Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Médiations théoriques et pratiques de l’anthropologie

Jean-Pierre Dozon
p. 373-374

Texte intégral

Jean-Pierre Dozon, directeur d’études

Retour sur la question de l’État en Afrique contemporaine (suite)

1Poursuivant la deuxième année du séminaire, J.-P. Dozon a d’abord rappelé les grands attendus du thème proposé en expliquant pourquoi, selon lui, il fallait « défendre les États africains » tout en s’appuyant sur plusieurs arguments avancés par les intervenants et par lui-même lors des diverses séances du séminaire de l’an dernier.

2Dans cette perspective, Catherine Quiminal, professeure à l’Université Paris-VII/Denis-Diderot, a montré comment les flux de migrants vers la France à partir de l’importante région de Kayes au Mali ont participé, depuis les années 1970, au façonnement d’une conscience nationale, et comment aujourd’hui des associations d’originaires (largement composés de migrants devenus par ailleurs Français) s’impliquent, grâce à la décentralisation malienne, non seulement dans la vie politique locale, mais militent pour l’instauration d’un véritable État de droit.

3Avant de donner la parole à son second invité, J.-P. Dozon a fait une courte intervention sur une comparaison possible entre le discours du Président Sarkozy à Dakar en juillet 2007 et celui qu’il vient de commettre sur la recherche en France. Puis Riccardo Ciavolella, post-doctorant et enseignant à l’Université de Milan, a expliqué comment, en Mauritanie, une population nomade, les Fullabè, qui, depuis l’époque coloniale, était largement hors des cadres de l’État, s’y intègre finalement, mais sur un mode paradoxal puisque c’est à la suite de la persécution et de l’exil de nombre de ses ressortissants, à la fin des années 1980, que la revendication d’appartenance à la communauté nationale s’est faite jour.

4Robert Launay, professeur d’anthropologie à la Northwestern University et professeur invité à l’EHESS a mis en perspective historique les rapports de l’Islam avec les pouvoirs d’État en Afrique en proposant trois paradigmes. Le premier, ancien, est un paradigme de complémentarité dans lequel le pouvoir maraboutique appuie le pouvoir séculier en exigeant de lui en retour une politique sécuritaire. Le second, intervenant au cours du XIXe siècle, est un paradigme révolutionnaire où, au travers de djhads, des pouvoirs maraboutiques conquièrent et refondent des pouvoirs d’État. Le troisième, plus récent, lié à la colonisation, est celui d’une attitude distante vis-à-vis du pouvoir, mais qui peut-être toujours susceptible de contestation et d’intervention.

5Alain Gascon, professeur à l’Institut français de géopolitique à Paris-VIII/Vincennes-Saint-Denis, a fait valoir toute la singularité de l’Éthiopie sur le continent africain. Vieux de 2000 ans, participant d’une histoire sainte (aussi bien biblique que coranique), baigné d’éclat messianique, échappant à la colonisation européenne par sa résistance finalement victorieuse contre l’Italie fasciste, l’État éthiopien n’aura cessé, en dépit de ses évolutions et de ses luttes internes, de son changement de régime dans les années 1970, de se présenter comme un empire cosmopolite et multiconfessionnel.

6Serge Mboukou, enseignant à l’Université Paul-Verlaine de Metz, a montré, à partir de ce qu’il a appelé des traces, des strates et des graphes, comment l’ancien royaume du Kongo, devenu chrétien par la conversion de son roi qui établit des liens avec le royaume du Portugal à la fin du XVe siècle, n’a cessé d’habiter l’imaginaire politico-religieux, sous forme d’une actualisation continûment messianique, des trois États contemporains de l’Angola, de la République démocratique du Congo et du Congo-Brazzaville.

7Jean-Pierre Dozon a retracé la généalogie de l’État ivoirien depuis les débuts de la colonisation française ou, plus exactement, le processus de formation d’une identité ivoirienne. Tout en soulignant la consistance de cette identité il en a souligné les fragilités et les tensions, lesquelles se sont particulièrement manifestées, sur fond de crise économique et sociopolitique, au tournant de l’an 2000, et ont débouché sur de profonds désaccords sur ce que devait être la nation ivoirienne.

8Pierre Boilley, professeur d’histoire en Afrique contemporaine à l’Université Paris-I/Panthéon-Sorbonne, a traité à son tour de l’État malien. D’une part, en rappelant les grandes étapes et les turbulences de son histoire post-coloniale, d’autre part, en analysant plus particulièrement la question touarègue. Alors que celle-ci, qui s’est manifestée à plusieurs reprises par des rébellions, fut très souvent présentée comme un irrédentisme propre à une population nomade rétive « par nature » à toute incorporation étatique, notre collègue a montré qu’elle est au contraire l’expression d’une volonté d’intégration à la société et à l’État malien comme le démontre sa récente résolution.

Publications

  • L’Afrique à Dieu et à Diable, Paris, Ellipses, 2008.
  • « Remémoration et actualisation politique dans la confrérie mouride », dans L’islam en Afrique : vers un espace public religieux ? sous la dir. de G. Holder, Paris, Karthala, 2009.
  • « Vous avez dit « ethniques » ? Ou de la nécessité d’examiner le terme d’un peu près », dans Diversité, Division, Diversion (CARSED), La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2009.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Dozon, « Médiations théoriques et pratiques de l’anthropologie », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 373-374.

Référence électronique

Jean-Pierre Dozon, « Médiations théoriques et pratiques de l’anthropologie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20030

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Dozon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals