Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Problèmes généraux

Sociohistoire des pratiques culturelles, XVIe-XVIIIe siècle

Roger Chartier
p. 136-139

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Roger Chartier, directeur d’études

Circulations textuelles et appropriations culturelles dans l’Europe moderne

1Les thèmes du séminaire de l’année 2008-2009 ont été étroitement liés à la recherche (qui deviendra un livre publié par Gallimard) consacré aux adaptations théâtrales de Don Quichotte dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles. Le point de départ en est la pièce perdue de Fletcher et Shakespeare The History of Cardenio (c’est du moins le titre que lui donne le libraire-éditeur Moseley lorsqu’il demande un « right in copy » sur le texte et quarante autres pièces en 1653). Représentée à la cour d’Angleterre en 1613, jamais imprimée, ni par Moseley ni par un autre « stationer », sans manuscrit conservé, Cardenio a hanté depuis le XVIIIe siècle la critique et l’édition shakespearienne, comme le montre l’adaptation que Lewis Theobald, lui-même éditeur de Shakespeare, en propose en 1727 sous le titre de The Double Falshood, or The Distrest Lovers et à partir de trois manuscrits anciens de la pièce qu’il dit posséder. Aujourd’hui l’obsession s’est transformée en véritable fièvre, multipliant les pièces qui, de diverses manières, prétendent avoir retrouvé, reconstitué ou réinventé le Cardenio perdu.

2Une première série de séminaires a été consacrée à deux autres pièces (heureusement conservées) issues comme Cardenio de la collaboration entre Shakespeare, retiré à Straford, et Fletcher durant les années 1612-1613. D’abord, Henry VIII ou All Is True (pour revenir à son premier titre) qui clôt le cycle des « Histoires » et qui a été lue dans ses écarts à la chronologie des événements (anticipés, condensés ou retardés par les dramaturges) et de son euphémisation du schisme religieux au profit de l’histoire de l’ascension et de la chute de trois destins, victimes de la roue de la Fortune : ceux de Buckingham, Catherine d’Aragon et du chancelier Wolsey. Ensuite, Les deux nobles cousins, publié en 1634, interprété à partir de ses parentés thématiques avec la « nouvelle » de Cardenio telle qu’elle est contée par Cervantès et porté sur la scène par Theobald. L’analyse de ces deux pièces a mis l’accent sur un mode ordinaire, voire dominant, de l’écriture dramatique dans l’Angleterre des XVIe et XVIIe siècles : la collaboration entre plusieurs dramaturges. Elle s’est attachée aux critères (linguistiques, stylistiques, poétiques, thématiques) qui font identifier les différentes mains à l’œuvre dans un même texte, redécouvrant (peut-être anachroniquement) la singularité individuelle dans des œuvres indivises pour leurs auteurs, acteurs et spectateurs – ce qui renvoie aux deux sens anciens du mot « individual » : individuel comme séparé, individuel comme Inséparable.

3Un second ensemble de séminaires s’est voué à la poursuite de l’étude des réceptions et appropriations du Don Quichotte. Gabriele Quaranta, boursier du Banco di San Paolo, a présenté sa recherche sur le premier ensemble de tableaux qui met en peinture les aventures du chevalier errant, de son écuyer et, secondairement de Cardenio : le cycle peint pour le château de Cheverny de la famille Hurault. Grâce à un minutieux travail d’archive, Gabriele Quaranta a pu rétablir les tableaux dans l’architecture ancienne du château (aujourd’hui transformée), il les a replacés au sein d’un ambitieux et complexe programme Iconographique littéraire qui s’est emparé aussi de l’Astrée, des Éthiopiques de Héliodore, du poème de Venus et Adonis dans une version de Puget de la Serre et du mythe de Persée et Andromède, et il leur a restitué leur correcte datation : seulement 13 des tableaux subsistant datent du XVIIe siècle et ont été peints par Jean Mosnier ou son atelier dans les années 1630-1640, les 23 autres ont été peints au XIXe siècle pour compléter la série.

4Le directeur d’études s’est attaché quant à lui à la première adaptation théâtrale en portugais de l’histoire de Cervantès, A vida do grande D. Quixote de la Mancha e do gordo Sancho Pança. Jouée en 1733, publiée en 1744 (récemment représentée à la Comédie française et republiée dans une édition moderne à São Paulo), cette pièce d’Antônio José da Silva, dit « O Judeu », porte sur la scène – en l’occurrence celle du théâtre de marionnettes du Bairro Alto de Lisbonne – des épisodes de la Seconde Partie de Don Quichotte, parue en 1615, avec une interpolation du poème de Cervantès, El viaje al Parnasso, publié en 1614. L’analyse a porté sur le choix des épisodes retenus, la signification de l’emprunt fait au Viaje ai Parnasso, et sur les écarts entre la pièce et Γ « histoire », en particulier l’ironie critique et « brechtienne » du Sancho de da Silva. Ont été aussi discutés les liens possibles entre certains vers de la pièce et la destinée tragique de son auteur, « converso » né à Rio de Janeiro, trois fois jugé par l’Inquisition de Lisbonne et finalement brûlé en 1737. Les deux livres de Nathan Wachtel, La foi du souvenir et La logique des bûchers ont permis de situer Antônio José da Silva dans le double contexte, familial et religieux, de sa biographie.

5D’autres séminaires ont eu une dimension plus directement méthodologique. Le premier, d’abord donné en conclusion à un colloque en hommage à Henri-Jean Martin tenu à l’ENSSIB de Villeurbanne, a proposé une analyse des nouvelles perspectives dans le domaine de l’histoire du livre. Le second, en collaboration avec un séminaire d’histoire des sciences dirigé par Dominique Pestre, a été consacré à comparer la propriété intellectuelle sur les textes et sur les inventions. Mario Biagioli (Université d’Harvard) y a présenté ses recherches sur les « patents » et brevets et le directeur d’études une analyse des différents moments qui ont cristallisé la catégorie même de propriété littéraire, entre la définition de la responsabilité pénale de l’auteur construite par les censures d’Église et d’État de la première modernité et l’association, fondatrice du « copyright » contemporain, des trois concepts de singularité, originalité et propriété telle qu’elle apparaît en Angleterre, en France et dans l’Empire.

6Ces thèmes, et d’autres, ont fourni la matière des séminaires ou des conférences donnés en début et fin d’année académique par le directeur d’études dans les Universités de Córdoba (Argentine), Santiago du Chili et Rio de Janeiro (Université Fluminense et Université d’État de Rio de Janeiro), dans les foires internationales du livre de Porto Alegre et Guadalajara (Mexique) et, comme chaque année, dans son enseignement à l’Université de Pennsylvanie au printemps.

Publications

  • Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétude, Nouvelle édition revue et augmentée, Paris, Albin Michel, Bibliothèque de l’Évolution de l’Humanité, 2009.
  • A história ou a leitura do tempo, tr. Cristina Antunes, Belo Horizonte, Autêntica, 2009.
  • Histoire de la lecture dans le monde occidental, sous la dir. de Guglielmo Cavallo et Roger Chartier, Moscou, Fair, 2008 (en russe).
  • « Postface. L’histoire culturelle entre traditions et globalisation », dans L’histoire culturelle : un « tournant » dans l’historiographie ?, sous la dir. de Philippe Poirrier, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2008, p. 189-196.
  • « Aprender a leer, leer para aprender », dans La lectura en España. Informe 2008, sous la dir. de José Antonio Millán, Madrid, Fundación Sánchez Ruipérez et Federación de Gremios de Editores de España, 2008, p. 23-39.
  • « L’histoire, ou la lecture du temps », dans Dall’Origine dei Lumi alla Rivoluzione. Scritti in onore di Luciano Guerci e Giuseppe Ricuperati, sous la dir. de Donattella Balani, Dino Carpanetto et Marina Roggero, Roma, Edizioni du Storia e Letteratura, 2008, p. 145-163.
  • « Does the New Cultural History Exist ? », dans Taiwan journal of east asian studies, vol. 5, n° 1, juin 2008, p. 199-214 (en chinois).
  • « Henri-Jean Martin, ou l’invention d’une discipline », Bibliothèque de l’École des Chartes, tome 165, juillet-décembre 2007, Paris et Genève, Librairie Droz, 2008, p. 315-328.
  • « Histoires sans frontières. Braudel et Cervantès », Cahiers du Centre de Recherches Historiques, octobre 2008, n° 42, « Circulations et frontières. Autour du 101e anniversaire de Fernand Braudel », p. 193-206.
  • « Qu’est-ce qu’un livre ? », Cahiers de la librairie, « Qu’est-ce qu’un livre aujourd’hui. Pages, marges, écrans », n°7, janvier 2009, p. 11-19.
  • « La biblioteca de arena », La Aventura de la Historia, n° 127, 2009, p. 76-79.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Chartier, « Sociohistoire des pratiques culturelles, XVIe-XVIIIe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 136-139.

Référence électronique

Roger Chartier, « Sociohistoire des pratiques culturelles, XVIe-XVIIIe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19826

Haut de page

Auteur

Roger Chartier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals