Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Signes, formes, représentations

Esthétique et morphologie

Danièle Cohn
p. 504-505

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Danièle Cohn, professeur agrégée

Réalité, forme, vérité, 2

1Le séminaire a été consacré à l’analyse des articulations de l’esthétique et de la philosophie morale et aux conséquences qu’il faut en tirer quant à l’esthétique elle-même. Des auteurs comme Nussbaum, Murdoch, Diamond, ou Cavell mettent en avant que la lecture des romans, le spectacle de nombre de films contribuent à la formation des individus. Le séminaire s’est appliqué à montrer l’ancrage historique – souvent méconnu par les auteurs eux-mêmes – de ce type de réflexions dans ce que les Lumières appelaient précisément « l’éducation esthétique ». Les formulations de Diderot, Rousseau, Lessing, Schiller, ont été réexaminées et réévaluées. L’hypothèse a été mise en place qu’il vaut la peine de prendre au sérieux la prescription faite aux arts de produire des œuvres qui soient des « traités de morale en action », pour citer Diderot. Il s’agirait en effet moins de vouloir moraliser les arts et de les soumettre ainsi à une hétéronomie que de formuler l’engagement constitutif de l’activité artistique dans la société, sa participation à la consolidation de ce que l’on appelle aujourd’hui le lien social. Quelle place ont l’émotion, sa fabrication et ses effets dans l’activité artistique comme dans la relation esthétique ? Apprend-on à devenir sensible, peut-on mimer la sensibilité ? Le Paradoxe sur le Comédien de Diderot, la quatrième Promenade des Rêveries de Rousseau, la musique de Gluck ont été pris pour exemple, aux côtés des images de douleur que propagent les Sacri Monti du Piémont, comme les photos reportages des conflits d’aujourd’hui.

2Nous avons été conduits à reconsidérer alors la valeur du principe de l’autonomie de l’art et les rapports entre la mise en avant de ce principe et l’histoire de l’esthétique. Le séminaire s’est donc appliqué, dans un second temps, à viser un amont de la naissance philosophique codifiée (le laps de temps Baumgarten-Kant) et des territoires extra-philosophiques. Qu’est-ce qui précède Baumgarten, comment l’esthétique se forme-t-elle à partir de la rhétorique ? Qu’en est-il des logiques de l’invention, de l’art de l’invention dans les pré-Lumières ? L’art de persuader, l’analyse du discours, de ses contraintes et de ses trapes ne disparaissent pas d’un coup et l’idée d’une rupture nécessite un examen soigneux. Comment passe-t-on de la persuasion rhétorique et des traités des passions à la voix du cœur, celle qui ne trompe pas et qui a son « dictionnaire », pour reprendre la formule de Rousseau ? Ce cœur est-il le propre de tout homme, sa voix est-elle individuée et singulière ? Quelle est la relation du singulier à l’universel que des œuvres d’art rendent sensibles et que l’esthétique réfléchit en tant que philosophie appliquée ?

Publications

  • Anselm Kiefer au Grand Palais, Paris, éditions du Regard, 2007.
  • « The Arts, the Truthful and the Fair », The Urgency of Theory, Manchester, Carcanet, 2007, (version portugaise : « As Artes, o Verdadeiro, o Justo », A urgência da teoria, Lisbonne, Fondation Calouste Gulbenkian, 2007).
  • « Una scena per Tristano », Tristan und Isolde, Teatro alla Scala, edizioni del Teatro alla Scala, 2007.
  • « Quand et comment naît l’esthétique ? » et « Morphologie » dans Dictionnaire d’esthétique et de philosophie de l’art, Paris, Armand Colin, 2007.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danièle Cohn, « Esthétique et morphologie », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 504-505.

Référence électronique

Danièle Cohn, « Esthétique et morphologie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19464

Haut de page

Auteur

Danièle Cohn

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals