Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire des sciences

Expansion européenne et formation des savoirs, XVIe-XXe siècle

Kapil Raj
p. 166-167

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Kapil Raj, maître de conférences

Sciences et mondialisations, XVIe-XXe siècle

1Le séminaire de cette année a été pour l’essentiel consacré à un approfondissement du concept de « zone de contact », au coeur de mes recherches sur le rôle de l’interaction dans la formation et la transformation des savoirs et des sciences. Nous nous sommes penchés sur un espace spécifique dans lequel des rencontres interculturelles productrices de savoirs ont eu lieu ainsi que sur les mécanismes de leur organisation et de leur dynamique. Il s’agit de la ville de Calcutta au XVIIIe siècle. Créée de toutes pièces à partir de 1690 comme comptoir de commerce par des agents de la Compagnie anglaise des Indes orientales, elle va se transformer en à peine un siècle d’un ensemble de huttes en terre en principale ville de l’Inde britannique. La dynamique commerciale, sociale et culturelle de Calcutta favorise très tôt une culture cosmopolite aussi bien qu’une diversité religieuse et linguistique. Principal port de commerce maritime avec l’Inde, elle émerge aussi comme une des capitales mondiales des sciences, siège de l’Asiatic Society of Bengal fondée en 1784. Cette société savante, conçue à l’image de la Royal Society de Londres, devient rapidement un puissant outil pour la diffusion – en Asie comme en Europe et en Amérique du Nord – de la production savante de ses membres, qui s’étend de la linguistique et de la philologie aux mathématiques, à l’astronomie, à la géographie, à la géologie et à l’économie. C’est encore à Calcutta que sont créés le premier service cartographique de l’empire britannique (dans les années 1760), l’un des plus importants jardins botaniques du XVIIIe siècle (en 1787) et, en 1800, la première institution britannique d’enseignement supérieur en Asie – le College of Fort William. C’est là aussi qu’en 1839 sont conduites les premières expériences au monde de télégraphie sous-marine. Loin d’avoir affaire à un simple transfert des sciences occidentales, on y est confronté à une construction conjointe de l’activité savante et urbaine. C’est en effet l’administration de la justice qui, dans un contexte de socialibilités hétérogènes, engendre le brassage des pratiques et savoirs commerciaux, religieux, linguistiques, naturels, historiques, administratifs et juridiques et joue un rôle crucial dans l’émergence de Calcutta comme capitale savante à l’échelle mondiale pendant cette période. Ainsi, la cour de justice apparaît à la fois comme un carrefour où s’entrecroise une myriade de réseaux, mais aussi comme lieu où les savoirs s’ordonnent, se structurent par leur mise en forme institutionnelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kapil Raj, « Expansion européenne et formation des savoirs, XVIe-XXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 166-167.

Référence électronique

Kapil Raj, « Expansion européenne et formation des savoirs, XVIe-XXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19846

Haut de page

Auteur

Kapil Raj

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals