Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Travail et industrie dans l’Europe préindustrielle

Mathieu Arnoux et Jacques Bottin
p. 290-292

Texte intégral

Mathieu Arnoux, directeur d’études
Jacques Bottin, directeur de recherche au CNRS

Firmes commerciales et organisation des marchés Europe occidentale et monde méditerranéen, XIIe-XVIIe siècles

1Le thème choisi pour cette année, « Places et produits » soulevait une série de problèmes importants d’organisation des espaces de production et des marchés européens à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne. En choisissant de concentrer l’analyse dur le concept de « place » (le mot n’est jamais utilisé dans le sens de « place de commerce » à l’époque médiévale), on souhaitait déplacer l’analyse vers le petit groupe, variable dans son nombre comme dans sa composition, des lieux centraux du commerce européen. En faisant porter l’enquête sur les produits et les marchandises, plutôt que sur les acteurs et les institutions, on souhaitait mettre en évidence le rôle particulier joué par ces lieux dans l’organisation des systèmes productifs et des marchés de consommation. Le séminaire a donc procédé par lieu, essayant de mettre en évidence, de part et d’autre de la période, la fonction dans le système européen des échanges d’un certain nombre de villes de première importance : Paris, Londres, Bruges et Anvers, Rouen, Venise (séance sur les produits toiliers présentée par D. Gasparini, directeur d’études invité). Dans chaque cas, les fonctions locales de place ont été étudiées à partir des dynamiques de spécialisation. Ces présentations ont surtout permis aux participants de prendre la mesure des problèmes soulevés. Quelque peu désorganisée par la récurrence de manifestations parisiennes organisées à la même heure, la succession des séances a mis en évidence pour les diverses villes étudiées les diverses modalités d’articulation entre les lieux institutionnels (marchés, bourses, halles, auberges), les acteurs et les divers réseaux dans lesquels ils s’insèrent. Selon l’usage du séminaire, les exposés ont fait alterner la lecture d’études classiques ou récentes (R. De Roover et J. Murray sur Bruges, par exemple) et des études de document (le livre de comptes du marchand écossais A. Hallyburton pour étudier les relations de Bruges, Middelbourg et Anvers dans les années 1490). Plusieurs thèmes sont ainsi apparus centraux, et feront l’objet de séances d’approfondissement du séminaire à venir, comme le problème de la division du travail d’élaboration des produits commerciaux, réservant à quelques places la finition et le conditionnement des marchandises, où celui de l’élaboration de pratiques commerciales et d’institutions liées à certains produits bien identifiés. La lecture de documents comptables, issus de fonds d’entreprises ou de manuels à l’usage des marchands a permis d’étudier de manière précise la prise en compte par les acteurs des normes relatives à la définition des produits et à leurs modalités d’échange. Le thème apparaît donc particulièrement riche et le séminaire de l’année à venir lui sera consacré.

2Par ailleurs, comme l’année précédente, les deux enseignants ont participé à l’organisation et à la tenue d’une école d’été intitulée « Sources pour l’histoire économique européenne (XIVe-XVIIe siècle) : les comptabilités », qui a rassemblée au siège de la fraternité des laïcs d’Arezzo une quinzaine de boursiers européens. L’opération, co-organisée par le CNRS (ENS-IHMC), l’Université de Sienne, l’Université Paris-VII/Denis Diderot et l’École française de Rome, a reçu le soutien de l’IUF et du ministère de la Recherche et de l’Enseignement supérieur. Elle a permis, par la confrontation des expériences de recherche des enseignants et des doctorants, d’approfondir la distinction et les influences réciproques des comptabilités commerciales, instruments de gestion permettant de représenter au plus près les situations des acteurs, et les comptabilités publiques, urbaines ou domaniales, formalisant les décisions des acteurs pour en montrer la légitimité. Une troisième session sera organisée à Arezzo à l’été 2010.

Publications

  • « Les effets de la peste de 1348 sur la société normande : à propos d’un jugement de l’échiquier de 1395 », dans Des châteaux et des sources. Archéologie et histoire dans la Normandie médiévale (mélanges en l’honneur d’Anne-Marie Flambard), sous la dir. d’E. Lalou, B. Lepeuple et J.-L. Roch, Rouen, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2008, p. 77-86.
  • Avec Jacques Bottin, Isabelle Vérité, Entrepreneur et gentilhomme : Gilles de Gouberville, acteur de l’économie normande, Les Cahiers Goubervilliens, n° 12, 2008.
  • « Lucien Musset, historien des campagnes. Autour d’un article de 1946 », dans Postérité de Lucien Musset, sous la dir. de V. Gazeau et F. Neveux, Caen, PUC, 2009, p. 55-64.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Arnoux et Jacques Bottin, « Travail et industrie dans l’Europe préindustrielle », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 290-292.

Référence électronique

Mathieu Arnoux et Jacques Bottin, « Travail et industrie dans l’Europe préindustrielle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19956

Haut de page

Auteurs

Mathieu Arnoux

Articles du même auteur

Jacques Bottin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals