Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Signes, formes, représentations

Histoire et théorie de l’art et des images à l’époque moderne

Giovanni Careri et Michel Weemans
p. 514-516

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Giovanni Careri, directeur d’études
Michel Weemans, professeur à l’ENSA de Bourges

Histoire et théorie de l’art et des images

1Le séminaire s’est ouvert avec deux séances consacrées à l’art paléochrétien par Daniele Guastini de la Faculté de philosophie de l’Université La Sapienza de Rome, invité dans le cadre d’un échange d’enseignants Erasmus. À partir d’une remarque de Celse sur le « désordre » des représentations visuelles des chrétiennes, Guastini a montré qu’elles contiennent en effet une forme de désordre antagoniste par rapport aux conceptions grecques. Pour les chrétiens, l’ordre véritable n’est pas actuel mais à venir. Le développement de cette hypothèse a croisé la théologie pauline de l’image ainsi que les thèses de Auerbach sur le sermo umilis selon lesquelles le sublime chrétien ne se réalise pas en séparant les niveaux des langages, mais en les mélangeant. Ces réflexions ont été particulièrement utiles pour la suite du séminaire : la Chapelle Sixtine peut en effet être regardée comme un « montage de niveaux de langage » avec ses parties héroïques et ses parties humbles. Cela nous a conduits à revenir sur le cycle des Ancêtres du Christ où se trouve exprimé le niveau stylistique le plus bas de la chapelle. Nous avons commencé par relire les textes consacrés aux Ancêtres par Edgar Wind, particulièrement ceux qui font de ce cycle une variante de l’iconographie de l’arbre de Jessé. Alors que le déchiffrement iconographique qu’il propose ne peut pas être accepté, l’association des ancêtres aux prophètes et aux sibylles, d’une part, et aux histoires de la Genèse, d’autre part, est riche en conséquence. On peut y reconnaître en effet un modèle historique qui lie la généalogie du Christ avec la suite des générations sous le signe d’un principe d’engendrement eschatologique. Dans les traits de vieillesse et de carnalité qui caractérisent les Ancêtres se trouve inscrite la condition du saeculum, à savoir l’état imparfait du corpus mixtum de la chrétienté après la révélation. S’est alors ouverte pour nous la question de rendre compte de la construction visuelle d’une altérité (juive) qui est aussi en même temps une figuration de la chrétienté (dans son aspect séculaire). En procédant par étapes, nous nous sommes d’abord arrêtés sur la lunette qui représente Joseph et Marie avec le père de Joseph, Jacob, et sa femme. Une analyse des schémas iconographiques à l’œuvre dans cette partie de la fresque nous a permis d’y reconnaître un étrange montage entre une « Annonciation » et une « Nativité », cela correspond à la marque d’un intervalle de temps situé entre la réponse de Marie, qui ouvre le saeculum novum et l’hésitation de Joseph à reconnaître la divinité du Fils, signe de l’attachement du père adoptif au temps ancien de la Loi. Cette hésitation première va avec des traits visuels de vieillesse, de mélancolie et de torpeur qui caractérisent l’ensemble des Ancêtres michelangélesques. Pour asseoir cette interprétation augustinienne de la Sixtine nous avons entrepris une relecture critique des deux articles de Dotson qui ont le mérite de poser la question de l’errance des familles des ancêtres à la lumière de la peregrinatio de l’humanité dans la Cité de Dieu. Dans ce contexte la « découverte » de la source du schéma figuratif des voiles de la chapelle dans une illustration de l’Exode dans la Bibbia Malermi est une confirmation très importante. Les Ancêtres sont l’occasion d’une d’expérimentation à travers laquelle Michel-Ange compose différents éléments visuels pour figurer une humanité plongée dans l’instabilité dans l’opacité et dans l’attente, la quotidienneté frustre de ces personnages correspond à la réalité de la condition humaine telle qu’elle est saisie par la notion augustienne de saeculum.

2En transportant en peinture certaines caractéristiques du saeculum augustinien, Michel-Ange lui a donné quelques traits de la condition des hommes de son temps, saisis à travers des schémas iconographiques et des configurations formelles non idéalisées ou « naturaliste » qui remontent à Giotto et à Masaccio auxquels s’ajoute la composante juive, pertinente dans la perspective historique augustinienne de la Sixtine, entièrement jouée sur une relation ambivalente avec le judaïsme. Une ouverture intéressante est autorisée par cette nouvelle perspective : en effet suivant saint Paul, Augustin considère son histoire individuelle comme modèle de l’histoire de l’humanité : ainsi dans les Confessions, le moment de la conversion est décrit comme un passage à l’ère sub gratia. Avant que cette condition nouvelle et heureuse ne se produise, le narrateur se dit victime des habitudes charnelles, ces « chaînes » intériorisées, jusqu’au plus profond de l’âme sont l’équivalent sur le plan individuel des pratiques d’observance de la loi caractéristiques des juifs et de l’ère sub legem. Nombreux sont les poèmes de Michel-Ange dans lesquels il se plaint de ne pas réussir à se séparer des habitudes charnelles qui le mènent là où il ne veut pas aller et lui font faire ce qu’il hait. Nous sommes à présent en mesure de saisir cette description de la condition humaine comme une figuration de la condition de l’humanité chrétienne dans le saeculum. Autrement dit le sentiment d’insuffisance, le doute et le désir d’être saisi par la Grâce définissent la condition présente de l’individu Michel-Ange mais aussi la condition présente de l’humanité dans l’histoire telle qu’elle est saisie sous les traits des Ancêtres. Se justifient alors nos tentatives de voir des éléments d’autoportraiture dans les fresques de cette partie de la chapelle ainsi que dans les dessins préparatoires. En clôture le séminaire a accueilli Rebecca Zorach, de l’Université de Chicago, qui nous a présenté trois séminaires sur le « triangle comme objet théorique » à la Renaissance.

Publications

  • Avec Xavier Vert, Louis Marin. Le pouvoir dans ses représentations, Institut National d’Histoire de l’art, Paris, (catalogue de l’exposition), Ibid. « Louis Marin : pouvoir de la représentation et représentation du pouvoir », 2008, p. 5-10.
  • Avec Benhard Rüdiger, Face au réel. Éthique de la forme dans l’art contemporain. École des Beaux-arts de Lyon, EHESS, Archibooks, Paris, Ibid. « Introduction », 2008, p. 10-48.
  • Avec François Lissarrague, Carlo Severi et Jean-Claude Schmitt, Traditions et temporalités des images, Éditions de l’EHESS, Paris, 2008, Ibid., « Le temps du jugement », p. 125-136.
  • « Le Centre d’Histoire et théorie de l’art (Cehta) », dans Nouvelles de l’IΝΗΑ, n° 32, avril 2008.
  • « Histoire de famille », dans Perspective, 2008-2, Institut National d’histoire de l’art, Armand Colin, Paris, 2008, p. 251-255.
  • « Giuseppe è Giacobbe, oltre l’iconologia », dans Testure, scritti in omaggio a Omar Calabrese, sous la dir. de T. Lancioni, S. Jacoviello, F. Polacci et A. Mengoni, Protagora, Siena, 2009, p. 41-54.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giovanni Careri et Michel Weemans, « Histoire et théorie de l’art et des images à l’époque moderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 514-516.

Référence électronique

Giovanni Careri et Michel Weemans, « Histoire et théorie de l’art et des images à l’époque moderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20150

Haut de page

Auteurs

Giovanni Careri

Articles du même auteur

Michel Weemans

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals