Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Linguistique, sémantique

Linguistique japonaise et occidentale : problèmes, méthodes et histoire

Irène Tamba
p. 531-532

Entrées d’index

Index thématique :

Linguistique‚ sémantique
Haut de page

Texte intégral

Irène Tamba, directeur d’études

Les mots de qualité en japonais et en coréen et la catégorie typologique des adjectifs

1Le coup d’envoi des études consacrées à la catégorie adjectivale a été donné assez tardivement par l’article qu’a publié Dixon en 1977 sous un titre provocateur : « Where are all the adjectives gone ? ». Dixon y avance trois caractéristiques qui servent aujourd’hui de plate-forme minimale pour les recherches typologiques. La première est l’inégale importance de la catégorie adjectivale selon les langues. Certaines ont une petite classe fermée d’adjectifs, d’autres une classe ouverte plus ou moins productive. La seconde est l’opposition entre les langues où les propriétés morpho-syntaxiques de l’adjectif le rapprochent de la catégorie grammaticale du no, comme en français, et celles où l’adjectif partage en grande partie la flexion et les fonctions du verbe, comme en japonais et en coréen. La troisième est la distinction de quatre types sémantiques de base, auxquels l’on peut ramener tous les adjectifs, qu’ils appartiennent à des classes limitées ou étendues : 1) dimension (grand, long, large) ; 2) âge, ancienneté (vieux, neuf, jeune) ; 3) valeur (bon, sale, étrange) ; 4) couleur (rouge, bleu).

2Nous avons montré que l’application de cette grille aux adjectifs (ou mots de qualité) japonais et coréens est certes possible mais insuffisante pour décrire l’ensemble de leurs traits morphologiques, syntaxiques et sémantiques. Et nous avons proposé une analyse alternative, au terme de laquelle il est apparu que la coexistence en japonais de deux classes de mots de qualité ou adjectifs – l’une en – i, alignée sur les verbes, et l’autre en -na alignée sur les noms – n’est pas motivée sémantiquement mais morphologiquement. Le paradigme en – i forme des adjectifs radicaux, à partir d’une base lexicale autochtone ; les formations en -na ou teki (na), se sont développées plus tardivement au contact de langues étrangères, pour permettre de dériver des adjectifs de noms, ce que ne permettent pas les adjectifs radicaux. Ainsi a-t-on pu expliquer la collusion entre adjectifs et noms en fonction d’épithète adnominales, en étudiant plus en détail l’alternance entre – na et no et la composition nominale en japonais et poser le problème général de la concurrence entre épithète et complément de nom (national/de nation) dans différentes langues. La catégorie nominale ou adjectivale des termes de couleur pose également des questions qui échappent à la classification de Dixon. Enfin, il importe de tenir compte de toute une gamme lexicales de mots iconiques (idéophones) de sensation ou d’impression qui interfèrent avec la catégorie adjectivale en japonais et en coréen.

3Par ailleurs, j’ai été invitée à donner diverses conférences et à participer à des séminaires et à plusieurs colloques internationaux : en février 2007 : « Dialogue entre linguistes sur l’approche contrastive du japonais en France et en Slovénie », Symposium international de Tsukuba, « Japonais et linguistique contrastive : A. Bekes et I. Tamba » ; Conférence à Korea University, Séoul, « Un double système d’expression des émotions, en direct et en différé » ; Conférence à l’université de Neuchâtel, « Peur et surprise : expression immédiate ». En juin 2007 : « La dimension subjective dans les énoncés exclamatifs à prédicat adjectival en japonais », XXIe journées de Linguistique d’Asie Orientale EHESS. En février 2008 : « Sciences humaines et sociales et réseau international de recherches » Symposium international de Tsukuba ; « Linguistique contrastive », dans le cadre du séminaire de S. Aoki, Tsukuba. En mars 2008 : « Proverbe et généricité : de on dit à on dit proverbialement », Colloque international de Madrid : « Voix et marqueurs de discours ». En mai 2008 : « Autour de la catégorie de la « voix » en japonais », séminaire collectif sur la voix, organisé par P. Haag, EHESS.

Publications

  • Avec N. Ida, « La catégorie grammaticale japonaise ZI/TA et la transitivité », Langages, 167, 2007, p. 100-126.
  • Avec B. Bosredon, « Les noms avec ou sans article défini dans les titres de tableaux », À la croisée des mots, Hommages à Taïeb Baccouche, S. Mejri éd. Publication Université de Sousse et Université Paris-Nord, 2007, p. 85-99.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irène Tamba, « Linguistique japonaise et occidentale : problèmes, méthodes et histoire », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 531-532.

Référence électronique

Irène Tamba, « Linguistique japonaise et occidentale : problèmes, méthodes et histoire », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19484

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals