Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Signes, formes, représentations

Histoire des contes

Catherine Velay-Vallantin
p. 519-521

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Catherine Velay-Vallantin, maître de conférences

Histoire des contes

1Cette année, le séminaire a organisé ses réflexions autour du travail fondateur de Marc Soriano, Les Contes de Perrault. Culture savante et traditions populaires, paru dans la collection « Bibliothèque des Idées » chez Gallimard en 1968, et considéré maintenant comme un classique des études sur l’enfance, les contes lettrés et leurs rapports avec le folklore. Nous avons d’abord reconstruit les contextes d’élaboration scientifiques et institutionnels de cet ouvrage. Résultat de plusieurs années de recherche, depuis 1957, ce livre rend compte d’une série de phénomènes intellectuels qui étaient alors inédits, même dans le monde bouillonnant de la « nouvelle critique » : le choix du corpus, qui attire l’attention sur une série de textes, les Contes de Perrault et qui marque un intérêt particulier pour la littérature enfantine, ne relève d’autre école, d’aucune mode ; et l’écriture même du livre, pose la question de l’écriture des textes scientifiques. Soriano est de ceux qui ont réhabilité les recherches sur la culture populaire, longtemps ignorée, et qui ont suscité un regain d’intérêt, en particulier chez les tenants de disciplines connexes à l’histoire, telles que la sociologie et l’histoire de la culture. La littérature de jeunesse, en tant que littérature populaire, ou du moins parfois considérée comme telle, n’échappe pas à ce phénomène. Les historiens y voient un objet culturel digne d’intérêt et donc d’études, essentiellement pour les problèmes d’assignation culturelle que les éditions soulèvent, mais aussi pour la place originale que ces textes peuvent occuper dans l’histoire du livre. Comment Soriano a-t-il pu créer cet intérêt, qui dépasse de loin les engouements liés aux effets de mode éditoriale et intellectuelle ? Comment a-t-il réussi à inventer un terrain scientifique, celui que l’on peut maintenant appeler la « culture de l’enfance » : c’est ce dont le séminaire a débattu en introduction. Ensuite, nous avons travaillé sur les usages épistémologiques d’un tel corpus : vers la fin des années 1960, ce furent d’abord les frontières de l’ethnologie qui furent bousculées. En effet, les ethnologues français n’avaient pas encore marqué d’intérêt spécifique pour le folklore enfantin. Ils se situaient dans l’héritage des folkloristes de la fin du XIXe siècle qui, au cours de leurs collectes, interrogeaient peu les enfants. Comment pouvait-on alors imaginer que l’enfant était lui-même porteur d’une culture ? L’essentiel de la littérature orale enfantine provenait de la mémoire des informateurs adultes. Le meilleur moyen pour accéder à ce corpus négligé, sinon méconnu, consiste pour Soriano, à répertorier les genres et leur application éventuelle à l’enfance. Il note combien genres et formes s’adaptent à l’âge – petite enfance, enfance, adolescence –, puis rejoignent la tradition adulte. Dans un deuxième temps, ce fut la démarche historienne de Soriano que le séminaire a décryptée : l’étude de la littérature de l’enfance doit être attentive aux sources et aux matériaux analysés comme à la contextualisation sociohistorique sans laquelle leur interprétation pourrait être invalidée. Et c’est la raison pour laquelle l’on ne saurait lire Les Contes de Perrault. Cultures savantes et traditions populaires sans travailler sur le Guide de la littérature enfantine que Soriano publie chez Flammarion en 1959, puis en 1975, sous le titre Guide de littérature pour la jeunesse, avant que ne paraisse à Buenos Aires en 1995 une édition augmentée de cet ouvrage majeur et unique en France. Si dans ces ouvrages, Soriano sait abattre les barrières disciplinaires, c’est pour mieux préciser ce type de dynamique dialectique qui rend opératoire la tension épistémologique entre histoire sociale, ethnologie et sociohistoire de la culture. Tout au long de l’année, les relations entre histoire et ethnologie furent donc le fil rouge suivi pour notre réflexion. Depuis les années 1930, l’histoire se réfère fréquemment à l’ethnologie. Cette référence, qui relève parfois de l’ordre de la fascination, vient de ce que l’historien tend à se référer à un modèle supposé sûr, c’est-à-dire l’ethnologie : car même si son objet est loin, même s’il est différent, l’ethnologue l’a présent, face à lui, et peut communiquer avec lui. Soriano a démontré qu’il existe là un face-à-face possible entre le même et l’autre, face-à-face où, en quelque sorte, le même apprend la langue de l’autre, et du même coup, peut constituer l’autre dans sa propre identité. Cette situation hante l’historien, au point qu’il lui arrive de valoriser à l’excès le problème de cette distance, de cette altérité, que l’on retrouve effectivement très présent dans certains courants d’ethnologie. Et l’historien y voit une raison de rapprocher les deux disciplines, surtout lorsqu’il se remémore, par exemple, la conviction d’un Evans-Pritchard qui soutient que l’ethnologie est plus un art qu’une science stricto sensu, que l’ethnologue est plus un artiste qu’un scientifique, car la structure qu’il décrit n’est pas une traduction directe de l’organisation sociale, mais une réalité mentale qui lui est propre. Pendant cette année de séminaire, des études de cas ont ponctué ce retour réflexif sur l’oeuvre de Marc Soriano : plusieurs Contes de Perrault, Le Chat Botté, Les Fées, Barbe-Bleue, ont été analysés dans leur longue durée, selon des supports différents, des éditions savantes au colportage, de la littérature de jeunesse au premier cinéma de Georges Méliès. Sébastien Roffat a présenté La Petite Sirène mis en dessin animé par Walt Disney et Anne Chassagnol (Paris-X) a traité de la représentation de la fée par les peintres victoriens à la fin du XIXe siècle.

Publications

  • « Contes sur la planète rock », La Grande Oreille, Revue des arts de la parole, n° 32, octobre 2007, p. 75-78.
  • « Contes sur la planète rock, suite », La Grande Oreille, Revue des arts de la parole, n° 33, décembre 2007, p. 79-81.
  • « Comment croire aux fées sur une interface de jeu ? », La Grande Oreille, Revue des arts de la parole, n° 34, avril 2008, p. 59-63
  • « Femmes travesties, hommes fragiles : Chassés-croisés entre le conte et l’image », Travestissement féminin et liberté(s), Actes du colloque Travestissement féminin et liberté(s) : Lille 3, 5-6 juin 2005, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 329-345.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Velay-Vallantin, « Histoire des contes », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 519-521.

Référence électronique

Catherine Velay-Vallantin, « Histoire des contes », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19476

Haut de page

Auteur

Catherine Velay-Vallantin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals