Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie des formes de discrédit

Rose-Marie Lagrave
p. 475-476

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Rose-Marie Lagrave, directrice d’études

Sciences sociales et genre

1Le séminaire de cette année s’est donné pour objectif de tenter de répondre à la question suivante : à quelles conditions une épistémologie féministe est-elle possible ? En reprenant des textes, des recherches, des publications des années 1970, on a reconstitué la genèse sociale des concepts, des arguments et des schèmes de pensée qui, dans ces « années mouvements », ont fait l’objet de luttes pour la définition de ce qu’est le féminisme, et de ce que pourrait être une épistémologie féministe.

2Pendant le premier trimestre, on s’est attaché à mettre au jour certaines caractéristiques du champ des sciences sociales qui ont permis et favorisé l’apparition d’un nouveau produit scientifique sous forme de recherches féministes ou d’études sur les femmes, ces dénominations faisant partie des enjeux et des luttes autour d’une nouvelle offre d’enseignement et de recherche. On a montré également que l’accès de ces recherches à l’université a été le fait de la détermination de chercheuses dotées de diplômes ou de statuts institutionnels leur permettant d’imposer des productions scientifiques perçues, à l’époque, comme hérétiques. On a mis en lumière la façon dont le milieu académique a imposé des effets de censure et d’auto-censure à nombre de chercheuses, dont certaines ont été contraintes de jouer sur les deux espaces, militant et scientifique pour à la fois donner des gages au milieu académique et y être consacrées, tout en mettant leur notoriété et leur travail au service de la critique de la science comme science androcentrique. Dans cette optique, le séminaire a bénéficié de l’apport des travaux de Toril Moi, professeur à Duke University, qui a présenté ses recherches concernant les raisons du déni des écrivaines américaines déclarant chacune : « Je ne suis pas une femme écrivain. » Louis-Georges Tin, maître de conférences à l’Université d’Orléans, a quant à lui présenté son ouvrage, L’invention de la culture hétérosexuelle, en mettant notamment l’accent sur l’importance de ré-historiciser l’hétérosexualité, et donc de renverser la perspective naturalisante qui la constitue « en évidence invisible ».

3On a reconstitué ensuite la genèse sociale de quelques concepts ou assertions (patriarcat, mode de production domestique) et analysé certains de leurs usages durant la décennie 1970. Cette réflexivité a permis à la fois de se réapproprier et de procéder à un retour critique sur tout le travail conceptuel de ces années, en mettant en évidence ce que ces conceptualisations doivent au contexte intellectuel du moment, entreprise qui sera poursuivie pendant le séminaire de l’an prochain.

4En effet, dans le cadre d’une protestation collective contre les modalités d’encadrement et d’évaluation de la recherche et de l’enseignement telles qu’elles ont été définies et votées par les pouvoirs politiques, le séminaire, en accord avec les étudiants, a participé à l’opération « Changeons le programme ! ». Nous avons alors privilégié des regroupements entre séminaires, procédé à la délocalisation hors du milieu académique de certaines séances pour travailler avec des acteurs de terrain (le planning familial, par exemple), et consacré plusieurs séances à une réflexion à la fois conflictuelle et récurrente sur les tensions entre engagement militant et sciences sociales, notamment à propos des féminismes, en se demandant à quelles conditions l’engagement militant peut devenir source de science ou du moins source de connaissance.

5On a par ailleurs donné une série de séminaires sur la genèse et le développement des études féministes en France à l’Université de Bogota dans le cadre du département d’anthropologie, et lors d’un séminaire de recherche du Groupe de recherches féministes. À l’Université de Varsovie, dans le cadre du séminaire du Centre Michel Foucault, on a présenté une critique des analyses récurrentes portant sur l’articulation entre mai 68 et l’émergence du mouvement de libération des femmes, pour mieux interroger la notion de subversion et les agencements entre deux contestations. Lors de cette même mission, on a donné un séminaire à l’Institut de sociologie sur les effets professionnels, juridiques et financiers du statut de conjointes des épouses d’agriculteurs, elles-mêmes agricultrices, pour mettre au jour combien la condition juridique des agricultrices constitue une sorte d’« archéologie » du statut professionnel des femmes, avant la promulgation des lois instituant l’égalité salariale juridique mais non effective entre hommes et femmes.

Publications

  • « Ré-enchanter la vieillesse », Mouvements, n° 59, juillet/septembre 2009, p. 113-122.
  • « La seconde révolution silencieuse : celle des agricultrices ». Paysans, n° 312, novembre/décembre 2008, p. 51-60.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rose-Marie Lagrave, « Sociologie des formes de discrédit », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 475-476.

Référence électronique

Rose-Marie Lagrave, « Sociologie des formes de discrédit », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20114

Haut de page

Auteur

Rose-Marie Lagrave

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals