Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre de recherches historiques – CRH

Hinnerk Bruhns, Jean-Pierre Grossein et Pascal Ory
p. 668-670

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Hinnerk Bruhns, directeur de recherche au CNRS
Jean-Pierre Grossein, maître de conférences à l’Université Paris-VIII

Max Weber : histoire, sociologie et économie

1Au cours de l’année, le séminaire a poursuivi les recherches entamées les années précédentes. Les problèmes d’interprétation et de réception de l’œuvre, ainsi que l’utilisation de concepts wébériens dans différents domaines des sciences sociales aujourd’hui ont constitué l’axe principal des différentes séances. Des problèmes de sociologie religieuse ont été l’objet d’abord d’un débat entre Michael Löwy (CNRS), Pascale Gruson (CNRS) et Jean-Pierre Grossein (SHADYC) autour de la question de « L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme » : le moment théologique dans l’approche wébérienne de l’agir social et le problème de la causalité dans les sciences sociales », puis d’un exposé de Youcef Djedi (Nantes) sur « Max Weber et l’Islam ». Deux exposés de Stephen Kalberg (Université de Boston) ont élargi la perspective sur l’analyse wébérienne de la civilisation occidentale : « I. Max Weber’s sociology of civilizations : major dimensions. » « II. Max Weber’s view of the west : The making of a sociologist of civilizations ».

2La dimension économique de l’œuvre de Weber a fait l’objet de deux séances particulières. Bertram Schefold (Université de Francfort-sur-le-Main), à partir du point de vue de l’économiste a traité de « Max Weber, économiste et historien de l’économie » sur l’arrière-plan de la science économique du début du vingtième siècle. Hinnerk Bruhns (CNRS), dans une séance sur « Retour sur “Max Weber et l’économie antique », organisé en commun avec Jean Andreau (EHESS) a présenté une lecture critique de deux ouvrages récents : M. Nafissi, Ancient Athens & Modem Ideology. Value, Theory & Evidence in Historical Sciences : Max Weber, Karl Polanyi & Moses Finley, Londres, 2005. A. Bresson, « Au-delà du primitivisme et du modernisme : Max Weber ou John Nash ? », Pallas, revue d’études antiques, 74/2007.

3Deux autres séances ont traité de « Histoire et sociologie de l’État dans l’œuvre de Max Weber » (Hinnerk Bruhns) et de « Théorie et pratique de la “compréhension” dans la sociologie de Max Weber » (Jean-Pierre Grossein).

Pascal Ory, professeur à l’Université Paris-I

Mythologies du contemporain (XVIIIe-XXIe siècle)

4Rappelons que ce thème – le troisième de ce séminaire, ouvert en 1997- en était, en 2007-2008, à sa deuxième année. Le propos, qui a fait l’objet des mises au point des premières séances, était de vérifier la pertinence de la grille de lecture par le mythologique, empruntée explicitement sinon – toujours avec clarté – à l’anthropologie, pour rendre compte de phénomènes en apparence spécifiquement contemporains. Si l’on définit le mythe comme formation narrative élaborée (mais par qui ?) et utilisée (mais comment ?) aux fins de donner sens à la condition humaine, à quelles conditions peut-on dire que le Père Noël ou Superman sont des « mythes », Halloween ou Star Wars des « mythologies » ? Poser la question, c’est, déjà, y répondre, en la retournant : au nom de quel présupposé le mythologique serait-il réservé aux sociétés disposant d’un système symbolique non occidental et/ou prémoderne ?

5Une fois rappelée la survivance, plus ou moins folklorisée, de mythes anciens, hérités des sociétés antiques ou médiévales, au sein des cultures contemporaines, l’essentiel du travail introductif a donc consisté à délimiter les espaces dévolus à la métaphore mythologique (des « divas » aux « stars » en passant par les « icônes ») et, plus systématiquement, à repérer les figures et les configurations nouvelles, surgies au sein de sociétés urbaines, démocratiques et libérales. L’approche par les figures permet de distinguer le personnage (exemple : Dracula) du genre (exemple : le vampire) et du type (exemple : le monstre), l’approche par les configurations, de déconstruire symétriquement ce qui appartiendrait à la logique de la personnification (exemple : la fantasy), à celle de l’intrigue (exemple : le complot), à celle de la fonction (exemple : la fondation).

6La perspective culturaliste qui préside à ce travail a conduit ensuite à repérer les facteurs et les acteurs de la fabrique contemporaine du mythe : supports textuels, sonores ou iconographiques ressortissant à la culture de masse, du roman gothique au fanzine, de la bande dessinée au jeu vidéo, rôle respectif des artistes, du premier rang (Richard Wagner) ou du second (Bram Stoker), et des intellectuels (cf. la référence explicite de George Lucas à Joseph Campbell), le plus remarquable tenant dans la conjonction des deux fonctions chez certains auteurs (J.-R.-R. Tolkien, J.-K Rawling), mythographes conscients et organisés.

7Les quatre invités de cette année ont proposé l’analyse détaillée de deux figures et de deux configurations. Vanessa Bertho a choisi la série télévisée Buffy pour explorer les remodelages récents de la figure vampirique dans une version adolescente féminisée ; Jean-Paul Gabilliet a synthétisé ses recherches sur « le super-héros : le grand mythe américain du XXe siècle », à partir de l’imagerie des comic-books de la première génération (années 1930-années 1950) ; Christophe Bourseiller a résumé son récent ouvrage consacré au phénomène new wave, type achevé de centrale de production mythique en milieu postmoderne ; Nicolas Bénard a extrait de sa récente thèse de doctorat sur le hard rock les éléments permettant de répondre à la question d’une instrumentalisation des mythes anciens par une esthétique de « niche ». L’ensemble de ces contributions monographiques a témoigné de la fécondité d’une approche en termes d’histoire culturelle, soucieuse de replacer l’imaginaire social dans un réseau de déterminations et d’intrigues où d’hypothétiques universaux entrent en rapport dialectique avec la conjoncture.

8Notons que la fréquentation moyenne du séminaire, situable au-dessus de la vingtaine de participants, a conduit à transférer la tenue de ses séances dans un local de plus grande capacité, quand il était disponible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hinnerk Bruhns, Jean-Pierre Grossein et Pascal Ory, « Centre de recherches historiques – CRH », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 668-670.

Référence électronique

Hinnerk Bruhns, Jean-Pierre Grossein et Pascal Ory, « Centre de recherches historiques – CRH », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19677

Haut de page

Auteurs

Hinnerk Bruhns

Articles du même auteur

Jean-Pierre Grossein

Articles du même auteur

Pascal Ory

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals