Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Sociologie

Sociologie des intellectuels : autonomisation, professionnalisation, politisation

Gisèle Sapiro
p. 625-626

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Gisèle Sapiro, directrice de recherche au CNRS

1Poursuivant le questionnement sur l’articulation entre les processus d’auto-nomisation, de professionnalisation et de politisation des professions intellectuelles, le séminaire de l’année 2007-2008 a réinterrogé nombre de problématiques classiques de la sociologie des professions : la concurrence entre activités pour l’obtention d’un monopole dans leur domaine de compétence (Abbott), les mécanismes de sélection sociale et d’exclusion (des femmes, des juifs, des étrangers), l’organisation professionnelle, la déontologie. Ces problématiques ont été examinées pour des cas de processus de professionnalisation inachevé (les écrivains) ou ayant échoué (les ingénieurs-conseils, à partir des travaux d’Odile Henry).

2Un deuxième ensemble de questions portait sur les contraintes politiques qui pèsent sur les activités intellectuelles et comment elles déterminent les stratégies de création, les modes de circulation des productions culturelles et l’engagement intellectuel. Cette problématique a été abordée à travers l’exemple de la censure et des procès littéraires en France, de l’exil des intellectuels aux États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale (à partir des travaux de Laurent Jeanpierre), et de l’importation des littératures d’Europe de l’Est en France pendant la période communiste (à partir des travaux de Ioana Popa). Ces approches ont été aussi l’occasion de développer une perspective transnationale et de s’interroger sur le mode de circulation des idées par-delà les frontières, ce qu’a également permis la discussion du livre de François Denord sur la genèse et la diffusion de l’idéologie néolibéralisme.

3Un dernier ensemble de questions traitait des fondements du jugement critique en rapport avec la spécialisation. Une approche sociohistorique de la critique fait apparaître le processus d’autonomisation du jugement esthétique par rapport aux enjeux éthiques et politiques mais aussi la subsistance de types de jugement hétéronomes. La réflexion sur les usages lettrés de la notion de désintéressement et sur celle de la culture populaire (menée avec Éric Brun, Romain Pudal et Emmanuelle Sebbah) a montré que ce processus d’autonomisation et de spécialisation avait pour contrepartie la dépossession des profanes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gisèle Sapiro, « Sociologie des intellectuels : autonomisation, professionnalisation, politisation », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 625-626.

Référence électronique

Gisèle Sapiro, « Sociologie des intellectuels : autonomisation, professionnalisation, politisation », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 26 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19592

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals