Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire sociale des pouvoirs politiques

Robert Descimon et Élie Haddad
p. 277-278

Texte intégral

Robert Descimon, directeur d’études
Élie Haddad, chargé de recherche au CNRS

La parenté dans la noblesse de robe et dans la bourgeoisie parisiennes

1La famille Potier a d’abord retenu l’attention. Ce lignage de pelletiers et de changeurs parisiens du XVe siècle passa à la robe parlementaire au XVIe siècle. Grâce à leurs alliances matrimoniales avec les Baillet, les Potier fondèrent alors deux branches, l’aînée de présidents à mortier au parlement de Paris, la cadette de secrétaires d’État, puis de ducs et pairs. Il s’agit d’une des deux ou trois réussites sociales les plus impressionnantes de l’Ancien Régime. Cette étude, qui annonce un prochain livre, s’est longuement attachée aux conditions de possibilité, économiques, sociales et anthropologiques d’un parcours aussi étonnant.

2Une autre séquence de ce séminaire a réfléchi sur les usages sociaux de la coutume de Paris. Nous avons en outre accueilli Rafe Blaufarb (Université Florida State) qui a abordé la question du privilège fiscal et de la noblesse (fin du Moyen Âge – Temps modernes), et Nicole Dufournaud et Jean-Daniel Fekete (INRIA) (indexation des textes historiques). Les récents livres de Claire Chatelain et de Mathieu Marraud ont été présentés par Pavel Ouvarov (Académie des sciences de Russie) et par R. Descimon. Pavel Ouvarov a traité de l’histoire de la famille Becdelièvre à Rennes au XVIe siècle et du rôle financier et politique d’Albisse del Bene, surintendant des finances le roi sous Henri II. Geneviève Morin (Université de Laval (Québec), doctorante en co-tutelle à l’EHESS) a exposé ses recherches sur la « pratique », la postulation légale ou illégale et les procureurs du parlement de Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles.

3Les trois derniers séminaires ont été consacrés par Laurence Croq (Université Paris-X/Nanterre) et Mathieu Marraud (CRH) aux conséquences de la séparation de biens entre époux (Paris – XVIIIe siècle) et à la construction du pouvoir social et politique des Six Corps des marchands parisiens.

4Souhaitant manifester notre opposition aux « réformes » proposées par le ministère de la Recherche et de l’Enseignement supérieur et celui de l’Éducation nationale concernant le statut des enseignants chercheurs, la formation des enseignants du secondaire, l’avenir des établissements de recherche et l’aide aux doctorants, nous avons participé, ainsi qu’un certain nombre de collègues, à un programme alternatif de séminaires « Changeons le programme ! » qui analysait l’origine et les effets de ces « réformes » sur la place du savoir dans notre société et le rôle qu’on souhaite assigner aux chercheurs. Cette initiative se prolongera l’an prochain dans un séminaire commun, intitulé : « Les politiques des sciences. Séminaire alternatif ».

Publications

  • « L’exemplarité sociale des Historiettes de Tallemant des Réaux », Construire l’exemplarité. Pratiques littéraires et discours historiens (XVIe-XVIIIe siècle), sous la dir. de Laurence Giavarini, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2008, p. 181-195.
  • « Chastel’s attempted regicide (27 December 1594) an its subsequent transformation into an “Affair” », dans Politics and religion in early Bourbon France, sous la dir. d’Alison Forrestal et Éric Nelson, Londres, Palgrave Macmillan, 2009, p. 86-105.
  • « Les élections échevinales à Paris (mi-XVIe siècle-1679). Analyse des procédures formelles et informelles », dans Élections et pouvoirs politiques du VIIe au XVIIe siècle, sous la dir. de Corinne Péneau, Paris, Éd. Bière, 2009, p. 239-277.
  • « La fortune des Parisiennes : l’exercice féminin de la transmission (XVIe-XVIIe siècles) », dans La famiglia nell’economia europea secc. XIII-XVIII/The economic role of the family in the European economy from the 13th to the 18th centuries, sous la dir. de Simonetta Cavaciocchi, Atti della Quarantesima Settimana di Studi, Fondazio F. Dattini, Serie II, 40, Florence, Firenze U. R, 2009, p. 619-634.
  • Avec Simone Geoffroy-Poisson, « Droit et pratiques de la transmission des charges publiques à Paris (mi-XVIe – mi-XVIIe siècles) », dans Mobilité et transmission dans les sociétés de l’Europe moderne (XVIe-XVIIIe siècles), sous la dir. d’Anna Bellavitis, Laurence Croq et Monica Martinat, Rennes, PUR, 2009, p. 219-234.
  • « Jacques Auguste de Thou (1553-1617) : une rupture intellectuelle, politique et sociale », Revue de l’histoire des religions, 226/3, 2009, p. 485-495.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Descimon et Élie Haddad, « Histoire sociale des pouvoirs politiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 277-278.

Référence électronique

Robert Descimon et Élie Haddad, « Histoire sociale des pouvoirs politiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19944

Haut de page

Auteurs

Robert Descimon

Articles du même auteur

Élie Haddad

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals