Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Europe centrale et orientale

Histoire turque et ottomane

Gilles Veinstein
p. 322-323

Texte intégral

Gilles Veinstein, directeur d’études

1Nous avons entrepris de rassembler et d’exploiter l’ensemble des lettres (nâme-i cherîf ou nâme-i hümâyûn) adressées par les sultans ottomans aux rois de France. Ce projet s’inscrit dans un programme international d’étude des chancelleries et des correspondances des États musulmans au Moyen Âge et au début de la période moderne, jalonné par une série de rencontres scientifiques. Notre contribution, la constitution de ce corpus ottoman, nécessite des recherches en elle-même, car il n’existe pas en tant que tel. Une partie de ces lettres sont connues (notamment les premières adressées par Soliman le Magnifique à François 1er, qu’elles aient été éditées, de façon plus ou moins satisfaisante ou qu’elles soient restées inédites, qu’on dispose du texte original ou seulement de traductions italiennes ou françaises, intégrales ou non, datables ou non et de toutes façons incontrôlables. D’autres, le cas échéant objet de mentions, peuvent être perdues à jamais, mais des découvertes restent à faire, en des lieux parfois inattendus des fonds français, et, plus encore, sous forme de brouillons ou de copies, dans plusieurs séries des archives ottomanes, surtout, pour le XVIe siècle, les registres dits des Mühimme Defteri.

2Dans cette perspective, le séminaire de cette année a été centré sur le déchiffrement, la traduction et l’analyse d’une vingtaine de ces lettres, émises par les sultans Soliman 1er et Selim II, entre 1543 et 1572. Plusieurs étaient inédites et l’ensemble n’avait jamais été pris comme un tout. Nous avons pu mesurer combien une telle source était susceptible de renouveler une question aussi classique que celle des relations franco ottomanes dans cette période fondatrice. Quelques faits nouveaux sont livrés, en matière de commerce, de missions diplomatiques ou de piraterie ; des précisions chronologiques sont fournies. Tout cela est utile, mais sans doute plus neuf et plus fécond est le changement d’angle de vue que permet cette approche. Les relations sont considérées du point de vue ottoman. Les préoccupations et les attentes de ce côté-là apparaissent. Instructive également est la confrontation entre le discours tenu au roi de France et les instructions données en interne aux agents du sultan : il n’y a pas de double langage ; c’est la conclusion qui s’impose, par exemple, à la lecture de l’ensemble du dossier relatif à l’embargo sur les cargaisons françaises à Alexandrie, dans les années 1565-1569, à la demande du favori juif, Joseph Nasi. Plus généralement, à travers la rhétorique profuse et subtile et la dialectique serrée, implacable, de ces écrits, émergent les concepts de la diplomatie et de la philosophie politique des gouvernants. Une autre voie d’investigation encore est ouverte par l’existence structurelle dans ces épîtres d’une expositio consistant à reprendre le contenu de la lettre du roi ou des déclarations de son ambassadeur, avant d’y apporter la réponse que constitue la lettre en cours. Ce sont autant de tableaux passablement déconcertants et, à première vue, énigmatiques (notamment par la manière de nommer les acteurs), de l’actualité européenne, par exemple des luttes entre le roi d’Espagne et les rebelles des Provinces Unies, ou entre catholiques et protestants français, à travers ce qui en a été compris et retenu par les gouvernants ottomans.

3Exposé de : Güines Isiksel (doctorant) et Constantin Antoche (postdoctorant) : « La révolte de Ion Voda ».

Publications

  • Avec Suraiya Faroqhi, Merchants in the Ottoman Empire, Collection Turcica, vol. XV, Peeters, 2008.
  • Avec Henry Laurens et John Tolan, L’Europe et l’islam. Quinze siècles d’histoire, Paris, Odile Jacob, 2009.
  • « Les marchands étrangers dans l’Empire ottoman (XVIe-XVIIIe siècle). Questions de prix », dans Merchants in the Ottoman Empire, sous la dir. de S. Faroqhi et G. Veinstein, Paris-Louvain, Peeters, 2008, p. 47-61.
  • « L’Europe ottomane à l’époque moderne. Essai de définition » dans Turcs et turqueries (XVIe-XVIIIe siècle), Association des Historiens modernistes des universités françaises, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2009, p. 9-24.
  • « Les règlements fiscaux ottomans de Crète » dans The Eastern Mediterranean under Ottoman Rule : Crète. 1645-1840, sous la dir. d’A. Anastasopoulos, Halcyons Days in Crete VI. A Symposium Held in Rethymno, 13-15 January 2006, Rethymno, Crete University Press, 2008, p. 3-16.
  • « The Ottoman Town », dans The City in the Islamic World, sous la dir. de S.-Κ. Jayyusi, R. Holod, A. Petruccioli et A. Raymond, vol. I, Leyde-Boston, Brill, 2008, p. 205-217.
  • « Les fondements juridiques de la diplomatie ottomane en Europe », dans Les relations diplomatiques entre le monde musulman et l’occident latin (XIIe-XVIe siècle), sous la dir. de D. Aigle et P. Buresi, Oriente Moderno, nouvelle série lxxxviii, 2, 2008, Rome, 2008, p. 509-522.
  • « L’établissement des Juifs d’Espagne dans l’Empire ottoman (fin XVe-XVIIe) : une migration », dans Le monde de l’itinérance en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et d’identification, sous la dir. de C. Moatti, W. Kaiser et Ch. Pébarthe, Bordeaux, Ausonius, 2009, p. 667-683.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Veinstein, « Histoire turque et ottomane », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 322-323.

Référence électronique

Gilles Veinstein, « Histoire turque et ottomane », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/19994

Haut de page

Auteur

Gilles Veinstein

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals