Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Philosophie et épistémologie

Théorie cognitive et sociale de l’argumentation

Alban Bouvier
p. 628-630

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

Alban Bouvier, professeur à l’Université Aix-Marseille-I

1Le séminaire s’est déroulé de façon hebdomadaire sur l’année entière, du mois d’octobre au mois de juin.

2Le but du séminaire était de présenter un modèle complet d’analyse du rôle de l’argumentation dans la transformation des « croyances collectives ». Le rôle de l’argumentation peut être modeste comme nombre d’expériences de psychologie sociale tendent à le montrer, mais la délibération politique et judiciaire comme le raisonnement scientifique, pour ne citer que deux types d’exemples, reposent précisément sur l’idée que l’argumentation a des effets propres. Par ailleurs, on prend ici « croyances collectives » en un sens large : d’une part, conformément à un usage répandu, le savoir scientifique est considéré comme faisant lui-même partie des croyances (les croyances les mieux étayées rationnellement parlant), d’autre part, il suffit qu’il y ait quelques personnes, voire deux seulement, pour qu’on soit autorisé à parler de « collectif ».

3La première partie du séminaire, introductive (un cinquième du séminaire), a procédé en trois temps : 1) Un survol général critique des théories de l’argumentation contemporaines depuis Perelman et Toulmin jusqu’à Van Eemerenet Grootendorst, Woods et Walton, en passant par Ducrot, Grize, Sperber et Wilson, avec un intérêt spécial pour l’entreprise de Perelman, la plus englobante de toutes. 2) Une intégration de ces théories de l’argumentation, de factures extrêmement hétérogènes, dans un cadre plus général, celui d’une théorie sociale de la connaissance, ce que les Anglo-Saxons appellent « social epistemology », conçue elle-même comme « naturalisée » (cf. notamment Alvin Goldman). Dans ce contexte, l’argumentation est considérée comme un mode de construction sociale de la connaissance (ou des croyances « justifiables ») et son analyse présente un aspect à la fois normatif (qu’est-ce que « bien argumenter » ?) et descriptif (comme les individus argumentent-ils de facto ou « naturellement » ?). La social epistemology naturalisée prend appui sur la psychologie cognitive, la psychologie sociale et la philosophie de l’esprit ; elle renouvelle ainsi l’analyse du rôle des procédures discursives de catégorisation ou de raisonnement, celle des différents types de croyances, celle de l’autorité et de la confiance épistémiques, etc. Elle tire parti aussi de la sociologie cognitive inter-actionniste et de la philosophie sociale (analyse de l’intentionnalité collective, par exemple). 3) Une intégration de la social epistemology elle-même dans une théorie rationaliste des croyances collectives renouvelée, articulée à l’élargissement contemporain de la théorie du choix rationnel (élargissement dont l’inspiration la plus profonde se trouve chez Pareto, économiste-sociologue qui a fait d’une théorie à la fois normative et descriptive de l’argumentation le centre de sa propre théorie des croyances collectives, elle-même pivot de sa théorie sociale de l’action).

4La seconde partie du séminaire (quatre cinquième) a consisté en un exposé systématique et analytique d’un modèle complet d’analyse des micro-opérations constitutives d’un discours de type argumentatif. On a distingué des modèles simples et des modèles plus complexes. Les premiers font abstraction, par méthode, de ce qu’il y a de plus évidemment social : les interactions entre les individus et l’appartenance des individus à des groupes. Ils se concentrent sur la dimension proprement individuelle des procédures mises en jeu par l’argumentation (procédures proprement cognitives, procédures épistémiques, procédures praxéologiques, etc.). Les seconds réintroduisent successivement interactions et groupes.

5La facture de chaque chapitre de l’exposé du modèle constituant cette seconde partie du séminaire était grosso modo identique : prenant son point de départ dans le Traité de l’argumentation (1958) de Perelman, le séminaire faisait à chaque fois le tour de la littérature existante depuis la parution de cet ouvrage, puis proposait des micromodèles intégratifs dont il testait ensuite la pertinence sur des exemples de séquences argumentatives historiques variées empruntées à tous les domaines (droit, politique, science, religion, philosophie).

6Cette seconde partie a laissé place pendant trois séminaires consécutifs à des exposés d’étudiants plus ou moins avancés (du master 1 au doctorat), en rapport direct avec des questions abordées dans le séminaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alban Bouvier, « Théorie cognitive et sociale de l’argumentation », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 628-630.

Référence électronique

Alban Bouvier, « Théorie cognitive et sociale de l’argumentation », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19599

Haut de page

Auteur

Alban Bouvier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals