Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Pratiques et discours de l’Antiquité tardive

Jean-Michel Carrié
p. 279-280

Texte intégral

Jean-Michel Carrié, directeur d’études

La transition entre Antiquité tardive et hautes époques médiévales : les aspects juridiques

1Le séminaire a entrepris d’étudier les transformations du langage juridique dans la période d’établissement des royaumes germaniques en Occident. Un premier champ d’étude a été abordé, celui de la fiscalité. On a cherché à montrer comment, de la persistance partielle, du reste inégale selon les royaumes d’Occident, de la terminologie fiscale romaine il était hasardeux d’inférer une continuité de l’appareil fiscal lui-même et des formes prises par le prélèvement et la redistribution. La dilution progressive de la cité antique et de sa classe dirigeante, qui fournissait le personnel indispensable au bon fonctionnement des complexes opérations de répartition et de levée de l’impôt impérial, aurait suffi à rendre impossible la survie du système fiscal romain qui s’est, au contraire, pour l’essentiel, maintenu en Orient.

2Le deuxième champ retenu pour étudier les fonctionnements juridiques à partir de la période charnière entre IVe et Ve siècles et en suivre les évolutions ultérieures a été celui de l’hospitium ou hospitalitas accordée aux nouveaux occupants d’une partie du sol précédemment impérial. Une lecture non prévenue des sources – dont beaucoup sont de maniement délicat – et leur croisement avec d’autres documentations – l’archéologie étant ici d’un faible secours – conduisent à retenir une interprétation concrète et réaliste des tertiae ou portions des grands domaines attribuées aux guerriers barbares et à rejeter l’interprétation fiscaliste qui voyait en elles de simples parts fiscales directement dévolues à l’entretien des armées. Cette partie de l’étude a souffert de la désorganisation de la seconde partie de l’année universitaire due aux causes que l’on sait et à l’absence d’audience accordée au mouvement protestataire. Les formes alternatives prises par tant de séances ont conduit à un rattrapage final de l’année à coup de journées continues de séminaire. L’étude de l’hospitalitas, de ses principes, de ses modalités, de ses effets, sera prolongée l’an prochain.

3Le séminaire s’est également fait l’écho des programmes de traduction dans lesquels le directeur d’études se trouve engagé : celui des Discours de Libanios (Belles Lettres) et du Code Théodosien, Livres II (Éditions du Cerf).

4Nous avons accueilli plusieurs conférenciers invités : Norberto Guarinello, professeur à l’Université de Sâo Paulo ; Barbara Lichocka, professeur à l’Université de Varsovie ; Elio Lo Cascio, professeur à l’Université de Rome « La Sapienza ». Le séminaire a également donné la parole aux doctorants pour de remarquables contributions (Gilles Bransbourg, Jean-Philippe Carrié, Sylvain Janniard, Jean-Pierre Reboul).

5Pour sa part, le directeur d’études a présenté des communications dans les réunions scientifiques suivantes :

6Colloque « Entre el impuesto y la renta. Problemas de la fiscalidad tardoantigua », Salamanca, 17-19 novembre 2008 ; Colloque « Aux sources juridiques de l’histoire de l’Europe : le Code Théodosien », Clermont-Ferrand, 4-6 décembre 2008) ; Journée d’études « L’empereur Julien et son destin », Paris, 28 mai 2009 ; « Les manuels d’administration de la Chine impériale. Conclusions et comparaisons, Séminaire du Collège de France, 4 et 5 juin 2009 ; « L’armée hors des camps », Colloque de la SFER, Paris, 6 juin 2009 ; « Réformer la cité : Codifications et réformes dans l’Empire tardif et les Royaumes barbares », Colloque de Rome, EFR, 30 juin-1er juillet 2009. Il a donné des conférences à Rouen, Naples, Padoue, et dans sept universités brésiliennes. Il a pris part aux groupes de travail : « Souveraineté monétaire et souveraineté politique » ; « Travail contraint/travail forcé » ; « En deçà du sujet : Analyses comparées des modes d’action et de présence (ACMAP) » ; « Groupe de recherche sur la topographie d’Antioche ».

Publications

  • Avec F. Baratte, W. Pohl et G. Ripoll, « Une question en débat : la transformation du monde romain et le rôle des barbares », Perspective, 2008-1, p. 19-28.
  • « Rostovtseff et l’histoire de l’Antiquité tardive », dans Michel Ivanovitch Rostovtzeff, sous la dir. de Jean Andreau et Wladimir Berelowitch (Pragmateiai 14), Bari 2008, p. 253-270.
  • Édition du dossier L’Empire des Théodoses dans Antiquité Tardive, 16, 2008.
  • « Le nombre des chrétiens en Égypte selon les données papyrologiques », dans Quid est christianum esse ?, sous la dir. de H. Inglebert, S. Destephen et B. Dumézil, Le problème de « la christianisation du monde antique ». Actes du Colloque de Nanterre, 26-27-28 mai 2008.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Carrié, « Pratiques et discours de l’Antiquité tardive », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 279-280.

Référence électronique

Jean-Michel Carrié, « Pratiques et discours de l’Antiquité tardive », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19947

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Carrié

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals