Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Dynamique de la culture : sociologie historique des institutions artistiques

Emmanuel Pedler
p. 433-434

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Emmanuel Pedler, directeur d’études

Les institutions de la musique savante

1Le séminaire a été organisé à partir de journées thématiques, comme les années précédentes. Les premières ont porté sur des questions méthodologiques en faisant retour sur la journée d’étude « Le savant et le populaire, 20 ans après » organisée par quatre doctorants du Centre Norbert Elias (Karim Hammou, Tanguy Cornu, Julie Moreira Miguel et Jean-Christophe Sevin). il a notamment été question d’ethnographie quantifiée. En brossant une brève histoire de la notion et de ses usages, nous avons cherché à cerner les principes spécifiques qui sont au principe de la méthode : traitement anthropologique du terrain d’enquête, construction d’indicateurs reconstituant le cheminement culturel des acteurs, réversibilité des quantifications, études de cas à partir des quantifications. La seconde série de ces journées a été consacrée à « L’ontologie de l’art de masse et la recomposition des offres artistiques ». En partant d’analyses élaborées par plusieurs philosophes – Noël Carroll, Roget Pouivet notamment – nous avons cherché à évaluer la pertinence d’un dispositif conceptuel explorant à nouveaux frais l’ontologie de l’art de masse. La singularité de leur approche, comparée à celle des sociologies de l’art de masse des années 1960 et 1970, a été de ne pas fonder leurs analyses sur les consommations culturelles partagées par les middle classes européennes ou américaines, mais sur les produits culturels – séries télévisées, fictions littéraires, etc. – diffusés urbi et orbi. S’est associé à cette discussion Esteban Buch qui a fait retour sur, « Les théories de la culture de masse : de Debord à Stiegler » lors de deux séances du séminaire. Enfin Maxime Jaffré (doctorant) a abordé cette thématique en s’intéressant au patrimoine musical savant face à la globalisation (son intervention a porté sur « La recomposition des orchestres classiques de musique arabe à Marseille et à Chicago ». La troisième série a procédé à l’approfondissement et à l’étude systématique des premières sociologies de la musique, en prolongeant des débats et discussions déjà engagées les années précédentes. En exposant ma contribution au numéro thématique de l’Année sociologique (à paraître) consacrée aux sociologies de la musique (« Les fondations de la sociologie de la musique à l’épreuve du temps, Weber, Simmel, Schütz : quelques relectures récentes. »), j’ai cherché à montrer pour quelles raisons ces premiers travaux conservent une grande pertinence aujourd’hui en insistant notamment 1) sur leur capacité à lier des questions diverses, qu’elles soient esthétiques, politiques ou culturelles, 2) sur leur pouvoir de décloisonnement disciplinaire puisque dans leurs approches la musicologie est étroitement liée aux autres sciences sociales –, et enfin 3) sur les enquêtes historiques sur lesquelles elles reposent. La dernière série de journées a été consacrée à « L’espace sonore domestique ». Nous avons cherché à répondre à la question que pose au sociologue l’étude des pratiques musicales ordinaires. Le séminaire 2008-2009 s’est clos sur la présentation par Karim Hammou de sa thèse de doctorat « Batailler pour un chant : la constitution d’une culture professionnelle du “rap français" » venant à soutenance en octobre 2009.

Publications

  • Avec J.-C. Passeron, « Du musée aux tableaux », Idées, n° 155, mars 2009, p. 12-18.
  • « Les fondations de la sociologie de la musique à l’épreuve du temps, Weber, Simmel, Schütz : quelques relectures récentes », Année sociologique, numéro spécial « Sociologie de la musique », sous la dir. Bruno Brévan, Hyacinthe Ravet, 2009.
  • « 1910-2010 : Faut-il fêter le centenaire de la sociologie de la musique de Max Weber ? », dans 25 ans de sociologie de la musique en France. Ancrages théoriques et rayonnement international, sous la dir. d’E. Brandi, C. Prévost-Thomas, H. Ravet, C. Rudent, Paris, L’Harmattan, 2008.
  • Bruno Péquignot, La question des œuvres en sociologie des arts et de la culture L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », Paris, 2007, 309 p., Sociologie du travail, juin 2009.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Pedler, « Dynamique de la culture : sociologie historique des institutions artistiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 433-434.

Référence électronique

Emmanuel Pedler, « Dynamique de la culture : sociologie historique des institutions artistiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20078

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals