Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Histoire des systèmes de croyance au Moyen Âge et à la Renaissance

Alain Boureau
p. 334-335

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Alain Boureau, directeur d’études

Un débat quodlibétique et son contexte : Richard de Mediavilla, la fiscalité, la succession napolitaine et la physique du mouvement

1La rectification des dates d’activité de Richard modifie totalement la portée de son œuvre. Si on la situe essentiellement dans les années 1290, Mediavilla devient l’un des pionniers du grand tournant de la pensée qui apparaît chez Jean Duns Scot et chez Guillaume d’Ockham, avant de susciter une très riche production intellectuelle. Richard cesse d’être l’ultime rejeton de la génération 1270-1280. Cette rectification n’est pas une simple décision classificatrice : elle correspond de près à un contenu nouveau, d’autant plus impressionnant qu’il ne dispose pas encore d’une systématisation cohérente. Bien des concepts de Duns Scot s’éclairent par la lecture des tentatives tâtonnantes de Richard. À côté d’un aspect pré scotiste (notamment sur la question de l’individuation et de la représentation), le texte offre des jalons originaux en direction du nominalisme et d’un certain matérialisme. Mais cela n’implique pas que Richard soit un simple précurseur, parce qu’il a son propre système complet de pensée. Et l’appropriation de ses découvertes fut assez diverse. Un des bénéfices d’une meilleure connaissance des textes de Mediavilla serait de combler un vide de l’histoire de la pensée et de rompre avec l’image intimidante et abrupte de certains penseurs, isolés dans leur découverte soudaine. Enfin, la remise en cause des dates sépare l’activité de pensée de la seule fonction enseignante, exercée par Richard entre 1284 et 1288, ce qui donne une autre configuration à sa carrière.

2Nous avons donc analysé essentiellement le Quodlibet, qui contient certaines questions bien étranges. J’ai considéré la totalité des 81 questions du recueil, que j’ai traité comme un ensemble, à l’encontre de l’usage courant des historiens qui ont tendance à isoler des questions pour les relier immédiatement à des questions d’auteurs différents selon un thème commun.

3Dans le séminaire de l’année précédente, j’avais fait part d’une hypothèse qui dut surprendre : à la fin du XIIIe siècle, Richard de Mediavilla aurait raisonné sur le miracle mariai de Notre Dame de Lorette qui n’est pas mentionné par ailleurs avant la fin du XVe siècle. Cette allusion impliquait de rajeunir de dix ans le recueil quodlibétique qui, pour moi, évoquait indirectement le miracle. Ce déplacement de date était lourd de conséquences sur la chronologie universitaire, si rare en dates solides. Sylvain Piron prit le rôle de l’opposant dans la dispute. Il rassembla les arguments qui allaient à l’encontre de cette hypothèse. Il fallait en avoir le cœur net.

4Nous avons d’abord considéré les deux longues questions qui semblent discuter les premières décisions du nouveau pape, Boniface VIII, notamment en matière de fiscalité avec la bulle Clericis laïcos. Le contexte du recueil se précisait.

5Un des principaux problèmes était de donner un référent précis à des questions formulées en termes abstraits. J’avais pourtant la conviction que l’étrangeté des situations envisagées devait correspondre soit à une interrogation inédite, soit à un cas singulier. Sinon, à quoi bon poser une question dont la réponse s’imposait ? Si on ne constatait pas d’enjeu théorique véritablement inédit, il fallait donc rechercher le cas particulier.

6J’ai donc commencé par examiner les termes de la question qui contiendrait cette allusion au miracle de Lorette. Puis j’ai proposé un nouveau cadre chronologique à la carrière de Richard de Mediavilla et j’ai entrepris de réviser la date du recueil en prenant, à propos de deux questions, deux séquences générales de considérations, l’une sur la pénitence, objet d’une controverse où les arguments se répondent dans une chronologie précise et l’autre sur un exemple physique (la fève et la meule), en retraçant son emploi, lui aussi situé dans l’histoire. J’en suis arrivé à la probabilité de la date de 1295 pour la rédaction de ce Quodlibet. Le lieu de cette dispute devient alors clairement le couvent franciscain de Naples, où se négocie âprement le statut futur du prince héritier du royaume, Louis d’Anjou, précisément à l’automne 1295. On peut en inférer que ces séances quodlibétiques s’inscrivent dans une discussion générale au sommet de l’ordre franciscain.

7Il faudra donc poursuivre l’exploration de cette œuvre et de cette carrière, après cette première et fructueuse remise en place.

8Nous avons consacré quelques séances, avec Luc Ferrier, à l’exégèse de Job au XIIIe siècle et notamment aux commentaires du chapitre 31 et à ses aspects eschatologiques, en vue de préparer la mise en place d’un nouveau groupe de travail en 2009-2010. Le séminaire a entendu et discuté une communication de Maaike van der Lugt (Paris-VII/Denis-Diderot et GAS) sur la fascination, qui est au centre de ses recherches actuelles et qui fournit l’objet d’une longue question disputée de Mediavilla. Nous avons aussi bénéficié d’un exposé de Myriam Greilsammer (Université de Bar Ilan) sur son récent livre La Roue de la fortune. Enfin, le séminaire a accueilli les exposés de Katherine Tachau (Université d’Iowa) sur les Bibles moralisées.

Publications

  • « Demons and the Christian Community », dans The Cambridge History of Christianity, sous la dir. de Miri Rubin et Walter Simon, tome IV, Christianity in Western Europe c. 1100-c. 1500, Cambridge, 2009, p. 420-432.
  • « Un sujet agité. Le statut nouveau des passions de l’âme au XIIIe siècle », dans Le sujet des émotions au Moyen Âge, sous la dir. de Piroska Nagy et Damien Boquet, Paris, Beauchesne, 2009, p. 187-200.
  • « Vestiges des puissances absentes », Penser/Rêver, n° 15 (« Toute puissance »), printemps 2009, p. 151-166.
  • « Huit siècles dans l’arbre de l’avidité », Penser/Rêve, r n° 16 (« Un petit détail comme l’avidité »), automne 2009, p. 111-120.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Boureau, « Histoire des systèmes de croyance au Moyen Âge et à la Renaissance », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 334-335.

Référence électronique

Alain Boureau, « Histoire des systèmes de croyance au Moyen Âge et à la Renaissance », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 17 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20002

Haut de page

Auteur

Alain Boureau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals