Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Processus sociaux de construction de l’identité

Francine Muel-Dreyfus et Dominique Memmi
p. 440-442

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Francine Muel-Dreyfus, directrice d’études
Dominique Memmi, directrice de recherche au CNRS

Processus sociaux de naturalisation et de biologisation du social (séminaire fermé)

1Poursuivant la réflexion engagée en 2007-2008, nous avons consacré le séminaire à la présentation et à la discussion critique de recherches doctorales et post-doctorales portant sur des constructions identitaires fondées sur, ou mobilisant, des processus de naturalisation et de biologisation du social. Portant sur des terrains empiriques diversifiés, privilégiant des approches sociologiques, parfois de sociologie historique, les recherches qui ont nourri la réflexion collective ont permis d’approfondir l’analyse de la sociogenèse des représentations et des systèmes de classement, des relations entre classements savants et classements sociaux, des logiques de production des « mythes savants » – au sens de Pierre Bourdieu –, des médiations Institutionnelles, professionnelles et politiques qui œuvrent à la légitimation de ces visions du monde social. La présentation de ces recherches et nos discussions ont été centrées autour de trois axes principaux : sociologie du genre, sociologie du corps et du stigmate, sociologie du champ scientifique.

2Kyung-mi Kim qui mène une thèse (EHESS) sur l’évolution des représentations des « femmes mariées à un étranger » en Corée depuis les années 1945 (passage de représentations stigmatisantes à des représentations neutres, intégration aux statistiques officielles en 1990 de la catégorie « mariages internationaux », puis à des représentations culturelles en termes d’échanges internationaux, création de la Fédération internationale des femmes coréennes mariées à des étrangers en 2006) a présenté une analyse sociologique des autobiographies publiées depuis 1990 par des Coréennes en mettant en relation leurs trajectoires sociales, culturelles, matrimoniales avec leur perception du stigmate et leurs engagements dans des institutions faisant l’éloge du métissage et contribuant à le construire comme cause nationale.

3Hélène Charron a présenté sa recherche doctorale « les formes de l’illégitimité intellectuelle : genre et sciences sociales françaises entre 1890 et 1940 » (thèse EHESS/Université de Montréal soutenue en 2009). La division sexuelle du travail intellectuel dans le champ des sciences sociales, le partage des terrains de recherche entre les hommes et les femmes, l’attribution aux femmes d’objets de recherche « féminins », s’accompagnent de mises en garde contre toute ambition théorique, d’encouragements à l’empirie, du soupçon permanent d’un investissement militant du savoir scientifique ou d’une dérive politique quand l’apport féminin à la connaissance du monde social transgresse ce système de limitation, qui finissent par constituer un dispositif d’encadrement et de canalisation du rapport des femmes à l’espace des sciences sociales que l’on peut résumer par la formule : les femmes interdites de synthèse. C’est par l’analyse détaillée du faisceau de facteurs hétérogènes qui sont à l’œuvre dans cette exclusion et par la reconstruction de leur sociogenèse dans les différents groupes de sciences sociales et dans les différentes périodes que l’on peut rendre sociologiquement compte de ce constat.

4Odile Fillod (EHESS) a rappelé les hypothèses générales de sa recherche sur la naturalisation des différences psychiques entre hommes et femmes par les sciences biomédicales contemporaines et les raisons pour lesquelles elle a choisi de centrer son analyse sur une période qui va du début des années 1990 à la fin des années 2000, période où on peut notamment prendre en compte des progrès techniques et des évolutions scientifiques importantes ainsi qu’un contexte social favorable aux reformulations de la question des différences entre les sexes. Elle a présenté la méthodologie de la construction de la base de données de sa recherche. La constitution d’un corpus systématique d’articles scientifiques permet de corriger les biais fréquents en ce domaine, notamment ceux qui résultent de la référence à des corpus trop partiels, de la confusion biologisation/naturalisation/évolutionnisme, de la non prise en compte des différences biologistes/sociobiologistes, des partis pris antibiologistes ou antiévolutionniste, de la dénonciation a priori des auteurs, de visions aplaties et faussement homogènes de ces discours. La constitution de ce corpus permet de repérer les productions nationales et la logique des échanges internationaux en ce domaine comme les progrès scientifiques et techniques, les champs de recherche et les enjeux sociaux ou politiques qui constituent les moteurs de cette production, les logiques de diffusion et de vulgarisation, ainsi que les phénomènes de distorsion et d’instrumentalisation.

5Nehara Feldman a présenté le dernier chapitre de sa thèse « Migrations de l’oppression. Rapports sociaux de sexe et divisions du groupe des femmes au sein d’un segment de lignage originaire de la région de Kayes (Mali) » (soutenue à l’EHESS 2009) consacrée au travail social sur le corps et à la fabrication du corps sexué. L’analyse montre l’intensité et la permanence de ce travail de construction des corps féminins dès la prime enfance. La naturalisation des différences masculin/féminin opère par le marquage du corps et par l’apprentissage d’une cartographie sexuée de l’espace. Cette pédagogie enveloppante, diffuse de « la » « nature » féminine est un des ressorts d’un système d’oppression caractérisé, selon la formulation de Colette Guillaumin, par son « invisibilité ambiguë » ancrée dans la banalité et donc inquestionnable alors même qu’on a pleinement conscience de sa réalité. Les travaux critiques de la dimension androcentrique de la discipline anthropologique menés par Nicole-Claude Mathieu, mobilisés dans cette recherche, ont été mis en perspective avec l’analyse menée par Hélène Charron sur les représentations du féminin dans le champ des sciences sociales françaises en cours de constitution.

6Paul Arnault qui mène une recherche doctorale (EHESS) sur l’histoire sociale de la psychosociologie comme « science de gouvernement » en France et sur les échanges avec les États-Unis en ce domaine, a présenté un travail sur les réseaux scientifiques qui unissent les psychologues évolutionnistes universitaires et les institutions militaires aux États-Unis, notamment à travers le Minervia Consortia Project mis en place en 2008.

7Dans sa recherche de thèse (Paris-X/Nanterre) sur le Bureau d’aide psychologique universitaire (BAPU) fondé en 1955, Édouard Portal mène une analyse de l’essentialisation des verdicts médico-psychologiques et de la montée d’une définition psycho-sociologique de la condition d’étudiant dans une période de mutation de l’Enseignement supérieur porteuse d’incertitudes sur l’avenir des universités et des étudiants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francine Muel-Dreyfus et Dominique Memmi, « Processus sociaux de construction de l’identité », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 440-442.

Référence électronique

Francine Muel-Dreyfus et Dominique Memmi, « Processus sociaux de construction de l’identité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20084

Haut de page

Auteurs

Francine Muel-Dreyfus

Articles du même auteur

Dominique Memmi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals