Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Dynamique des mouvements religieux dans le monde indien

Catherine Clémentin-Ojha
p. 343-345

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Catherine Clémentin-Ojha, directrice d’études

Hindouismes sectaire et non sectaire : imbrication et tension

1On a pu dire que l’hindouisme était constitué de sectes (Renou), on a pu dire aussi qu’il était coextensif au système des castes (Dumont), formule qui revient à affirmer qu’il faut chercher le principe premier de la religiosité hindoue non dans les croyances ou les rites, mais dans l’organisation socio-religieuse du système des castes. De fait, les sectes ne forment pas des communautés à part de ce système. Quoiqu’elles mettent l’accent sur l’adhésion individuelle volontaire et contestent la hiérarchie sociale, elles opèrent dans le cadre de la société des castes. À coup sûr, l’hindouisme délimite une entité sociale et culturelle distincte, mais celle-ci, loin d’être monolithique, est traversée par d’importantes lignes de fracture. Le séminaire de cette année a été consacré à la mise en perspective historique de certaines d’entre elles. Prenant pour bornes chronologiques le moment où les « hindous » se disent hindous en reconnaissant appartenir à un même ensemble socio-religieux (vers le XVIe siècle) et la situation contemporaine, il a consisté en une série d’enquêtes sur des thèmes illustrant les problématiques de la division, de la tension mais aussi de l’imbrication et du dépassement des oppositions. Ont été successivement examinés : les tensions internes au corpus scripturaire sanskrit (les rapports conflictuels entre des traditions reposant sur le seul Veda [vaidika] et des traditions sectaires utilisant en outre des références non védiques ou tântrika [de tantra, « traité »] ; les tensions entre les références scripturaires composées en sanskrit et celles composées en langues vernaculaires (à travers l’exemple de la résistance à l’influence du sanskrit de la secte des vishnouites de langue tamoule) ; les tensions entre les normes de conduite des tenants de l’orthopraxie brahmanique (smârta) et celles des formations sectaires (il n’est pas aisé de rendre compte de la distance qui sépare les membres d’une secte de la société et de la religion commune sans les amener à rompre totalement avec elles : à la délimitation floue de la notion d’orthodoxie correspond la délimitation floue de celle d’hérésie) ; le conflit entre le principe dominant de hiérarchie et les valeurs égalitaires (la question de l’accès des shûdra au statut de maître spirituel dans la secte du Saivasiddhanta, par exemple, éclaire la manière dont les aspirations à l’égalité se manifestent au sein d’une tradition religieuse qui classe les hommes selon leur naissance) ; l’absence de consensus sur la date de célébration du jeûne du onzième jour lunaire (ekâdashî) en Inde du Nord (le calcul du temps apparaît ici comme un marqueur d’identité qui révèle les rivalités entre les groupes constitutifs de l’hindouisme) ; « le dialogue du sanyasi et de l’homme dans le monde » (Louis Dumont), examiné à travers la figure du renonçant engagé dans le monde (née pendant l’époque coloniale, lorsque la société indienne attend de toutes ses élites qu’elles se rendent utiles à la nation, cette figure, qui fait le compromis entre deux modes de vie opposés, est certes moderne mais elle a été rendue possible par des dépassements anciens de l’opposition en question).

2On peut envisager l’histoire religieuse de l’Inde hindoue de deux manières, soit comme un grand mouvement d’intégration des cultures régionales dans le cadre idéologique et social brahmanique, soit en avançant la thèse du caractère multidirectionnel du développement de l’hindouisme et en tenant compte des échanges continus entre les niveaux pan-indien et régionaux. Dans les deux cas, l’étude des faits sectaires offre une voie privilégiée pour saisir tant la dynamique des divisions internes de l’hindouisme et celle de leur résorption, que les grands processus historiques que sont la localisation de la tradition brahmanique et l’universalisation de traditions locales.

3Au cours de cette année, nous avons aussi entendu Caterina Guenzi (EHESS), Anuradha Kanniganti (INaLCO), Ali Bhatti (doctorant EHESS) et Raphaël Voix (doctorant Paris X/Nanterre) nous exposer leurs recherches.

Publications

  • Avec Pierre Lachaier, Divines Richesses. Religion et économie en monde marchand indien, Paris, EFEO, 2008.
  • Avec Christophe Jaffrelot, Denis Matringe et Jacques Pouchepadass, Dictionnaire de l’Inde, Paris, Larousse (Collection « à présent »), 2009.
  • « Les principes réglementant les activités économiques des ascètes hindous d’après la description des “coutumes des gosawees” de John Warden (1827) », op. cit., p. 47-72.
  • Plusieurs articles du Dictionnaire de l’Inde (80 000 signes), op. cit.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Clémentin-Ojha, « Dynamique des mouvements religieux dans le monde indien », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 343-345.

Référence électronique

Catherine Clémentin-Ojha, « Dynamique des mouvements religieux dans le monde indien », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20008

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals