Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des systèmes mondiaux

Jonathan Friedman
p. 362-364

Texte intégral

Jonathan Friedman, directeur d’études

1Le cours de l’année 2008-2009 a été consacré comme l’année précédente au développement d’une anthropologie de l’état et de la gouvernance. Mais suite aux circonstances de la crise économique mondiale actuelle nous avons décidé d’utiliser une grande partie du printemps pour discuter de cette crise dans une perspective historique, comparative et anthropologique. Nous avons commencé par une présentation de la notion de crise en sciences sociales en se référant à des exemples clefs de la littérature classique et moderne (les « épidémies d’accusation de sorcellerie », la polarisation sociale, les guerres « ethniques », le « blood money », etc.). Comme l’anthropologie des systèmes mondiaux a été consacrée dès les années 1970 aux mécanismes liés aux crises et aux transformations sociales – en partant d’une critique des modèles fonctionnalistes qui a informé la plupart des approches théoriques en anthropologie, y compris les approches historiques et marxistes – nous avons insisté sur l’importance d’un cadre théorique basé sur les incompatibilités entre logiques sociales intégrées dans des processus de reproduction sociale et les conséquences dynamiques du déroulement de ces processus contradictoires dans l’émergence des crises systémiques. En utilisant des exemples archéologiques, historiques et ethnographiques, nous avons pu explorer la nature générale comme spécifique des modèles dynamiques des systèmes sociaux, locaux, régionaux et mondiaux. Un autre thème du séminaire a été celui de la crise contemporaine et les analyses des économistes (économie politique, géographie économique), ainsi que les discussions des anthropologues (rapports entre processus économiques sociaux et culturels dans le cadre des crises). Dans ces discussions nous avons utilisé les deux volumes récemment publiés (Ekholm-Friedman et Friedman, 2008) qui abordent plusieurs des thèmes repris dans le séminaire. Finalement, on a étendu la discussion de l’anthropologie des crises à la littérature contemporaine sur la gouvernance et l’État, en utilisant les ouvrages de Harvey, Ong, Tsing, Holmes, Sennett, et Bayart, et autres, liant les changements identifiés comme « néolibéralistes » et toute une série de crises et reconfigurations politiques et sociales contemporaines. Le perspectif du système mondial a été utilisé pour comprendre l’articulation entre processus mondiaux et locaux, surtout les rapports entre déplacement hégémonique de l’Occident vers l’Asie de l’Est, la crise économique mondiale et ses conséquences socioculturelles, ainsi que les transformations de la gouvernance nationale et mondiale. Notre premier invité dans le séminaire a été Marc Abélès (CNRS-EHESS) qui est intervenu pour discuter de son dernier livre, L’anthropologie de la globalisation. Il a été suivi par l’économiste Gérard Duménil qui a dédié son intervention à une analyse de la « crise du néolibéralisme ». Patience Kambamba (Emory University) est intervenu avec une présentation de ses recherches sur les Nande du Congo (RDC) qui ont subi une efflorescence économique au milieu de la situation chaotique et violente qui caractérise le Congo oriental. Finalement Tom Csordas (UCSD), invité de l’IRIS, a fait une double intervention : une sur son nouvel ouvrage, Transnational transcendence : religion and globalization, l’autre sur The Navajo adolescent psychiatry unit : Indigenous healing, conventional psychiatry and cultural sovereignty qui est le produit de son dernier projet de recherche.

2Pendant l’année, le directeur d’études a donné les conférences invitées suivantes : novembre 2008 à Reed College, avril 2009 à l’Université de Copenhague.

3Il a aussi participé aux colloques suivants : celui de l’Association for the Social Anthropology of Oceania (novembre 2008, Santa Cruz) ; celui de la New Mexico School of Advanced Research Colloquium, « Markets and moralities » (mai 2009, Santa Fé), publication en cours ; celui de l’American Ethnology Soc/efy/CASCA (Association Canadienne d’anthropologie), mai 2009, Vancouver. Ce dernier colloque était organisé autour de la double publication de Kajsa Ekholm-Friedman et de Jonathan Friedman, The anthropology of global systems, vol. I : Historical transformations ; vol. II : Modernities, class and the contradictions of globalization (2008).

Publications

  • « Indigénéité : remarques à propos d’une variable historique », dans L’autochtonie en question : regards croisés France/Québec, sous la dir. de N. Salaun, N. Gagné et T. Martin, Presses de l’Université Laval, collection Mondes Autochtones, Québec, 2008.
  • « Power, pluralism and the transformation of governance in an era of declining hegemony », dans The troubled triangle : Unravelling the linkages between inequality, pluralism and environment, sous la dir. de W. Pansters, colloque Unesco, Rozenberg, Amsternam, 2008.
  • « Diametric to concentric dualism : cosmopolitan elites, cosmopolitan intellectuals and the re-configuration of the state, dans The State : Alternatives, futures and Utopias, sous la dir. de A. Hobart and B. Kapferer, Wantage, Oxon, Sean Kingston publishing, 2009.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jonathan Friedman, « Anthropologie des systèmes mondiaux », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 362-364.

Référence électronique

Jonathan Friedman, « Anthropologie des systèmes mondiaux », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20024

Haut de page

Auteur

Jonathan Friedman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals