Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud – CEIAS

Gérard Colas
p. 657-658

Texte intégral

1Quatre chercheurs du Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud ont assuré cette année des séminaires semestriels ouverts aux étudiants de Master. Michel Angot (chercheur associé au CEIAS) a étudié l’impact du Yoga-Sûtra et du Yoga classique dans la littérature sanskrite classique et la littérature contemporaine. Il s’agissait de constater et de mesurer l’écart entre les textes originaux et leur utilisation doctrinale. Il a fait porter le travail principalement sur les siddhi, les « pouvoirs surnaturels », dont l’utilisation a toujours attiré l’attention des commentateurs. Il a étudié le discours traditionnel sur les siddhi (Candrakîrti, Abhinavagupta) et noté son évolution de la condamnation jusqu’à leur recherche, et a montré que le ressort des siddhi, apparemment universel, est en fait profondément enraciné dans la culture et l’imaginaire indiens.

2Marie-Claude Mahias (directeur de recherche au CNRS), dans le cadre d’un séminaire sur « l’anthropologie des techniques en Asie du Sud : processus, objets, savoirs », a d’abord analysé les définitions de l’anthropologie et de la technologie selon les cadres disciplinaires et nationaux. Les étudiants n’ayant aucune formation préalable en sciences sociales, plusieurs séances ont été consacrées à la construction d’un objet de recherche. À partir d’exemples concrets, Marie-Claude Mahias a présenté les bases théoriques et méthodologiques, quelques concepts fondamentaux, et a montré comment l’anthropologie des techniques constitue une voie d’accès à des phénomènes socioculturels masqués. La variabilité des représentations culturelles conduit à les contextualiser, particulièrement dans des sociétés (Inde, Chine) où des élites ont théorisé les savoirs. Les séances suivantes ont porté sur des exercices d’identification d’outils improbables, sur l’histoire et les techniques de la parfumerie, sur la poterie et sur l’habitation.

3Claude Markovits (directeur de recherche au CNRS) a assuré une introduction aux problèmes de l’histoire et de l’historiographie indiennes.

4Denis Matringe (directeur de recherche au CNRS) a animé un atelier de lecture de textes en ourdou et en persan littéraire. Il a aussi consacré un séminaire au poète et philosophe indien Muhammad Iqbal (1877-1938) en liaison avec la genèse du séparatisme musulman. Quel est le lien entre le rejet par Iqbal, après son séjour en Europe (1905-1908), de tout un pan de la culture persane dans laquelle il avait été formé et sa vision radicalement nouvelle du sujet musulman et de sa communauté ? À la faveur de quelles circonstances politiques et sociales sa vision religieuse conduisit-t-elle le poète à proposer aux musulmans de l’Inde un destin qui leur fût propre ? Comment situer Iqbal dans la pensée islamique de son temps, ainsi que par rapport aux différents courants du réformisme musulman en Inde et à l’activité de la Ligue musulmane ? Telles sont certaines des questions qui ont été abordées.

5L’enseignement de Jean-Luc Racine (DR CNRS) a concerné les évolutions de l’économie indienne depuis le début des réformes, une attention particulière étant portée aux années 2000, qui ont vu la croissance indienne s’accélérer. Jean-Luc Racine, dans le cadre d’un séminaire consacré à « L’Inde émergente : dynamiques et débats », s’est Interrogé aussi sur les débats portant sur la définition des critères de pauvreté, très controversés. L’affichage gouvernemental d’une volonté de « croissance inclusive » bénéficiant au plus grand nombre est ainsi confronté à ceux qui parlent de « croissance sans développement », bénéficiant surtout aux hautes classes moyennes. Une question d’économie politique d’importance, à l’heure de proches échéances électorales.

Gérard Colas, directeur de recherche au CNRS

Les conceptions de l’image religieuse dans l’Inde ancienne

6Enseignement suspendu durant l’année universitaire 2007-2008

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Colas, « Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud – CEIAS », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 657-658.

Référence électronique

Gérard Colas, « Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud – CEIAS », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19652

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals