Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Programme de recherches interdisciplinaires « Biologie et société » -PRIBIOSOC

Henri Atlan et Claudine Cohen
p. 738-739

Texte intégral

Henri Atlan, directeur d’études
Claudine Cohen, maître de conférences

Biologie et société

1L’évaluation épistémologique des concepts de la biologie contemporaine a fait l’objet de plusieurs séances du séminaire mensuel du Programme de recherches Interdisciplinaire biologie et société. Michel Morange (ENS) a mis en évidence les définitions implicites de la notion de vie dans le cadre de l’exobiologie contemporaine. Dans un exposé intitulé « Naturalisation et post-humanité » François Rastier (CNRS) a proposé de tenter de clarifier les enjeux du renouveau du déterminisme génétique dans les sciences de la vie et de la culture actuelles. Avec l’essor actuel de la génétique, le néodarwinisme s’est étendu en philosophie de l’esprit, en psychologie évolutionniste, en linguistique cognitive, dans les NBIC (qui marquent le rapprochement des nanotechnologies et des sciences de la vie). Il a insité sur la nécessité de mener tout particulièrement une critique des recherches cognitives, dans lesquelles le néodarwinisme est d’autant mieux accueilli qu’il participe d’un programme de naturalisation du sens. Pierre-Henri Gouyon (MNHN) a présenté une réflexion sur la notion d’information biologique, abordant la notion de finalité à travers celle d’adaptation en biologie évolutive.

2D’autres questions relevant d’approches historiques ou sociologiques des savoirs et des pratiques, ont été abordées. Arnold Munich (Hôpital Necker) a mis l’accent sur le poids des idéologies dans le traitement des maladies génétiques. Paul-André Rosental (EHESS) a proposé d’envisager les traits distinctifs de l’eugénisme français en mettant en lumière les relations entre eugénisme et hygiène sociale après 1945. Si l’histoire de l’eugénisme s’est affranchie d’une histoire idéaliste des idées qui tendait à limiter son aire d’investigation, l’affirmation de son incompatibilité avec le catholicisme ou le natalisme, de son effondrement après la Deuxième Guerre mondiale ou de sa résurgence sous la forme « privée » des pratiques biomédicales contemporaines, ne suffisent plus à baliser la recherche. La réflexion sur l’eugénisme doit à ses yeux se réorienter autour d’une définition plus plastique de cette notion, et ouvrir la question des normes sous-jacentes aux politiques démographiques, sociales et sanitaires depuis un siècle. Daniel Jacobi (Université d’Avignon) a proposé une réflexion sur la notion de « patrimoine naturel » et ses usages en France, entre protection et diffusion touristique.

3Enfin, à l’occasion de leur récente édition en langue anglaise de la Protogée de Leibniz (The University of Chicago Press, 2008) André Wakefield (Université de Claremont, Californie) et Claudine Cohen ont défini et situé la notion d’une « géographie naturelle » dans le cadre des sciences de la nature invoquées et pratiquées par Leibniz.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Atlan et Claudine Cohen, « Programme de recherches interdisciplinaires « Biologie et société » -PRIBIOSOC », Annuaire de l’EHESS,  | 2009, 738-739.

Référence électronique

Henri Atlan et Claudine Cohen, « Programme de recherches interdisciplinaires « Biologie et société » -PRIBIOSOC », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2009, mis en ligne le 15 mai 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19782

Haut de page

Auteurs

Henri Atlan

Articles du même auteur

Claudine Cohen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals