Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des espaces politiques

Jean-François Gossiaux et Boris Pétric
p. 384-385

Texte intégral

Jean-François Gossiaux, directeur d’études
Boris Pétric, chargé de recherche au CNRS

Espaces, pouvoirs et ressources

1En ouverture du séminaire, nous avons présenté quelques grands textes de l’anthropologie politique traitant des relations entre société, ressources et organisation du pouvoir. La notion de ressource a été ici entendue dans une acception large qui recouvre aussi bien les dimensions matérielles et immatérielles. Les séances suivantes ont été consacrées à la manière de penser le rapport entre pouvoir et ressources à travers le cas singulier du Kirghizistan. À l’époque soviétique, la principale production du Kirghizistan était l’élevage ovin. À l’indépendance, la crise économique provoquée par l’effondrement du système soviétique et la privatisation a entraîné une chute brutale de cette production, avec des conséquences sociales et politiques majeures. Nous avons analysé un certain nombre de cas concrets montrant comment les acteurs sont dès lors entrés massivement dans des logiques de captation de ressources à l’extérieur de leur propre société. Corrélativement, nous avons présenté différentes figures de pouvoir émergeant dans la société kirghize. Celles-ci sont liées à la construction de réseaux transnationaux, qu’il s’agisse du commerce avec la Chine, du travail saisonnier en Russie ou de la captation de l’aide au développement. Les liens sociaux se recomposent à travers la multiplication des liens transnationaux et l’ouverture tous azimuts de la société multiplie les flux de ressources de toutes sortes. Le pays devient une arène politique dans laquelle les acteurs locaux se trouvent pris dans diverses logiques d’influence. Le Kirghizistan apparaît comme une sorte de protectorat globalisé où se confrontent les grands acteurs de la mondialisation (État, ONG, Organisations internationales). Les différents acteurs locaux, de leur côté, s’emparent de ces nouvelles ressources pour leur propre combat dans leur propre espace social.

2À partir de cet exemple, un certain nombre de questions théoriques ont été abordées autour notamment du politique, de l’État et de ses définitions. Le Kirghizistan donne à voir de façon idéal-typique une forme d’espace politique qui, dans un contexte de globalisation, tend à se multiplier à travers le monde, imposant de nouvelles figures de pouvoir et de nouveaux lieux du politique.

Publications

  • « Valaques et/ou Aroumains en Bulgarie : ethnonyme et politique », dans Nommer et classer dans les Balkans, sous la dir. de Gilles de Rapper et Pierre Sintès, Athènes, École française d’Athènes, 2008, p. 63-71.
  • « Il n’y a pas de pauvres chez nous. De la supériorité des nomades sur les sédentaires », L’Homme, 189, 2009, p. 115-138.
  • « Le troupeau et les camions. Processus de transition chez les éleveurs d’Aga », à paraître, ouvrage collectif sous la direction d’André Bourgeot, http://halshs.archives-ouvertes.fr/​halshs-00135597/​en/​.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Gossiaux et Boris Pétric, « Anthropologie des espaces politiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 384-385.

Référence électronique

Jean-François Gossiaux et Boris Pétric, « Anthropologie des espaces politiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20040

Haut de page

Auteurs

Jean-François Gossiaux

Articles du même auteur

Boris Pétric

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals