Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Sociologie

Religion et grammaire culturelle en Corée

Soo-Bok Cheong
p. 622-623

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Soo-Bok Cheong

1Nous avons commencé une série de conférences composée de quatre parties par présenter une réflexion théorique sur la notion principale de notre recherche : la « grammaire culturelle ». Dans les séances successives, après avoir mis en lumière le sens et l’importance de cette recherche, nous avons fait la comparaison entre les trois pays de l’Extrême-Orient du point de vue de la grammaire culturelle : Corée, Chine, Japon, bien que la Corée soit l’objet principal de notre conférence. Pour extraire la spécificité de la grammaire culturelle de la Corée, nous avons comparé d’abord la grammaire culturelle de l’Orient et celle de l’Occident, ensuite celle de l’Europe occidentale et celle de l’Extrême-Orient, enfin nous avons résumé Nihonjinron (discours sur les Japonais) abondamment fait par les Japonais eux-mêmes pour montrer la différence entre la grammaire culturelle de l’Occident et celle du Japon. En prenant appui sur la notion de la grammaire culturelle et l’analyse comparative aux différents niveaux, nous avons extrait la grammaire culturelle commune des trois pays de l’Extrême-Orient.

2La deuxième partie de notre conférence a été consacrée uniquement à la grammaire culturelle de la Corée. Nous avons introduit douze éléments de la grammaire culturelle coréenne. D’abord six éléments de la grammaire culturelle principale : le matérialisme dans ce monde, le caractère émotionnel, le famillio-centrisme, l’importance des réseaux privés de connection, l’autoritarisme et l’évitement du conflit. Ensuite six éléments de la grammaire culturelle dérivée : le nationalisme sentimental, l’obéissance à l’État fort et centralisé, la priorité donnée à la vitesse, l’optimisme démesuré, l’emploi de tous les moyens sans considération morale, la double norme. Après avoir explicité ces douze éléments, nous avons recherché l’origine religieuse et historique de ces douze éléments de la grammaire culturelle coréenne. Les Influences du confucianisme, du chamanisme, du bouddhisme et du taoïsme sur la formation de la grammaire culturelle ont été interprétées sous l’angle du syncrétisme et de la logique d’amalgame dans l’histoire de la religion en Corée. Nous avons finalement formulé le « cristal » composé du confucianisme et du chamanisme qui est le noyau dur du fond de la grammaire culturelle coréenne. Pour conclure la deuxième partie, nous avons présenté le processus historique de la mise en place, de l’enracinement de la grammaire culturelle à travers des cérémonies, des livres, des écoles et des associations locales.

3Après avoir fait une analyse globale de la grammaire culturelle, nous avons procédé, pour la troisième partie de notre conférence, à une recherche précise en se focalisant sur le rapport père-fils en Extrême-Orient en général et en Corée en particulier. Étant donné que le rapport père-fils fondé sur la vertu de la piété filiale est un archétype de toutes les autres relations humaines, nous avons relu les textes confucéens surtout Entretiens de Confucius et Le livre de la pié-téfiliale pour construire la forme idéale du rapport père-fils dans le confucianisme. Ensuite nous avons mis en lumière la place de l’individu dans la tradition confucéenne et nous avons cherché la possibilité de formation du sujet individuel en Extrême-Orient modernisé en prenant la perspective théorique de la sociologie de l’action.

4Dans la quatrième et la dernière partie de notre conférence, nous sommes revenus sur la Corée actuelle et nous avons enquêté sur la possibilité du changement dans différents éléments de la grammaire culturelle, puisque la Corée a vécu une transformation rapide et intensive depuis les années 1960. Nous avons donc analysé le lieu principal de la reproduction de la grammaire culturelle : la famille. Le modèle confucéen de la famille a été abordé du point de vue du féminisme et de la révolte des jeunes et la réaction des hommes adultes a été également analysée. Pour finir notre conférence, nous avons esquissé quelques directions de l’action rénovatrice par laquelle les acteurs sociaux peuvent réformer tel ou tel élément de la grammaire culturelle dans six domaines principaux : la famille, l’école, les mass-médias, les sciences humaines et sociales, les arts et la littérature, et les religions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Soo-Bok Cheong, « Religion et grammaire culturelle en Corée », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 622-623.

Référence électronique

Soo-Bok Cheong, « Religion et grammaire culturelle en Corée », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19586

Haut de page

Auteur

Soo-Bok Cheong

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals