D. Despreaux, J.-P. Denis, D. Terrasson, Écosystèmes et sociétés : concevoir une recherche pour un développement durable, Paris, Cemagref, Cirad, Ifremer, Inra, IRD, MNHM, 2007, 226 p.
  • Avec C. Aubertin, « Le défi du développement durable : la recherche pour le développement durable doit devenir une recherche pour un développement durable, avec la mise en œuvre de nouvelles questions de recherche et de nouveaux partenariats », La Recherche, Supplément « La recherche pour le développement : un enjeu mondial », 2007, 406, p. 8-10.
  • Avec P. Steyaert, M. S. Barzman, H. Brives, G. Ollivier, J.-P. Billaud, « The role of knowledge and research in facilitating social learning among stakeholders in natural resources management in the French Atlantic coastal wetlands ». Environmental Science and Policy, 2007, n° 10, p. 537-550.
  • « Jouer contre son camp ? Dynamiques écologiques et théorie darwinienne ». Natures Sciences Sociétés, 2008, 16 (1), p. 49-51.
  • Avec J.-P. Billaud, « Pour ne plus avoir d’émeutes de la faim : une troisième frontière agraire à explorer ? » Natures Sciences Sociétés, 2008, 16 (2), p. 109-110.
  • Avec D. Despreaux, « Valeur ajoutée et territoires », dans Écosystèmes et sociétés. Concevoir une recherche pour un développement durable, sous la dir. de J. Loyat, Paris, Cemagref, Cirad, Ifremer, Inra, IRD, MNHN, 2007, p. 83-93.
  • Avec V. Graffia O. Clément et J. Loyat, « Agricultures et biodiversité », dans Écosystèmes et sociétés. Concevoir une recherche pour un développement durable, sous la dir. de J. Loyat, Cemagref, Cirad, Ifremer, Inra, IRD, MNHN, Paris, 2007, p. 141-152.
  • Avec M. Meuret et J. Bonnemaire, « Shepherds, sheep and forest fires : A reconception of Grazingland management », dans Handbook of transdisciplinary research, sous la dir. de G. Hirsch-Hadorn, H. Hoffman-Riem, S. Biber-Klemm, W. Grossenbacher-Mansuy, D. Joye, C. Pohl, U. Wiesmann, E. Zemp, Heidelberg, Springer, 2007, p. 103-126.
  • Avec M. Mormont, « De l’environnement au développement durable. Le rôle des médiateurs », dans Écologisation. Objets et concepts intermédiaires, sous la dir. F. Mélard, Bruxelles, Peter Lang, 2008, p. 51-70.
  • Avec R. Teulier, « Des concepts intermédiaires pour la conception collective. Les situations d’action collective avec acteurs hétérogènes », ibid, p. 163-186.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Hubert, « Connaissances de la nature et natures de la connaissance », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 492-495.

Référence électronique

Bernard Hubert, « Connaissances de la nature et natures de la connaissance », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19455

Haut de page

Auteur

Bernard Hubert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals