Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Pratiques spirituelles, régimes discursifs et rapports sociaux à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècle)

Pierre-Antoine Fabre
p. 337-339

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Pierre-Antoine Fabre, directeur d’études

1LE séminaire a été consacré cette année comme les précédentes à la littérature spirituelle d’époque moderne, avec, comme les années précédentes également, l’alternance du développement des recherches personnelles du directeur d’études et une revue des recherches récentes dans ce domaine en France et à l’étranger.

2Sur le premier volet, j’ai présenté deux chantiers principaux. Le premier était l’exposé d’un ouvrage en cours, L’image à la mer. Recherches sur la culture visuelle de la Compagnie de Jésus, dans lequel je tente – comme cela est à mon programme depuis plusieurs années – de lancer un pont entre la première production artistique jésuite dans l’immédiate postérité du Concile de Trente et le déploiement du « grand art baroque » de la seconde moitié du XVIIe siècle. Le détail de la recherche a porté sur le système décoratif du corridor d’accès aux appartements romains d’Ignace de Loyola, achevé par Andrea Pozzo dans les années 1680 mais qui construit une vaste synthèse récapitulative du second XVIe siècle, et, plus précisément, sur le rapport du geste artistique comme répétition rituelle de l’image peinte, ancrée dans la mémoire de l’icône byzantine, et de la reproduction de l’image gravée, telle que la Compagnie de Jésus s’en fait un agent essentiel dans la diffusion mondiale des prototypes de l’iconographie chrétienne. De l’ancien aux nouveaux mondes, de la répétition à la reproduction, de la peinture à la gravure, nous nous sommes efforcés de comprendre comment la culture visuelle de la Compagnie de Jésus avait pu non seulement ressaisir dans ses propres métamorphoses l’histoire de la modernité occidentale mais aussi ramener dans ses filets une méditation d’ampleur sur le destin de l’image chrétienne.

3Le second chantier fut un travail de méthode sur l’édition, en préparation avec Ralph de Koninck (Université de Louvain-la-Neuve), du Discours sur les saintes images de Louis Richeome SJ (1597), en entrant dans le détail des procédures de controverse dans lesquelles ce texte s’inscrit, du montage de citations dont il se constitue et du statut, extrêmement complexe, des références visuelles dont il se nourrit. Le travail a en particulier porté sur une lettre d’Épiphane de Salamine à Jean de Jérusalem (394, lettre connue dans la traduction latine de saint Jérôme), lettre transportée et basculée dans l’histoire de la querelle sur la légitimité du culte des images du bord iconoclaste au bord iconophile, ce dont nous avons tenté de mesurer les conséquences dans la controverse moderne elle-même.

4Sur le second volet, le séminaire a accueilli les recherches de Paulo Carvalho (Université de Sâo Paulo) sur la consolation spirituelle, recherches fondées sur l’étude des sermons d’Antonio Vieira, jésuite portugais actif au Brésil (1608-1697) et marquées par la découverte d’une « médecine de l’âme » – habitée par le discours de la mélancolie – dans l’homilétique de cette figure majeure du Brésil colonial. Les recherches de Paulo Carvalho s’inscrivent dans un courant remarquable de l’historiographie brésilienne contemporaine, issu de la psychologie et d’un projet d’historicisation des catégories de la psychologie scientifique, réenracinée dans une pathologie de l’« âme ». Dans ce même vaste champ des investigations actuelles sur la « spiritualité » moderne, nous nous sommes joints au séminaire de Jean-Pierre Cavaillé pour une discussion des Invasions mystiques de Sophie Houdard (2009) et avons accueilli Patrick Goujon (centre Sèvres) pour la présentation de son ouvrage Prendre part à l’intransmissible. La correspondance de Jean-Joseph Surin (2009), ainsi que Michela Catto (Université de Milan) pour ses recherches sur les conflits politiques et spirituels qui traversent la Compagnie de Jésus dans la dernière décennie du XVIe siècle (La Compagnia divisa, 2009) et, enfin, Jacques Le Brun, qui a fait l’amitié à ce séminaire de venir y débattre en compagnie de Gérard Fereyrrolles (Université Paris-IV/Panthéon-Sorbonne) et de François Trémolières (Université Paris-X/Nanterre) de son Pouvoir d’abdiquer (2009). Nous avons enfin renoué avec le thème de la controverse en recevant Alain Cantillon (Université Paris-III//Sorbonne nouvelle) pour la présentation d’une recherche en cours sur la correspondance entre Leibniz et Arnauld, qui nous a permis, sur un terrain apparemment seulement éloigné des thématiques ordinaires du séminaire, d’approfondir, en découvrant le triangle Leibniz/Arnauld/Duc de Hanovre (médiateur et arbitre des deux précédents), le tissu des relations de la filiation spirituelle et de l’allégeance politique dans une correspondance philosophique.

5Le séminaire de cette année s’est conclu sur une journée d’étude partagée avec le séminaire mensuel du Centre d’anthropologie religieuse et le Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire sur le thème de La Prédication : langues, langages, niveaux de langues (pour lequel nous nous permettons de renvoyer au compte rendu du séminaire du CARE).

Publications

  • Marcel Bataillon, Les jésuites dans l’Espagne du XVIe siècle, sous la dir. de P.-A. Fabre, Paris, Belles-Lettres, 2009.
  • Penser l’impensable. Pour Jacques Le Brun, en coll. avec Annie Tardits et François Trémolières, Le Genre Humain, Paris, Seuil, 2009.
  • Corps saints, lieux sacrés. Le culte des reliques à l’époque moderne, en coll. avec P. Boutry et D. Julia, Paris, Éditions de l’EHESS, 2009.
  • « La captivité de Jean de la Goutte : un échec précoce de la diplomatie jésuite en Méditerranée (1553-1555) », dans Les rachats de captifs en Méditerranée, sous la dir. de W. Kaiser, Rome, CEFR, 2009.
  • « Torture et vérité », dans Penser l’impensable, op. cit.
  • « Histoire de la spiritualité et sciences sociales. Perspectives de recherche », dans Recherches de sciences religieuses, 1, 2009.
  • « L’allégorie est-elle une figure fondatrice de la culture jésuite ? », dans Claude-François Menestrier, sous la dir. de G. Sabatier, Grenoble, PUG, 2009.
  • « Les Invasions mystiques de Sophie Houdard, première lecture », Dossiers du GRIHL, Paris, 2009 (publication en ligne).
  • « Le Traité des reliques » de Calvin (1543) », en coll. avec M. Wilmart, dans Reliques modernes. Cultes et usages chrétens des corps saints des Réformes aux révolution, éd. en coll. avec P. Boutry et D. Julia, Paris, Éditions de l’EHESS, 2009, p. 29-68.
  • « Le grand reliquaire de la chapelle du Crucifix. Recherches sur le culte des reliques dans l’église San Ignazio XVIe-XIXe siècles) », dans op. cit., p. 669-696.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Antoine Fabre, « Pratiques spirituelles, régimes discursifs et rapports sociaux à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècle) », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 337-339.

Référence électronique

Pierre-Antoine Fabre, « Pratiques spirituelles, régimes discursifs et rapports sociaux à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècle) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20004

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals