Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Philosophie et épistémologie

Histoire de la pensée allemande (XIXe-XXe siècles)

Nicolas Tertulian
p. 498-499

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

Nicolas Tertulian, directeur d’études

Le projet onolotogique et sa critique

1Le séminaire s’est proposé d’effectuer un examen comparatif de plusieurs grandes constructions ontologiques dans la pensée du XXe siècle, en laissant pourtant de côté les ontologies inspirées par la philosophie analytique. On a commencé par faire valoir la proximité entre les ontologies de Nicolai Hartmann et de Georg Lukacs, en esquissant une comparaison avec celle élaborée par Ernst Bloch dans son livre Experimentum mundi. L’accent principal était mis sur le clivage qui sépare la thèse des deux premiers sur la transsubjectivité de l’être et la thèse biochienne d’un « sujet de la nature », donc entre la vocation désanthropomorphisante de la science défendue par Lukacs et l’anthropomorphisme latent du discours ontologique biochien. Ont été évoquées dans ce sens les différences sensibles entre la théorie des catégories de Hartmann et de Lukacs, en particulier le rapport entre téléologie et causalité, et la doctrine biochienne des catégories, inspirée par Eduard von Hartmann et tributaire d’un certain crypto-finalisme.

2Plusieurs séances ont été consacrées à un examen critique de l’« ontologie fondamentale » de Heidegger et de sa pensée de l’Être, sur la toile de fond d’une comparaison avec le réalisme ontologique (ou plutôt le matérialisme ontologique) de Lukacs. Ont été analysées successivement les positions contrastées des deux penseurs sur des questions comme l’autonomie ontologique du monde extérieur, donc leurs approches opposées de l’être-dans-le-monde, sur la définition de l’intentionnalité, sur la transcendance et la liberté, une attention spéciale étant accordée à la critique lukacsienne du concept heideggérien d’être-jeté (Geworfenheit). Le désaveu exprimé par Heidegger à l’égard de l’existence sécurisée et de la pensée sécurisante a été interprété, à la lumière des critiques formulées par Lukacs, comme un prélude à son adhésion au national-socialisme. Un exposé présenté par Pierre Rusch, auteur d’une thèse de doctorat sur l’esthétique de Lukacs achevée et soutenue en 2008, a eu comme sujet le concept du « monde » chez Lukacs, incluant la confrontation avec les thèses formulées par Heidegger. Un autre ancien participant au séminaire, Didier Renault, a reconstruit dans son exposé la pensée épistémologique de Nicolai Hartmann, en soulignant sa finalité éminemment ontologique. Claudius Vallée, qui prépare une thèse sur l’ontologie de l’être social de Lukacs, a consacré son intervention à une comparaison entre les positions de Roy Bashkar et celles de Lukacs, tandis que Jacques Leclercr, prosateur, auteur de plusieurs romans et recueils de nouvelles, a choisi un essai publié en 1938 par Lukacs sous le titre « Marx et la décadence idéologique » pour analyser la signification du concept de « décadence » dans les écrits de l’esthéticien hongrois. Philippe Ivernel, maître de conférences émérite de l’Université Paris-VIII, a présenté un exposé sur les rapports entre le mouvement expressionniste allemand et certains concepts formulés par Heidegger dans Être et Temps. Les questions de l’aliénation et de la réification, considérées comme des grands motifs communs à la pensée de Heidegger et à celle de Lukacs, ont été abordées par le directeur d’études à la lumière de recherches récentes.

Publications

  • Georg Lukacs, Etapas de seu pensamento estetico, Sâo Paulo, editora UNESP, 2008, 301 p.
  • « Aliénation et désaliénation : une confrontation Lukacs-Heidegger », Actuel Marx, N° 39, premier semestre 2006, Nouvelles aliénations, p. 29-54.
  • « Heidegger entre philosophie et histoire contemporaine », Cahiers Philosophiques, n° 111, octobre 2007, p. 9-14.
  • « Le concept d’idéologie dans l’« Ontologie » de Lukacs », Actuel Marx, n° 44, deuxième semestre 2008, p. 118-128.
  • « L’ontologie chez Heidegger et chez Lukacs. Phénoménologie et dialectique », Les Temps Modernes, numéro sur « Heidegger. Qu’appelle-t-on le Lieu ? », n” 650, juillet-octobre 2008, p. 270-289.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Tertulian, « Histoire de la pensée allemande (XIXe-XXe siècles) », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 498-499.

Référence électronique

Nicolas Tertulian, « Histoire de la pensée allemande (XIXe-XXe siècles) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19458

Haut de page

Auteur

Nicolas Tertulian

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals