Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Linguistique, sémantique

Linguistique cognitive

Michel de Fornel
p. 538-539

Entrées d’index

Index thématique :

Linguistique‚ sémantique
Haut de page

Texte intégral

Michel de Fornel, directeur d’études

Deixis, action située et cadre de participation

1Le séminaire a été consacré à une réflexion théorique et méthodologique sur la possibilité de développer une théorie de l’interaction ethnographiquement située dans le cadre d’une conception naturaliste non réductionniste. On a montré dans un premier temps qu’une telle orientation permet de prendre au sérieux la nature socialement située de l’esprit humain et tient compte de la fluidité cognitive et de l’intégration conceptuelle des domaines cognitifs. On a esquissé les bases d’un modèle non innéiste, non mentaliste et non intentionnaliste de la cognition et du langage. Plusieurs séances ont porté sur une réfutation des critiques adressées au courant conversationnel par l’ethnométhodologie. On a montré que ces critiques ne prenaient pas en compte le principe de transitivité observationnelle à l’œuvre dans la méthodologie « naturaliste » de l’analyse conversationnelle. On a proposé dans les séances suivantes une nouvelle approche de la théorie des dispositifs de catégorisation proposée par Harvey Sacks. Cette théorie présente l’intérêt d’avoir été considérée comme constructiviste ou comme naturaliste selon les auteurs. Le programme de Sacks consistant à étudier la place des catégories dans les séquences conversationnelles reste d’une grande actualité. Il est important d’éviter la dérive naturaliste de certaines recherches en anthropologie linguistique, qui défendent la thèse d’un dispositif interactionnel inné. Plusieurs séances ont été ensuite consacrées à l’étude des rapports entre les dispositifs de catégorisation et les principes qui organisent la référence aux personnes. On a en particulier montré la nécessité d’introduire une nouvelle préférence, la préférence pour le rôle. La question de la deixis et des cadres de participation a finalement été abordée, à partir de l’examen de séquence d’autoréparation comportant des gestes déictiques. Cette réflexion sur la dimension conversationnelle de l’indexicalité a permis de remettre en cause la posture réductionniste des recherches récentes sur l’espace du Max Planck Institute for Psycholinguistics. Ces recherches présentent le défaut de placer la diversité des phénomènes culturels aux marges de l’explication proprement naturaliste et reposent sur une vision sémantique de la deixis, fondée sur le primat de l’egocentricité.

2Bambi Schieffelin, professeure d’anthropologie à l’Université de New York, invitée à l’EHESS, a présenté ses travaux récents d’anthropologie linguistique sur les Bosavi de Papouasie Nouvelle Guinée.

Publication

  • Avec C. Lemieux, Naturalisme vs Constructivisme, Paris, Éditions de l’EHESS, Raisons pratiques, n° 14, 2007.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel de Fornel, « Linguistique cognitive », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 538-539.

Référence électronique

Michel de Fornel, « Linguistique cognitive », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19488

Haut de page

Auteur

Michel de Fornel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals