Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Signes, formes, représentations

Poétiques et politiques en Europe

Philippe Roger
p. 523-524

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Philippe Roger, directeur d’études

Exemples, modèles, types : les reprises littéraires (suite)

1Le séminaire de l’année précédente avait été essentiellement consacré à l’Âge classique ; celui-ci a porté principalement sur le XIXe siècle. De part et d’autre de la ligne de fracture que représente l’émergence de la littérature comme telle, conceptions et pratiques de la reprise s’avèrent profondément différentes. La valorisation romantique de l’originalité et de la nouveauté bouleverse le rapport aux modèles antérieurs, antiques et classiques en particulier. On a donc commencé par étudier les programmes romantiques sous cet angle, en France (Hugo, Musset, Baudelaire) et en Allemagne (Iena et la critique de Hegel, Kierkegaard et Nietzsche). Mais la « néomanie » littéraire a pour parallèle la hantise historique de la reprise : c’est l’analyse célèbre, dans le Dix-Huit Brumaire de Marx, du retour « en farce » ; c’est le thème cher à Michelet des retours d’événements liés au génie des lieux ; c’est la critique, chez Vallès, de la mortifère parodie de l’Antique dans la culture républicaine et révolutionnaire de 1848. Cette historiographie hantée par la répétition naît de la Révolution elle-même : le Mercier du Nouveau Paris (1799) dénonce déjà la manie des « parallèles » entre histoire ancienne et histoire contemporaine, à laquelle cède au même moment le jeune Chateaubriand. Le cas de \’Essai sur les révolutions est doublement intéressant, puisque Chateaubriand, après avoir repris le schème plutarquien du « parallèle », se « reprendra » lui-même, reproduisant pour l’édition des Œuvres complètes son propre texte enrichi d’une énorme glose (auto-critique. La présence à l’École comme enseignante invitée de Fabienne Mcore (Université de l’Orégon) nous a ici été précieuse. Dans la seconde partie de l’année, l’analyse s’est surtout portée sur le phénomène du double (doppelgànger) caractéristique de la littérature romantique. Cette figure se substitue à celle, classique, de Sosie, à laquelle on peut l’opposer structuralement ; et elle semble correspondre à une « internalisation » dans le récit de la reprise bannie comme catégorie légitime de l’activité littéraire mais revenant comme dissociation du sujet romantique lui-même. L’examen d’histoires de doubles : chez Hoffmann bien sûr, mais aussi Gautier, Poe et Dostoïevski, a nourri cette hypothèse. C’est sans nous écarter de la ligne du séminaire, elle-même sinueuse puisque nos dernières lectures ont été consacrées à Sterne et à son éloge par Nietzsche, que nous avons contribué à « changer le programme », en proposant une analyse du discours du 22 janvier 2009 du Président de la République à la lumière des réflexions de Barthes sur les « briques de discours » dans son Journal de Chine (2009).

2Certains aspects de ces travaux ont été présentés lors de colloques : « Miedo de la imagen y amor de los imaginarios », « Imaginarios impulsos de vida », 17-19 octobre 2008, Universidad Nacional Autonóma de Mexico ; « Du grand homme à la femme supérieure », « Corinne et l’Italia di Madame de Staël », Sapienza-Università di Roma, 13-15 nov. 2008 ; « “Je reviens” : découverte de l’Amérique ou retour des stéréotypes », « Land of refuge, land of exile : French writers and artists in the U.S. during the Occupation Years », New York University, 17-18 avril 2009 ; « Le pylone et la cathédrale ; imaginaire de guerre et imagination sociologique chez Roger Caillois », « Passages/Pasajes Roger Caillois », Buenos Aires, 22-24 avril 2009 ; « Roland Barthes entre Tel Quel et Tel Quel », « La Littérature et son double : la critique », Université de Genève, 15 mai 2009 ; « Joseph de Maistre et le “dévouement” », « Actualité de Joseph de Maistre », RGGU, Moscou, 19-20 juin 2009.

Publications

  • Pour une nouvelle pensée de midi, avec des photographies de Nicola Amato, Bari, 2008, 34 p., dans L’Héritage de Barthes, sous la dir. d’A. Compagnon, E. Marty, P. Roger, Tokyo, Misuzu Shobo, 2008, p. 201-238.
  • Coéditeur avec P. Lombardo de « L’Europe romantique », Critique, nos 744-745, juin-juillet 2009.
  • Éditeur de la Journée d’étude « In Memoriam Maurice Lever. Itinéraires d’un curieux. Du côté de chez Sade », codirigée avec S. Menant, Maison de la recherche, Université Paris-Sorbonne, 19 janvier 2008, sur www.cellf17-18.org.
  • Édition critique du cours de La Harpe dans Cours de l’École Normale de l’An III, Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale, sous la dir. de J. Dhombres et B. Didier, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2008, p. 523-620.
  • « “Reste encore, moment si beau” : sur une fausse citation de Faust », dans Empreintes de Barthes, sous la dir. de D. Bougnoux, Paris, ΙΝΑ/Éditions Cécile Defaut, 2009, p. 63-81.
  • « 14-18 : nos soldats de papier », Critique, nos 740-741, janvier-février 2009, p. 146-160.
  • « Il est né le « maître à penser » : aux origines d’une mythologie française », The Florence Gould Lectures at New York University, New York University, New York, vol. ix, 2009, p. 10-29.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Roger, « Poétiques et politiques en Europe », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 523-524.

Référence électronique

Philippe Roger, « Poétiques et politiques en Europe », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20160

Haut de page

Auteur

Philippe Roger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals