Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

La généalogie et ses enjeux

Enric Porqueres i Gené, Jean-Paul Zuñiga et Nicole Abravanel
p. 355-356

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Enric Porqueres i Gené, Jean-Paul Zuñiga, maîtres de conférences

Les enjeux sociaux de la généalogie

1Le séminaire de cette année a tenté de dresser un parcours des différentes formes prises à travers le temps par le discours sur la généalogie et le lien familial. À partir des remarques de Roberto Bizzocchi sur les « généalogies incroyables » étudiées l’année dernière, la question a été cette fois de repenser la généalogie comme un langage.

2De ce point de vue, si la « logique généalogique » semble rester la même à travers l’époque moderne et contemporaine, les différents exemples et situations évoqués au cours de l’année montrent à quel point elle doit être analysée avant tout comme un discours, servant tour à tour à exprimer le lien, les préoccupations identitaires, la définition de l’être lui-même ainsi que la hiérarchie, sans que l’un de ces aspects exclue forcément les autres.

3Les conférences de Robert Descimon et de Nicolas Lyon-Caen, ont ainsi permis de revenir sur la construction historique du lien généalogique dans les familles de la noblesse de robe, alors que l’intervention de David Sabean, à travers une approche d’anthropologue a insisté sur ce que la question de l’inceste, différemment négociée selon les périodes, permet de dire sur l’imaginaire familial à chaque époque. En effet, les XVIIIe, XIXe et XXe siècles focalisent l’inceste sur différentes figures de la famille (au XVIIIe sur la belle-sœur, au XIXe sur la sœur, au XXe sur la mère).

4Les travaux de recherche d’Enric Porqueres i Gené sur la définition de la parentèle chrétienne et ses implications canoniques et sociales ont permis d’aborder la question de la norme, alors que la présentation de Pere de Montaner sur la mésalliance, à travers l’exemple de Majorque à l’époque moderne, a fait apparaître la pratique et partant, la question des choix et des définitions individuelles.

5Les présentations de Jean-Paul Zuñiga sur les différents parcours de familles « noires » dans l’Amérique espagnole au XVIIe siècle, et d’Anne Cadoret, sur l’homoparentalité aux XXe et XXIe siècles, par-delà leurs différences évidentes, sont venues reposer la question de l’individu dans ce discours qui se décline au collectif mais qui est mobilisé bien souvent pour dire l’appartenance sinon l’« identité ».

Enric Porqueres i Gené, maître de conférences
Nicole Abravanel, professeur agrégée à l’Université d’Amiens

Les mondes sépharade et converso : l’épreuve de l’espace

6Dans le cadre d’une réflexion sur la relation entre espace parcouru et espace perçu, ont été croisées plusieurs approches de l’espace (historiques, anthropologiques et phénoménologiques). Plus précisément, l’exposé de Marc Breveglieri (Université Paris-V/Descartes), a permis de situer les réflexions sur les espaces propres aux activités des populations étudiées par rapport à la tradition phénoménologique. Les rapports entre les réseaux personnels et l’espace de référence ont ainsi centré l’exposé d’Annie Benveniste (Université Paris-VIII/Vincennes-Saint-Denis), qui a fait état de l’incidence de l’imaginaire religieux sur les pratiques résidentielles et le fonctionnement effectif des institutions communautaires des Juifs de Sarcelles. Malgré des références à la contemporanéité, la période de référence commune s’est trouvée placée à l’époque moderne.

7Alors que la mondialisation contemporaine projette la notion de réseaux sur le devant de la scène, ce séminaire ambitionnait de saisir, en tant que facteur de cohérence et de persistance du groupe sépharade d’origine ibérique en Méditerranée, la relation entre une forme d’organisation des espaces en réseaux que l’on observe depuis l’époque arabo-andalouse et leur production culturelle sur la très longue durée. Lors de ces six séances mensuelles, ce séminaire s’est principalement concentré sur les notions de réseaux, de parenté et de diaspora.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Enric Porqueres i Gené, Jean-Paul Zuñiga et Nicole Abravanel, « La généalogie et ses enjeux », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 355-356.

Référence électronique

Enric Porqueres i Gené, Jean-Paul Zuñiga et Nicole Abravanel, « La généalogie et ses enjeux », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20017

Haut de page

Auteurs

Enric Porqueres i Gené

Articles du même auteur

Jean-Paul Zuñiga

Articles du même auteur

Nicole Abravanel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals