Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des institutions

Marc Abélès
p. 387-388

Texte intégral

Marc Abélès, directeur d’études

Figures du global-politique

1L’intensification des processus transnationaux transforme radicalement la configuration des espaces politiques contemporains. On a vu ainsi émerger de nouveaux lieux de pouvoir et de contre-pouvoir, avec la montée en puissance d’institutions internationales et d’organisations non gouvernementales dont on mesure l’impact dans la gestion des affaires planétaires. Pour autant, le global-politique ne saurait être circonscrit en termes de rapport de forces, ni pensé comme une forme superétatique. Il se construit à côté de l’univers des partages territoriaux, sans s’imposer aux États et aux dispositifs classiques de la souveraineté comme un pouvoir surplombant. Penser le global-politique implique de ne pas l’analyser seulement comme un ensemble d’instances de négociation et de prise de décision, mais aussi en tant que lieux du politique où s’engendrent des normes, des concepts, des paramètres de discussion, et où se concrétise une puissance collective, faite de tensions, voire d’affrontements, mobilisant des protagonistes issus de strates hétéroclites.

2Ce séminaire visait à explorer les différentes figures du global-politique en prenant appui sur des travaux ethnographiques très récents, et à affiner les instruments conceptuels et méthodologiques dont nous disposons pour approcher ce phénomène. Il prenait appui notamment sur les recherches menées dans le cadre d’un programme ANR « Anthropologie de l’Organisation Mondiale du Commerce » que je dirige et auquel collaborent des anthropologues issus de différentes régions du monde. L’OMC, organisation créée en 1995 dans le prolongement du GATT (Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce), est localisée à Genève. L’objectif de cette organisation est de libéraliser le commerce. L’OMC fournit un cadre dans lequel se négocient des accords commerciaux. Au cœur du système se trouvent les Accords de l’OMC, négociés et signés par la majeure partie des puissances commerciales du monde. En outre, l’OMC administre ce système de règles qui constituent les normes juridiques de base du commerce international. C’est un lieu où se règlent les différends commerciaux.

3L’OMC est une organisation réunissant 153 pays et dont l’orientation politique et la stratégie sont déterminées par les membres. Dans ces conditions, le rôle du secrétariat apparaît de plus en plus indispensable et le directeur général devient un acteur majeur dans l’activité de négociation et dans la détermination des grands objectifs de l’organisation. Les différends qui surgissent entre les États, par exemple à propos du commerce du coton, ou des OGM, illustrent à quel point des questions qui se présentaient comme principalement économiques, ont acquis une dimension politique. Dans les négociations se confrontent des points de vue différents sur la globalisation et ses conséquences.

4Les principaux axes du programme sont les suivants : Le pluriculturalisme ; l’exercice de la négociation ; les représentations de l’échange à l’intérieur de l’organisation ; la recherche du consensus, ou la quête d’un collectif planétaire ; les rapports entre le juridique et le politique.

5Les premiers résultats de la recherche ont fait l’objet de plusieurs présentations dans le cadre de mon enseignement à l’EHESS (janvier-février 2009), ainsi que dans un workshop auquel participait l’ensemble de l’équipe et le directeur général de l’OMC (décembre 2008). Une discussion de nos travaux où des papiers ont été présentés par M. Badaro, Jae Chung, G. Marcus et moi-même a eu lieu lors d’une session du 107th Annual Meeting of the AAA, (San Francisco, 22 novembre 2008), intitulée « The subtle power of technical expertise at the WTO. Collaborative ethnography inside the world trade organization » que j’ai organisée avec G. Marcus.

6Dans le cadre de ma direction d’études à l’EHESS, j’ai invité plusieurs collègues d’Outre-Atlantique (Michael Herzfeld [Université d’Harvard], George Marcus [Université de Californie à Irvine], Homi Bhabha [Université d’Harvard], Akhil Gupta [Université de Californie à Los Angeles]).

Publications

  • « Pour une anthropologie de la globalisation. Rencontre avec Marc Abélès, Sciences Humaines », Paris, n° 196, 2008, p. 22-25.
  • « L’acte politique de l’anthropologue, à l’heure de la globalisation », Pour la Science, Paris, janvier-avril 2009, p. 93-95.
  • « En quête d’un pouvoir incarné. Entretien », Europa mon amour. 1989-2009 : un rêve blessé, Paris, Autrement, 2009, p. 256-262.
  • « De l’anthropologie du lieu du politique à l’anthropologie des institutions. Entretien », Paris, Tracés, 2009, n° 17, p. 231-241.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Abélès, « Anthropologie des institutions », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 387-388.

Référence électronique

Marc Abélès, « Anthropologie des institutions », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20043

Haut de page

Auteur

Marc Abélès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals