Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Anthropologie religieuse et histoire culturelle de la Grèce ancienne

Marcello Carastro
p. 348-349

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Marcello Carastro, maître de conférences

Contrainte et magie en Grèce ancienne : la notion d’emprise

1Un des lieux communs de la théorie de la magie élaborée par James G. Frazer dans le Rameau d’or consiste à opposer la demande adressée aux dieux, qui serait le propre de la religion, à la contrainte exercée à leur encontre, qui caractériserait la magie. Malgré les critiques formulées quelques années plus tard par Marcel Mauss et Henri Hubert dans leur Esquisse d’une théorie générale de la magie, cette dichotomie semble, aujourd’hui encore, bien enracinée dans la littérature savante. Le domaine des études classiques ne fait pas exception. Les spécialistes de la magie antique trouveraient en effet sans mal une confirmation de la ligne interprétative frazérienne dans les textes anciens : le binôme constitué par la magie et la contrainte semble indissociable. Dans le cadre d’une enquête sur les notions anciennes et modernes de magie ainsi que sur les catégories grecques de l’action rituelle et, plus particulièrement, de la notion d’emprise, le séminaire a été consacré au questionnement de ce binôme magie-contrainte. Dans un premier temps, on a procédé à une analyse historiographique des théories modernes sur la magie, en focalisant l’attention sur la conjoncture historique dans laquelle les travaux de Frazer, Hubert et Mauss ont vu le jour, entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle, et sur le rôle que ces derniers ont conféré aux classiques. Alors que, helléniste de formation et de profession, Frazer met à l’honneur une opposition aux résonances fortement chrétiennes entre magie et religion, Hubert et Mauss, en contestent la validité, laissant entrevoir dans leur Esquisse une diversité et une complexité des faits religieux que l’on peut appréhender différemment, par l’approche sociologique. Mais il est apparu que la différence entre ces deux élaborations théoriques majeures pourrait résider également dans la place qu’elles ont réservée aux sources antiques. La mise en perspective de l’article « Magia », écrit par Hubert en 1901 pour le Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, avec l’Esquisse cosignée avec Mauss et parue dans l’Année Sociologique en 1904, a en effet permis de relever l’incidence des discours anciens dans l’élaboration de leur théorie générale de la magie. On a par ailleurs pu prendre la mesure de l’importance du rôle joué par les Anciens dans le traitement de ce sujet, en retraçant dans ses grandes lignes le débat de l’époque sur les origines magiques du droit.

2À la lumière de ces considérations, on s’est concentré, dans un second temps, sur l’analyse des textes littéraires (République de Platon, traité hippocratique Maladie sacrée) et des objets rituels (katadesmoi) qui sont considérés comme les sources les plus exemplaires de la force contraignante exercée par la magie et ses opérateurs. L’étude des différentes stratégies rhétoriques employées par les textes littéraires a permis de mettre en évidence leur charge polémique ainsi que la diversité des individus (thérapeutes traditionnels, devins) et des pratiques ciblées (purifications, sacrifices, rites oraux). On s’est donc intéressé à certains actes de parole, comme l’incantation, le serment et la malédiction, à partir de l’analyse de la terminologie et des situations d’énonciation mises en place dans une série de lamelles en plomb. Et ce, dans le but d’approfondir l’étude de l’imbrication des procédés linguistiques et rituels garants de l’efficacité prêtée à ces objets.

3Au second semestre, Paola Ceccarelli (Université de Durham) a présenté une conférence intitulée « Aux débuts de l’écriture épistolaire. Les plus anciennes lettres et leurs contextes », qui a enrichi la réflexion menée dans le cadre de ce séminaire sur les usages et les fonctions de l’écriture en Grèce ancienne. Qu’elle soit vivement remerciée.

Publications

  • « L’antiquité en couleurs : catégories, pratiques, représentations », textes réunis par Marcello Carastro, Grenoble, éditions Jérôme Millon, 2009, 346 p.
  • « Le cuisinier fanfaron chez Athénée », Nuntius antiquus, 2, décembre 2008, p. 3-24 (http://www.letras.ufmg.br/​neam/​nuntius/​edicoesB.html).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcello Carastro, « Anthropologie religieuse et histoire culturelle de la Grèce ancienne », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 348-349.

Référence électronique

Marcello Carastro, « Anthropologie religieuse et histoire culturelle de la Grèce ancienne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20013

Haut de page

Auteur

Marcello Carastro

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals