Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Linguistique, sémantique

Sémantique des langues naturelles

Marion Carel et Oswald Ducrot
p. 540-541

Entrées d’index

Index thématique :

Linguistique‚ sémantique
Haut de page

Texte intégral

Marion Carel, maître de conférences
Oswald Ducrot, directeur d’études

Récit et polyphonie

1Le premier semestre a eu pour thème général la notion d’histoire dans le cadre d’une linguistique argumentative. On s’est demandé, à partir de l’étude de différentes nouvelles de Maupassant consacrées à la peur, s’il est possible de donner un sens à l’expression « raconter la même histoire ». En quoi consiste cette identité facile à sentir mais difficile à définir ? Pour répondre à cette question, on a étudié l’organisation des nouvelles, c’est-à-dire d’une part la façon dont elles présentent un « mystère » dont la « clé » est donnée à la fin du texte, et d’autre part les connecteurs qui y marquent la succession des événements. Cela nous a amenés à présenter une étude linguistique des « conjonctions » puis et ensuite. On a trouvé pour chacune d’entre elles une valeur argumentative nettement distincte de celle de l’autre, notamment dans la façon dont elles contraignent la liberté du lecteur dans l’interprétation causale de la succession temporelle – et cela malgré la ressemblance qu’elles ont en ce qui concerne la chronologie des événements.

2Le second semestre a été consacré aux formes que prend la polyphonie dans le récit, en montrant comment une analyse argumentative s’articule avec les distinctions narratives de Genette. Pour cela, il a fallu d’abord présenter une théorie de la polyphonie franchement reliée à la recherche argumentative – alors que les conceptions habituelles de la polyphonie donnent aux énoncés un contenu propositionnel, contradictoire avec la vision qu’en offre une sémantique argumentative. On a été ainsi amené à analyser la notion de point de vue en revenant sur les différentes fonctions qui lui sont habituellement données, notamment celle d’« angle de vue » et celle de « source ». Cette dernière notion nous a semblé devoir être complètement révisée pour être utilisée dans l’analyse linguistique : il faut selon nous renoncer à identifier les énonciateurs à tel ou tel individu, et utiliser plutôt un concept de « ton », plus abstrait. Il y a au moins un ton de locuteur, un ton de destinataire, un ton factuel (semblable à l’énonciateur-fantôme de Berrendonner). Il nous a fallu aussi revenir sur la notion de délocutivité en introduisant une « pré délocutivité », particulièrement reconnaissable dans certaines formes de rapports de parole cherchant, non pas à faire connaître les paroles d’une personne, mais à la décrire par le genre de discours qu’elle tient.

Publications

Marion Carel

  • « Analyse sémantique et analyse textuelle », Estudos Linguisticos/Linguistic Studies n° 1. Lisbonne, Colibri, p. 35-49.

Oswald Ducrot

  • Traduction grecque de Le dire et le dit.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Carel et Oswald Ducrot, « Sémantique des langues naturelles », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 540-541.

Référence électronique

Marion Carel et Oswald Ducrot, « Sémantique des langues naturelles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19491

Haut de page

Auteurs

Marion Carel

Articles du même auteur

Oswald Ducrot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals