Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Écologie symbolique

Philippe Descola et Florence Brunois
p. 379-380

Texte intégral

Philippe Descola, directeur d’études
Florence Brunois, chargée de recherche au CNRS

De l’écologie culturelle à l’anthropologie de la nature : évolutions et ruptures

1L’objectif du séminaire était de procéder à une récapitulation et à un bilan des recherches anthropologiques menées au cours des quarante dernières années sur l’interface entre nature et société. On a retracé l’évolution des approches depuis un état de la discipline dans lequel une dissociation nette était établie entre, d’une part, l’étude préalable des caractères physiques des écosystèmes et des objets naturels au moyen des outils des sciences de la vie (point de vue etic) et, d’autre part, l’étude des usages et des représentations culturelles au moyen desquels les organismes sont catégorisés et les écosystèmes médiatisés par les humains (point de vue emic). Marquées par les débats sur le déterminisme des facteurs limitants (écologie culturelle), la traduction des grammaires classificatoires (analyse componentielle) et l’universalité des schèmes de catégorisation (ethnoscience cognitive), ces approches caractérisées par le dualisme des méthodes et des objets ont en grande partie cédé la place à des démarches qui mettent plutôt l’accent sur les processus de causalité réciproque, de coévolution et d’affordance dans les rapports entre humains et non-humains. Sans doute plus fidèles à la dimension phénoménologique des interactions entre les entités du monde, ces approches récentes ont pourtant l’inconvénient de rendre difficiles les comparaisons entre types contrastés de rapports aux non-humains et l’on s’est donc penché sur les modèles qui permettraient de rendre compte de façon comparative des régimes différenciés de comportement en ce domaine.

2Les débats de l’anthropologie environnementale ayant été conduits de façon privilégiée par des ethnologues spécialistes de l’Amazonie et de la Mélanésie, les animateurs du séminaire ont largement fait appel, dans un premier temps, à des études de cas provenant de ces deux régions dont ils sont spécialistes ; dans un second temps, des exposés portant sur ces deux aires culturelles ont apporté un éclairage complémentaire : Eduardo Brondizio (université d’Indiana) a présenté l’évolution de l’anthropologie écologique aux États-Unis et la part qu’il y a prise avec ses recherches sur l’Amazonie brésilienne ; Emmanuel Lézy (Université Paris-X/Nanterre) a abordé l’approche environnementale des Guyanes du point de vue de la géographie ; Stephen Rostain (CNRS) a brossé le tableau des formes d’adaptation aux écosystèmes amazoniens du point de vue de l’archéologie préhistorique ; enfin, Ludovic Coupaye a illustré par sa recherche sur les ignames chez les Abelam (Nouvelle-Guinée) comment un cultigène peut devenir un véritable fait social total.

Recherches récentes en ethnologie amérindienne

3Le second semestre a été consacré à des discussions de travaux ethnologiques sur l’Amérique indienne qui s’attachaient à l’analyse de pratiques, de figurations et de discours rituels. Furent ainsi successivement abordés : la logique du sacrifice chez les Mixe du Mexique (Perig Pitrou), un cas de prophétisme thérapeutique chez les Trumai du Brésil (Emmanuel de Vienne), l’usage par les Micmac de hiéroglyphes comme moyen de mémoriser des discours rituels (Pierre Déléage), les fonctions et les effets du mariage interethnique dans le haut Rio Negro au Brésil (Cristiane Lasmar), l’esthétique des Huichol du Mexique (Olivia Kindl), le rôle de l’onomastique dans la construction de la personne chez les Surui du Brésil (Cédric Yvinec) et les modalités de l’autosacrifice dans les cultures précolombiennes de Mésoamérique (Claude Baudez).

Publications

  • « Human Natures », Social Anthropology, 17 (2), 2009, p. 145-157.
  • « Die zwei Naturen bei Lévi-Strauss », dans Wirkungen des wilden Denkens. Zurstruk-turalen Anthropologie von Claude Lévi-Strauss, sous la dir. de Michael Kauppert et Dorett Funcke, Francfort, Suhrkamp, 2009, p. 227-247, traduction anglaise dans The Cambridge Companion to Lévi-Strauss, sous la dir. de Boris Wiseman, Cambridge, Cambridge University Press, 2009, p. 103-117.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Descola et Florence Brunois, « Écologie symbolique », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 379-380.

Référence électronique

Philippe Descola et Florence Brunois, « Écologie symbolique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20035

Haut de page

Auteurs

Philippe Descola

Articles du même auteur

Florence Brunois

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals