Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Philosophie et épistémologie

Histoire politique et culturelle de la philosophie moderne

François Azouvi
p. 495-496

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

François Azouvi, directeur d’études

Auschwitz et la philosophie. Le cas français

1Il s’agissait de faire le bilan des années 1945-1950 quant à la façon dont, en France, l’extermination des Juifs a été reçue, pensée, interprétée. L’opinion reçue, tout au moins depuis les années 1980, tient pour acquis que cette extermination a été « occultée », « refoulée », noyée dans la masse des exactions commises par les nazis. On a essayé de montrer que cette interprétation procède d’une lecture anachronique et rétrospective de l’histoire, lecture nourrie par la situation contemporaine de ce que nous appelons Shoah.

2Lus sans présupposer notre présent, les textes de l’époque délivrent une tout autre leçon que celle qu’on croit.

3Sans doute, l’extermination des Juifs n’a-t-elle pas pénétré dans la conscience commune au lendemain de la guerre. Mais il en va tout autrement des élites. Chez elles, la prise de conscience de l’événement spécifique de l’extermination des Juifs a suscité des réactions dont le nombre, la précocité, l’ampleur, sont au contraire ce qui frappe. Dans ce concert de voix, il est frappant que ce soient les chrétiens qui aient été les plus précoces et les plus empressés. Pour deux raisons au moins : parce qu’ils disposent d’une grille conceptuelle pour lire les événements – l’outillage de la christologie et le schéma mort-résurrection ; mais aussi parce que s’accomplit chez eux ce que j’appellerai un travail de la honte, comme on parle d’un travail de deuil. Claudel, Maritain, Mauriac, Fumet, Mounier, même Gabriel Marcel, Madaule, pour ne citer qu’eux, développent une ample réflexion sur le génocide. Les protestants ne sont pas en reste, avec Charles Westphal, J.-J. Bovet et d’autres.

4On a aussi procédé indirectement pour mesurer l’ampleur de cette prise de conscience : par un certain nombre d’événements historiques et/ou intellectuels dont la survenue ne peut pas s’expliquer sans la pénétration, déjà effective, de la conscience du génocide. Ces événements sont : la naissance du négationnisme, les premiers travaux de l’Amitié judéo-chrétienne et la Conférence de Seelisberg, les mouvements de l’opinion au moment de l’affaire d’Exodus et de la création de l’État d’Israël.

5Enfin, on a suivi l’ample production romanesque et cinématographique qui contribue à faire entrer, progressivement, dans la conscience commune l’idée de la spécificité du massacre des Juifs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Azouvi, « Histoire politique et culturelle de la philosophie moderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 495-496.

Référence électronique

François Azouvi, « Histoire politique et culturelle de la philosophie moderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20136

Haut de page

Auteur

François Azouvi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals