Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Anthropologie

Anthropologie de la propriété et du pouvoir : des utopies alternatives au néo-libéralisme

Birgit Müller
p. 612-613

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie
Haut de page

Texte intégral

Birgit Müller, chargée de recherche au CNRS

1Ce séminaire a proposé une anthropologie des rapports de propriété et de pouvoir en pleine transformation au tournant du XXIe siècle. Le thème poursuivi au fil des séances était comment des acteurs individuels et collectifs agissent au quotidien dans des périodes de grandes transformations structurelles. Quel est le rapport entre leurs visions du monde et leurs pratiques et les grands changements qui ont lieu ? Jusqu’à quel point saisissent-ils et créent-ils des possibilités d’action, font-ils l’histoire ? Le séminaire est parti des utopies alternatives à Berlin-Ouest dans les années 1980 où des collectifs de production tentaient de faire naître un système économique coopératif et écologiste au sein même de l’économie du marché. L’analyse des mécanismes de production et de reproduction au sein des entreprises alternatives montre la difficulté des relations entre individu et collectif dans une structure de gestion et de décision pleinement égalitaire, elle montre toute la complexité de faire fonctionner des structures radicalement démocratiques dans un système économique qui n’a pas à répondre de ses actes.

2On a examiné par la suite comment les acteurs dans les entreprises en Europe de l’Est participaient au début des années 1990 à la chute des régimes socialistes et comment ils se sont positionnés par rapport aux nouvelles idéologies et rapports de pouvoir qui allaient de pair avec l’introduction de l’économie de marché. L’entreprise est un lieu privilégié pour étudier les transformations dans les rapports du pouvoir et dans l’interprétation que les hommes donnent du monde de l’économie du marché dans lequel ils vivent et de celui de l’économie planifiée qu’ils ont laissé derrière eux. Les problèmes de restructuration dans les entreprises issues de l’économie planifiée exigent des explications et des solutions différentes de celles que propose l’économie en tant que science du comportement humain, dont Hirschman disait qu’elle se fondait sur le postulat remarquablement réducteur de « l’individu égoïste qui librement et rationnellement, choisit entre différentes possibilités d’action, après en avoir pesé avant le pour et le contre ».

3Dans un troisième temps nous avons ébauché une réflexion sur comment les mouvements écologistes en Europe de l’Est ont introduit des éléments nouveaux dans les débats qui opposent des concepts de l’économie du plan et de l’économie du marché. On poursuivra cette réflexion cette année en mettant l’accent sur les structures économiques et écologiques de la globalisation néolibérale qui émergent dans les années 1990 en prenant l’exemple des agriculteurs. Comment deviennent-ils des objets de gouvernance au sein de la FAO et comment les agriculteurs au Canada et au Nicaragua interagissent-ils au quotidien avec leur environnement naturel, politique et économique. Il s’agit ici d’établir comment une vision changeante du monde et des rapports de forces en transformation influencent les actions économiques et comment évolue la conscience de soi des agriculteurs et leur rapport aux éléments naturels et au pouvoir politique et économique au cours de ce processus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Birgit Müller, « Anthropologie de la propriété et du pouvoir : des utopies alternatives au néo-libéralisme », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 612-613.

Référence électronique

Birgit Müller, « Anthropologie de la propriété et du pouvoir : des utopies alternatives au néo-libéralisme », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19572

Haut de page

Auteur

Birgit Müller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals