Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Problèmes généraux

Méthodes statistiques pour l’histoire

Michel Demonet
p. 144-145

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Michel Demonet, maître de conférences

1Comme les deux dernières années, ce séminaire se proposait d’exposer les techniques quantitatives les plus courantes en poursuivant la présentation des résultats de l’enquête réalisée sur le peuplement du Creusot de 1836 à la fin du XIXe siècle.

2Nous avons, pour l’essentiel, repris en les approfondissant les thèmes abordés l’an dernier. Après avoir rappelé le cadre général de cette recherche et la nature des documents dont nous nous sommes servis ainsi que les difficultés rencontrées dans leur utilisation, nous avons retracé l’évolution du nombre des habitants et de leur structure par âge, par sexe et par état matrimonial depuis le rachat de l’usine du Creusot en 1836 jusqu’à la fin du siècle. Nous nous sommes particulièrement attachés à déterminer l’évolution du rythme des migrations afin de déterminer la manière dont s’est constituée la population d’une ville qui passe de moins de 2 700 habitants en 1836 à plus de 22 000 en 1866 et qui, après une période de stagnation liée aux événements de 1870 – il y a eu une Commune au Creusot – verra sa croissance reprendre ensuite, certes de manière moins rapide : on compte un peu plus de 28 000 Creusotins en 1896 et un peu plus de 38 000 en 1921, au lendemain de la première guerre mondiale qui avait mobilisé sa capacité de production d’armement.

3Nous avons ensuite employé une grande part du reste de l’année à l’étude démographique de notre population comparée à celle de l’ensemble de la France. Pour ce faire nous avons consacré pour chacun des grands phénomènes démographiques, la mortalité, la fécondité et la nuptialité, un temps important à introduire les principaux indices et indiqué les méthodes de construction des tables, en présentant les deux points de l’approche des phénomènes de population : l’analyse longitudinale et l’analyse transversale.

4Puis, nous avons appliqué ces méthodes à l’étude de notre ville qui connaît, par rapport à l’ensemble du pays, une fécondité exceptionnellement élevée ; malgré une mortalité, en particulier enfantine, considérable, cette fécondité permet une croissance naturelle de la population très supérieure à celle du reste de l’hexagone : entre 1851 et 1876, le taux net de reproduction du moment dépasse presque toujours 1,5, alors que pour l’ensemble du pays il oscille autour de 1. Naturellement, ceci ne suffit pas à expliquer la croissance de la ville essentiellement due aux migrations.

5Certes, la mortalité et la fécondité du Creusot se rapprochent de celles de l’ensemble de la France au cours de la période 1851-1876, mais, comme le nombre d’enfants par femme diminue en même temps qu’augmente la proportion de femmes survivantes à l’âge moyen à la maternité, le taux net de reproduction du moment reste assez stable.

6En ce qui concerne la nuptialité, nous avons étudié d’une part les mariages célébrés au Creusot et d’autre part la nuptialité globale à partir des proportions de célibataires aux recensements – calculs entre recensements successifs et méthode d’Hajnal –. Le célibat définitif semble plus faible au Creusot que pour l’ensemble de la France et ce, pour les deux sexes. L’âge moyen au mariage est également plus précoce pour les deux sexes au Creusot que pour l’ensemble du pays, le phénomène étant nettement plus important pour les femmes que pour les hommes et, dans ces conditions, l’écart d’âge moyen au mariage est nettement plus élevé dans notre ville. On s’y marie plus et plus tôt qu’en moyenne dans le reste de l’hexagone, mais l’immigration plus souvent masculine désavantage relativement les garçons dans la recherche d’un conjoint. Comme pour les autres phénomènes, on assiste à un rapprochement progressif avec la situation dans l’ensemble du territoire.

7Il nous est finalement resté peu de temps, compte tenu des événements, pour aborder les aspects sociaux de notre étude, comme nous en avions l’intention.

8Comme les autres années, nous avons à la fois présenté aux étudiants les résultats de l’enquête sur le Creusot et également les outils que nous avons été amenés à utiliser : les techniques d’analyse démographique et de traitements statistiques, en particulier l’utilisation des méthodes d’analyse des données.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Demonet, « Méthodes statistiques pour l’histoire », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 144-145.

Référence électronique

Michel Demonet, « Méthodes statistiques pour l’histoire », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19829

Haut de page

Auteur

Michel Demonet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals