Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire de la famille

Antoinette Fauve-Chamoux, Marie-Pierre Arrizabalaga, Mario Boleda, Lucia Carle et Mary Louise Nagata
p. 240-243

Texte intégral

Antoinette Fauve-Chamoux, maîtresse de conférences
Marie-Pierre Arrizabalaga, maître de conférences à l’Université de Cergy-Pontoise
Mario Boleda, professeur à l’Université de Salta, Argentine
Lucia Carle, professeur à l’Université de Florence, Italie
Mary Louise Nagata, professeur à Francis Marion University

Pouvoirs et dépendances au sein de la famille : perspectives comparatives (XVIe-XXe siècle)

1Nous avons abordé les modèles de co-résidence dans le cadre de la famille, la transmission du patrimoine, la condition des veuves et des personnes âgées, l’avenir des cadets et cadettes et les systèmes migratoires liés à la reproduction familiale. Dans une optique largement comparative, nous avons cherché à mettre en évidence les interactions entre, d’une part, le changement social et, d’autre part, les stratégies individuelles et collectives concernant les comportements de reproduction socio-économique et choix de vie ultérieure.

2L’équipe du séminaire a poursuivi collaborations et échanges dans le cadre du projet européen COST A34 dont Antoinette Fauve-Chamoux est vice-présidente, intitulé « Genre et bien-être : les interactions entre les sphères du travail, de la famille et les politiques publiques ». Nous avons participé au groupe « Travail, institutions et traitement différencié des sexes » qui rassemble historiens de la famille, sociologues, économistes et spécialistes des sciences politiques. Nous avons accordé une attention particulière à la différence de genre en matière d’activité professionnelle, de promotion sociale et de part d’héritage.

3Isabelle Seguy, chercheur à l’INED et au CNRS (CEPAM à Sophia Antipolis) a présenté l’apport des nouvelles technologies en démographie historique, en particulier le Système d’Information Géographique (SIG) pour l’étude fine, à l’échelle régionale, de la progression des épidémies du passé. Son travail interdisciplinaire sur la peste qui sévit en Provence de 1720 à 1722 – qui fit plus de 2 000 morts à Martigues et quelque 120 000 à l’échelle de la région – peut être considéré comme un modèle pionnier apprécié déjà des grands instituts de veille sanitaire. Il faut noter aussi d’intéressantes applications de cet outil SIG à la paléodémographie.

4Lucia Carle, professeur à l’Université de Florence, a exposé les modèles sociaux, systèmes d’alliance et constructions identitaires en Italie du XVIe au XXe siècle, à partir des exemples de la région rurale piémontaise des Langhe et de la ville de Montalcino, en Toscane, que sa production viticole a placé brusquement face aux aléas d’une économie mondiale. Elle a analysé les spécificités de ces deux sociétés et les évolutions culturelles plus ou moins profondes qu’elles ont connues à travers le temps. Le rôle de la famille et des biens patrimoniaux y reste encore très important aujourd’hui comme autrefois, tout comme certaines formes de clientélisme local.

5Maria Cecilia Mercado Herrera, professeur à l’Université nationale de Salta (Argentine) a expliqué, pour les populations de la puna du Nord-Ouest de l’Argentine, les modèles de résidences familiales qui sont majoritairement de type nucléaire au XVIIIe siècle. De nouvelles perspectives comparatives s’ouvrent entre l’Europe de l’Ouest et les populations andines. Antoinette Fauve-Chamoux, elle-même professeur honoraire à l’Université nationale de Salta, a rappelé à cette occasion qu’un réseau international réunissant nombre de chercheurs intéressés, poursuit ces comparaisons transatlantiques en histoire de la famille et démographie historique. David Robichaux, professeur au Département des Sciences Sociales de l’Université Iberoamericana de Mexico, qui anime justement un groupe de travail international, interdisciplinaire et comparatif, en a présenté les derniers résultats : divers types de familles coexistent au Mexique, au sein d’une Amérique latine où les travaux sur l’histoire des populations coloniales et métisses se multiplient. On peut mieux évaluer maintenant les capacités de résistance de certaines populations aborigènes et esclaves et la diversité de leurs réponses aux processus de conquête.

6Ensuite, Ofelia Rey Castelao, professeur à l’Université de Saint-Jacques-de-Compostelle (Espagne) a expliqué les systèmes d’héritage, les stratégies d’alliance et les modèles de formation des ménages ruraux dans le Nord-Ouest de l’Espagne, aux XVIIIe et XIXe siècles. Comme la Galice espagnole connut alors un contexte difficile de stagnation économique et de surpopulation, le système égalitaire imposé par la loi de la Couronne de Castille depuis 1505 y provoqua une parcellisation des terres agricoles menaçant la viabilité de nombreuses petites propriétés familiales. Il en résulta une intense émigration masculine et un développement de la proto-industrie textile aux mains des femmes. D’efficaces stratégies de survie se mirent en place et l’existence des biens communaux joua un rôle essentiel dans cette société rurale particulièrement homogène où les femmes ont de tout temps eu des responsabilités.

7Cosme J. Gómez Carrasco, professeur à la Facultad de Humanidades de Albacete (Université de Castilla-la-Mancha, Espagne), s’est attaché à retracer l’histoire intergénérationnelle des familles urbaines d’une communauté marchande de Castille intérieure de 1700 à 1830, mettant en lumière leurs réseaux de parenté et les modes de fonctionnement du clientélisme social dans cette région. Puis, Maria del Mar Simón García, chercheur dans cette même université, a exposé de son côté, pour la même période, la condition des veuves dans le monde rural de La Mancha, leurs histoires de vie et les stratégies d’adaptation auxquelles elles ont eu recours : elles cherchent à se remarier et à toujours améliorer leur niveau de vie et celui de leurs enfants.

8Béatrice Craig a démontré, à partir de son étude fine des testaments et des biens de famille à Lille, aux XVIIIe et XIXe siècles, toute la part jouée par les femmes et les veuves dans le succès des entreprises productives et marchandes de ce milieu urbain. Les coutumes de Lille et de la région donnent aux épouses des droits précis sur leurs biens et des usufruits qui leur garantissent le maintien de leurs conditions de vie après leur éventuel veuvage, et surtout le moyen d’assurer la continuité de leurs entreprises et de les transmettre à leurs enfants selon leurs capacités.

9Nathalie Ostroot, chercheur attachée au CNRS (TELEMME à Aix-en-Provence), étudie aussi les femmes actives, du XVIIe à la fin du XIXe siècle. Elle s’est attachée à retracer les histoires de vie des mères célibataires d’Aix-en-Provence entre 1695 et 1715 et le triste destin de leurs nourrissons, souvent abandonnés à la charité publique et victimes de négligences fatales. Manami Yasui, professeur à Tenri University de Nara (Japon) a pour sa part mis l’accent sur la psychologie des mères qui perdent leurs bébés en bas âge, que ce soit par accident ou par le fait d’un avortement volontaire (ou parfois d’un infanticide). De nombreux rituels funéraires restent en pratique à ce jour et ces femmes connaissent des troubles spécifiques. Cependant, la société japonaise était réputée pour être plus tolérante, dans ce domaine, que celle du monde occidental en général, imprégné de valeurs chrétiennes imposant le respect de la vie.

10Marius Eppel, enseignant-chercheur à l’Université Babes-Bolyai de Cluj-Napoca et Daniela Detesan, de l’Institut d’Histoire George Barit de l’Académie des Sciences de Roumanie (Cluj-Napoca, Roumanie) ont commenté les premiers résultats de leur projet commun sur les rapports entre l’Église et l’État en Transylvanie de 1850 à 1900. Dans ce cadre, la famille roumaine s’est modernisée malgré les contraintes sociales, mais dans le respect des traditions, en particulier dans le domaine de l’alliance et du mariage. Speranta Dumitru, enseignant-chercheur à l’Université Paris-V/Descartes (CERSES), étudie l’existence actuelle des mariages blancs en Europe et s’est interrogée sur les rapports délicats entre vie privée et neutralité de l’État. Assurément, pour Ana Maria S.A. Rodrigues, professeur à l’Université de Lisbonne (Portugal) les états royaux d’Ancien Régime n’ont pas cessé d’intervenir pour imposer des alliances matrimoniales subtilement utiles aux princes et princesses des familles royales ibériques. Elle a analysé les conséquences, souvent tristes et parfois tragiques, de ces stratégies politiques quant à l’histoire personnelle des enfants de ces rois et reines de Portugal et d’Espagne, retraçant tout particulièrement la vie des infants d’Aragon et des princes d’Avis aux XVe et XVIe siècles. Pour l’Italie du XVIIIe siècle, Paolo Cornaglia, professeur à l’Université de Turin, approfondit pour sa part et dans un esprit résolument comparatif au niveau européen, les rapports entre vie publique et vie familiale dans les demeures des rois de Sardaigne, s’appuyant sur l’étude de l’espace et de leurs règles d’usage à la cour de Turin.

11Mary Louise Nagata, professeur à l’Université Francis Marion (USA) et chercheur associée au CRH/EHESS, étudiant les registres de population de Kyoto, a fait apparaître la complexité des stratégies familiales qui visent à la continuité du lignage et à la prospérité de la maison – « ie » au Japon – et a insisté sur la composition des ménages urbains, l’évolution de leurs structures par âges et leur vulnérabilité lorsque les réseaux familiaux et les enfants viennent à faire défaut. Avoir un enfant héritier est finalement la meilleure arme de lutte contre les risques de misère. Enfin Franck Guichet, enseignant-chercheur à l’École des Mines de Paris, Centre de Sociologie de l’Innovation, a exposé les résultats de son enquête sur le fonctionnement de l’aide professionnelle à domicile et de l’aide familiale aujourd’hui en France. Dans le cas de la maladie d’Alzheimer ou de personnes en fin de vie, il a montré que l’activité à domicile (non médicale) auprès de personnes dépendantes faisait appel à un personnel certes dévoué mais parfois insuffisamment préparé à répondre à des situations de crises.

Publications

  • « To remarry or not : well-being, female property and widowhood in early-modern France », dans The transmission of well-being : gendered marriage strategies and inheritance systems in Europe from the seventeenth to the twentieth centuries, sous la dir. de Margarida Durães, Antoinette Fauve-Chamoux, Llorenç Ferrer Alòs et Jan Kok, Bern, Peter Lang, 2009, p. 413-445.
  • « The stem family and the Picardy-Wallonia model », dans The stem family in Eurasian perspective. Revisiting house societies, sous la dir. d’Antoinette Fauve-Chamoux et Emiko Ochiai, Bern, Peter Lang, 2009, p. 203-252.
  • « Family reproduction and stem-family system : from Pyrenean valleys to Norwegian farms », dans The stem family in Eurasian perspective. Revisiting house societies, sous la dir. d’Antoinette Fauve-Chamoux et Emiko Ochiai, Bern, Peter Lang, 2009, p. 499-528.
  • « A comparative study of family transmission systems in the central Pyrenees and northeastern Japan », dans The stem family in Eurasian perspective. Revisiting house societies, sous la dir. d’Antoinette Fauve-Chamoux et Emiko Ochiai, Bern, Peter Lang, 2009, p. 529-558.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoinette Fauve-Chamoux, Marie-Pierre Arrizabalaga, Mario Boleda, Lucia Carle et Mary Louise Nagata, « Histoire de la famille », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 240-243.

Référence électronique

Antoinette Fauve-Chamoux, Marie-Pierre Arrizabalaga, Mario Boleda, Lucia Carle et Mary Louise Nagata, « Histoire de la famille », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19919

Haut de page

Auteurs

Antoinette Fauve-Chamoux

Articles du même auteur

Marie-Pierre Arrizabalaga

Articles du même auteur

Mario Boleda

Articles du même auteur

Lucia Carle

Articles du même auteur

Mary Louise Nagata

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals