Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire des pratiques et des représentations politiques à l’époque contemporaine

Stéphane Audoin-Rouzeau, Christophe Prochasson et Anne Rasmussen
p. 258-259

Texte intégral

Stéphane Audoin-Rouzeau, Christophe Prochasson, directeurs d’études
Anne Rasmussen, maître de conférences à l’Université Strasbourg-I/Louis-Pasteur

Atelier d’historiographie : comment on écrit l’histoire de la Grande Guerre

1À l’instar des années précédentes, le séminaire s’est présenté sous la forme de six grandes séances de travail au cours desquelles on a présenté des travaux réalisés ou en cours ayant trait à l’histoire socioculturelle de la Grande Guerre. L’année universitaire a débuté sous les auspices de la commémoration du quatre-vingt-dixième anniversaire du conflit, marquée par un déluge de publications auquel plusieurs participants du séminaire ont évidemment été associés de près ou de loin. Il était donc naturel que la séance du mois de décembre fût entièrement consacrée à l’évocation de cette commémoration. Stéphane Audoin-Rouzeau et Christophe Prochasson s’y sont employés, le premier en analysant les travaux de la Commission ayant préparé la commémoration officielle et dont il fut membre, le second par le commentaire des funérailles du dernier « poilu », Lazare Ponticelli, disparu le 12 mars 2008.

2Le séminaire a été ouvert par une séance revenant sur l’engagement des écrivains dans la guerre et sur l’impact de celui-ci sur la création littéraire. Yaël Dagan, auteure de La NRF entre guerre et paix, 1914-1925 (Tallandier 2008), ouvrage issu de sa thèse de doctorat, s’est penchée sur les méandres empruntés par la démobilisation culturelle dans le cas du groupe des écrivains de la NRF. Grâce à la présence de Laurence Campa (Université Paris-XII/Val-de-Marne), spécialiste de la littérature symboliste et d’Apollinaire, la vaste et inépuisable question des relations entre histoire et littérature a été de nouveau abordée, à travers le cas Apollinaire.

3C’est un tout autre domaine qu’ont abordé ensemble Anne Rasmussen et Frédéric Vagneron (doctorant EHESS). Tous deux ont rendu compte de leurs recherches respectives autour de la grippe espagnole. Ils ont mis en évidence les importants renouvellements historiographiques en cours. Non seulement ceux-ci révisent très sensiblement les acquis factuels (nombre de victimes à la hausse, origines et modalités de la diffusion de la maladie), mais ils permettent aussi de formuler très différemment les interrogations, notamment à la lumière de l’histoire socioculturelle des sciences. Le rejeu actuel des références à la grippe espagnole suscité par les menaces pandémiques contemporaines fait par ailleurs de cet épisode l’objet d’une histoire régressive des plus intéressantes pour comprendre la façon dont sont formulés des enjeux de santé publique.

4Stéphane Audoin-Rouzeau a coordonné une séance entièrement tournée vers l’étude des relations entre l’homme et l’animal durant la Grande Guerre. Damien Baldin (doctorant EHESS) s’est attelé à la présentation de ses recherches en cours. Il s’est particulièrement arrêté sur les phénomènes d’anthropomorphisation de l’animal tels qu’ils se manifestent dans les récits de guerre où les animaux jouent un rôle de premier ordre. Le cheval ou le chien, qui l’un et l’autre y sont souvent doués de la parole, remplissent un rôle important dans nombre de narrations. Ils sont tout à la fois témoins et acteurs des hostilités. Ils expriment aussi la souffrance des hommes. Anne Rasmussen a prolongé ces réflexions par un exposé sur le pou, parasite vecteur du typhus, incarnant, à l’inverse du cheval ou du chien, l’animal nuisible, tout en assurant une cohésion sociale. Les rituels d’épouillage – cas classique des études anthropologiques – peuvent être revisités comme moment clé de la vie des tranchées. Juliette Courmont (master EHESS) a proposé pour sa part une analyse sur les préjugés olfactifs propres aux systèmes symboliques gouvernant la culture de guerre : l’Allemand dégage une odeur nauséabonde qui trahit son animalité.

5Une très riche séance a permis de poser la question des conditions auxquelles peut s’écrire une histoire franco-allemande de la Grande Guerre. On a fait appel à deux historiens qui l’un et l’autre furent engagés dans une expérience d’écriture franco-allemande. Pierre Monnet (EHESS), membre de l’équipe ayant réalisé un manuel franco-allemand de l’enseignement secondaire, a présenté les négociations historiographiques ayant eu pour objet la période de la Grande Guerre. Nicolas Beaupré (Université de Clermont-Ferrand) a rendu compte de sa propre expérience d’écriture d’une histoire franco-allemande bilingue.

6La dernière séance a été l’occasion de revenir sur l’archéologie de la Grande Guerre. Stéphane Audoin-Rouzeau a montré comment le champ de bataille pouvait être constitué comme une source par l’historien. À l’appui de cette thèse, Nicholas Saunders (Université de Bristol) a proposé un bilan tout à fait convaincant des acquis de l’archéologie de la Grande Guerre telle qu’elle s’est développée dans les dernières années. Franck Lesjean (diplôme EHESS) a quant à lui présenté, objets à l’appui, les résultats de ses recherches ayant trait aux vestiges découverts sur les champs de bataille, et plus spécifiquement ceux liés à l’alimentation des combattants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Audoin-Rouzeau, Christophe Prochasson et Anne Rasmussen, « Histoire des pratiques et des représentations politiques à l’époque contemporaine », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 258-259.

Référence électronique

Stéphane Audoin-Rouzeau, Christophe Prochasson et Anne Rasmussen, « Histoire des pratiques et des représentations politiques à l’époque contemporaine », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19929

Haut de page

Auteurs

Stéphane Audoin-Rouzeau

Articles du même auteur

Christophe Prochasson

Articles du même auteur

Anne Rasmussen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals