Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre d’études interdisciplinaires des faits religieux – CEIFR

Sossie Andezian
p. 658-659

Texte intégral

Sossie Andézian, chargée de recherche au CNRS

Religion et politique : identités confessionnelles et identités nationales dans les sociétés du Moyen-Orient contemporain

1L’objet de ce séminaire était l’analyse des phénomènes d’émergence, de réémergence et de radicalisation, à l’heure de la globalisation, des identités confessionnelles ou ethno-confessionnelles dans les États-nations modernes formés à la suite du démantèlement de l’Empire ottoman. Loin de les expliquer uniquement par l’échec des idéologies laïques à forger des identités nationales par-delà la diversité des appartenances confessionnelles ou par « le retour du religieux », nous les avons appréhendés comme des processus en construction, à partir des usages du passé par les groupes concernés, dans la perspective de définition d’identités particulières dans un cadre national.

2Les travaux de F. Barth sur les frontières de groupe, ceux de E. Renan, B. Anderson et de E. Gellner sur les nationalismes, ceux de M. Halbwachs sur la mémoire ont été sollicités pour déconstruire les logiques à l’œuvre dans l’affirmation d’identités collectives basées sur l’appartenance confessionnelle ou ethno-confessionnelle dans des structures étatiques plus ou moins centralisées (Turquie, Égypte, Irak, Palestine, Syrie, Liban) et leur articulation avec les identités nationales. Bien que l’islam soit la religion dominante dans la majorité de ces pays, nous avons pris en considération toutes les confessions en présence, quels que fussent leur statut et le nombre de leurs fidèles (différents courants de l’islam, rites chrétiens, judaïsme). De même que nous avons adopté une approche multidisciplinaire combinant les méthodes de la sociologie, de la science politique, de l’histoire et de l’anthropologie.

3Les différents intervenants invités se sont attachés à définir la place de la religion dans le système politique de chacun des pays, à identifier son rôle dans l’organisation sociale et à déterminer les usages qui en sont faits dans la quête de sens. La comparaison entre les différentes situations visait la mise en évidence de spécificités liées à des données structurelles (systèmes politiques et juridiques en vigueur) et des données historiques (généalogie du confessionnalisme) dans chacun des pays, de manière à éviter toute conception substantialiste. Les mouvements identitaires à base confessionnelle ou ethno-confessionnelle sont observés dans tous ces pays, mais ils sont plus ou moins visibles selon les contextes. Rattachés à des réseaux transnationaux, ils ne se situent pas à la marge des États-nations mais en leur sein, où ils revendiquent leur reconnaissance en tant que tels. Si le lien entre religion et politique se décline différemment dans l’espace et le temps, une constante demeure : le recours au code religieux pour donner du sens à l’expérience individuelle et collective et exprimer des demandes sociales et politiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sossie Andezian, « Centre d’études interdisciplinaires des faits religieux – CEIFR », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 658-659.

Référence électronique

Sossie Andezian, « Centre d’études interdisciplinaires des faits religieux – CEIFR », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19654

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals