Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Linguistique, sémantique

Linguistique dans le monde indien

Pascale Haag
p. 535-538

Entrées d’index

Index thématique :

Linguistique‚ sémantique
Haut de page

Texte intégral

Pascale Haag, maître de conférences

Pratiques de l’érudition dans l’Inde classique

1L’objectif de ce séminaire est double. Ouvert à tous, mais plus particulièrement destiné aux étudiants de master, il vise à permettre aux auditeurs de se familiariser avec des éléments fondamentaux de grammaire sanskrite (phénomène de sandhi, flexion verbale et nominale, etc.) et à rendre compte, à travers un thème différent chaque année, des principaux courants actuels de la recherche dans le domaine de l’Inde classique.

2L’atelier de lecture dirigée de textes sanskrit a porté cette année sur deux chapitres concernant les mythes d’origine de la caste des médecins (Vaidya) dans une chronique généalogique de médecins bengalis (Vaidya-kula-pañjikā).

3Composées à l’origine pour réguler l’ordre social et notamment les relations entre les hindous de haute caste (certaines se donnent comme but explicite le maintien de la pureté des castes), ces chroniques sont considérées au Bengale comme un genre littéraire à part entière. Les principaux groupes concernés (= rédacteurs et utilisateurs) sont les Vaidya, les Kayastha et les Brahmanes. On y trouve notamment des références à l’histoire des castes, aux différentes lignées et à leur expansion, des renseignements d’ordre sociologique, par exemple, sur les règles concernant la nourriture et la commensalité ou sur les pratiques matrimoniales. Du point de vue linguistique, elles étaient tantôt rédigées en bengali, tantôt en sanskrit. Un grand nombre de celles qui nous sont parvenues ont été rédigées au cours des XVIIIe et XIXe siècles, prenant appui sur des chroniques plus anciennes qui sont révisées et élargies au fur et à mesure.

La poésie amoureuse sanskrite : l’exemple du Śṃgāratilaka attribué à Kālidāsa (avec Gerdi Gerschheimer, directeur d’études à l’ΕΡΗΕ)

4La création poétique indienne en sanskrit se manifeste souvent au travers de strophes isolées – éventuellement de couples de strophes – qui forment un tout et donnent un sens complet : les muktaka. Ils s’opposent aux grands poèmes (kàvya) dont l’ensemble des strophes s’insère dans une trame dramatique globale (même si, dans ce cas également, l’unité poétique reste la strophe). La compilation de muktaka sous la forme d’un recueil, le plus souvent thématique – ici le rasa (« mode affectif ») du śŗngāra, dit souvent « érotique » –, est un phénomène très fréquent. De nombreux problèmes subsistent quant à la constitution de ces anthologies : en général, ni la date de composition, ni l’auteur ne sont connus et, non seulement les manuscrits fourmillent de variantes à l’intérieur des stances, mais le nombre et la teneur du texte diffèrent considérablement d’un manuscrit à l’autre. C’est ainsi que les éditions du Śŗgāratilaka ou « Ornement [du sentiment] amoureux » comprennent, selon les éditions, entre vingt-trois et une trentaine de stances, tandis que le nombre total dénombré à l’issue de la collation de neuf éditions s’élève à quarante-six environ (voir le tableau téléchargeable sur http://ehess.linguistique-mondeindien.fr/​inde/​index.php?id=34). Quant à l’attribution de cette œuvre à Kālidāsa, le « prince des poètes », elle avait déjà été mise en doute, aussi bien par des chercheurs indiens que, par exemple, par Louis Renou (Inde classique, vol. II, § 1768 et § 1788).

5Étudier un tel recueil suppose avant tout la collecte et la collation de manuscrits préservés dans des bibliothèques indiennes et européennes témoignant des différents états de la tradition dans le temps et dans l’espace. Cette tâche est actuellement en cours, mais devra se poursuivre durant l’année 2008-2009. La consultation de l’abondante littérature d’anthologies, de recueil de vers également nommés subhāşitā (« beaux dits ») est tout aussi nécessaire : il est possible, dans la mesure où une même stance ou un même thème peuvent être transmis dans plusieurs recueils, de trouver des éléments permettant de reconstruire l’histoire de la circulation du texte. Enfin, la seule traduction française disponible à ce jour, publiée en 1859 par Hippolyte Fauche et fondée sur l’édition princeps, ne comprend que vingt-trois stances. Elle est passablement édulcorée (les passages jugés trop osés y sont pudiquement relégués dans des notes de bas de page rédigées en latin) et parfois inexacte, rendant souhaitable la préparation d’une nouvelle traduction.

Les pratiques du commentaire sanskrit : atelier de lectures de textes (avec Émilie Aussant, ATER à l’Université Bordeaux-III)

6Le séminaire a poursuivi l’étude de commentaires relatifs à la catégorie de la voix verbale, ou diathèse, dans les traditions grammaticales sanskrites, pāninéenne et non-pāninéennes. L’analyse du chapitre portant sur la notion d’upagraha dans le Vākyapadīya de Bhartŗhari (Ve siècle), accompagnée du commentaire de Helārāja (Xe siècle), a fait apparaître notamment que les termes de « voix » ou « diathèse », qui sont généralement employés pour traduire le terme upagraha, étaient impropres. En effet, les mots qui correspondent à l’actif et au moyen des langues classiques sont parasmaipada et ātmanepada, qui signifient respectivement « mot pour autrui » (actif) et « mot pour soi » (moyen). Un certain nombre de racines verbales sont employées uniquement avec des désinences d’actif, un petit nombre, uniquement avec le moyen (en principe, des intransitifs ou des verbes à sémantique limitée, sans préverbes modificateurs). Le plus souvent, les deux voix coexistent et c’est ainsi qu’une forme active telle que pacati signifie « il cuisine (pour autrui) », tandis que le moyen pacate signifie « il cuisine (pour lui-même) ». L’usage du mot upagraha pour désigner collectivement les désinences d’actif et de moyen, proposé par Bhartŗhari, est l’une des rares innovations terminologiques de la tradition paninéenne. La définition qu’il en donne fait clairement apparaître que ce terme technique n’est pas destiné à rendre compte de l’ensemble des usages grammaticaux, mais uniquement des cas où les deux voix coexistent pour une même racine. Le reste du chapitre concerne des faits de langues particuliers, où l’application des règles de Panini pose des problèmes que Bhartrhari et son commentateur s’attachent à résoudre.

7Nous avons également étudié la dénomination de la voix dans trois grammaires sanskrites non pāninéennes : le Kātantra de Śarvavarman (Ier siècle ?), le Cāndravyākaraņa de Candra (IVe-Ve) et le Jainendravyākarana de Devanandin (Ve-VIIe ?). Toutes trois décrivent la langue sanskrite ; les deux premières sont destinées aux bouddhistes, la troisième, aux jaïns. Dans le premier traité, ce sont les deux termes pāninéens ātmanepada et parasmaipada qui sont employés, sous leur forme pleine ou abrégée (ātmane, parasmai). Candra utilise tan-āna – ou seulement tan quand la règle concerne exclusivement les désinences moyennes – au lieu d’ātmanepada, et atanāna ou atan pour parasmaipada. Ces abréviations sont vraisemblablement empruntées à la règle pàninéenne 1.4.100 tan-ānāv ātmanepadam (« [Les désinences de la voix moyenne] tan [et les suffixes de participe moyen] āna [portent le nom d’] ātmanepada »). L’auteur du Jainendravyākarana recourt aux termes da et ma, abréviations respectives d’atmanepada et de parasmaipada. Cette tendance se retrouve dans les autres traités non pāninéens : c’est le couple de termes ātmanepada et parasmaipada qui a été unanimement retenu pour désigner les marques de voix ; la puissance d’analyse de la notion d’upagraha, qui recouvre des faits de langue relevant de niveaux différents, n’a vraisemblablement pas séduit les grammairiens dissidents.

8Les dernières séances ont été consacrées à la présentation d’une grammaire non pàninéenne, le Mugdhabodha ou « Grammaire pour les niais » de Vopadeva (XIIIe siècle), ainsi qu’à l’examen de deux commentaires bengalis du (XVIe-XVIIe siècles) portant sur la section Initiale du traité. S’inscrivant dans un courant de contestation du système de Panini, jugé trop complexe, ils justifient la composition de cette nouvelle grammaire plus adaptée à l’enseignement des débutants.

9Martha A. Selby (Department of Asian studies, the University of Texas at Austin) a donné une conférence intitulée : « The color of gender : On substance, sex determination and anatomical difference in the Caraka and Suśruta-samhitās » et Marie-Hélène Gorisse (doctorante, Université Lille-3) a présenté une communication sur « Le point de vue verbal chez les jaïns : critique des grammairiens d’un point de vue logique ».

Histoire des catégories grammaticales : la notion de voix verbale (avec Alessandro Garcea, maître de conférences à l’Université Toulouse-II)

10À travers l’analyse de neuf langues ou familles de langues (grec, latin, sanskrit, tamoul, hindi, japonais, français, langues indo-européennes et langues italiques ; voir le programme détaillé et les exempliers à l’adresse : http://ehess.linguistique-mondeindien.fr/​inde/​index.php?id=36), nous nous sommes attachés à comparer la manière dont des théoriciens du langage d’horizons divers ont rendu compte de la voix du verbe et des difficultés que présente la définition de cette catégorie.

11Des points de convergence se dégagent, notamment dans le cas des langues qui ont une longue tradition grammaticale comme le grec, le latin ou le sanskrit. Elles se situent à trois niveaux : la réflexion sur la terminologie métalinguistique, l’examen de faits de langue liés au réfléchi, au passif et à l’expression de la réciprocité, et enfin, la relation (ou plutôt l’absence de relation) fréquente entre la forme de la diathèse sur le plan morphologique et son contenu sémantique (une forme active pouvant avoir valeur de passif et inversement).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Haag, « Linguistique dans le monde indien », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 535-538.

Référence électronique

Pascale Haag, « Linguistique dans le monde indien », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19487

Haut de page

Auteur

Pascale Haag

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals