Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Signes, formes, représentations

Histoire des contes

Catherine Velay-Vallantin
p. 526-527

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Catherine Velay-Vallantin, maître de conférences

1Cette année, le séminaire a centré ses réflexions sur les articulations entre deux genres, trop souvent distingués, le conte et le fait divers, discutant à cet effet le texte de Roland Barthes, « La structure du fait divers » paru dans Essais critiques, à Paris, en 1964 : depuis qu’il a écrit que le fait divers était « le fourre-tout des inclassables de l’information » et que chaque histoire pouvait être perçue comme « une information totale, immanente, qui contient en soi tout son savoir », il est apparu que « les faits divers sont des écrits clos dans le sens où, comme les contes, ils contiennent en eux-mêmes toutes les informations que leur compréhension nécessite ». Le séminaire a donc poursuivi cette étude en commençant par s’interroger : n’existe-t-il pas des « informations » extérieures aux récits, pourtant nécessaires à leur compréhension ? Le lecteur, l’auditeur ne peuvent-ils exiger d’en être instruits ? Quelle relation entretient le conte avec le récit d’actualité ? Et comment ce récit donné pour vrai développe-t-il ses propres marges ? Deux contes ont été exploités pour mener à bien cette analyse : Le Petit Chaperon rouge, déconstruit selon la légende de la Bête du Gévaudan, et Barbe bleue, revisité d’après celle de Gilles de Rais. Ces légendes ont été traitées d’abord d’après les archives, minutes notariées et judiciaires ; ensuite d’après les réécritures « vraies » et vraisemblables livrées par les occasionnels et les canards des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles. Les contes apparaissent alors comme le fil rouge des reconstructions multiples et surdéterminées de ces faits divers. Mais à leur tour, les contes, relus d’après les légendes, ont été approchés dans leurs supports éditoriaux, de la Bibliothèque bleue à la littérature enfantine. De plus, un des vecteurs les plus opératoires de cette démonstration est l’analyse des récits oraux, en eux-mêmes tout d’abord, puis, une fois collectés et retranscrits, lorsqu’ils sont véhiculés par l’imprimé. On a débusqué leur potentiel d’inventivité, révélé par les rapports texte/image. Les écarts entre ce qui est montré, figuré, représenté, le visible, ce qui est énoncé, déclaré, le lisible et l’audible, et ce qui est inimaginable, sont à la fois des lieux d’échanges et d’oppositions entre l’un et l’autre registre. Pour les chercheurs qui appréhendent l’association du conte et du fait divers, et qui posent interminablement la question de la survivance de ces récits fictionnels au-delà des périodes historiques qui les justifient, seul le traitement simultané des documents, des récits, des supports matériels et des informateurs permet de dévoiler leurs zones de recouvrement générique et explique leur résistance à l’oubli. C’est en restituant les différences entre texte et contexte, entre discours et rituel, entre pratique et écriture, que les sens du conte et du fait divers sont retrouvés. Dès lors, les débats sur l’universalité et l’invariance des contes n’ont plus de raison d’être. Par ailleurs, le séminaire a continué à travailler sur le « premier cinéma » de Méliès et son usage du conte, en particulier sur Barbe bleue, « féerie » filmée de 1901, et sur les dessins animés : comme l’an passé, Sébastien Roffat a assuré une séance sur les contes de Walt Disney (La Belle au bois dormant).

Publications

  • « Charles Perrault en mai 1968 », La Grande Oreille, La revue des arts de la parole, n° 36, novembre 2008, p. 64-69.
  • « Les bottes de Glamour Puss », La Grande Oreille, La revue des arts de la parole, n° 37, avril 2009, p. 39-41.
  • « Comment on manipule le conte », La Grande Oreille, La revue des arts de la parole, n° 37, avril 2009, p. 68-72.
  • « Le conte populaire au Congrès international de folklore de 1937 ou l’apport de l’école historique-géographique finnoise », dans Du folklore à l’ethnologie, sous la dir. de Jacqueline Christophe, Denis-Michel Boëll, Régis Meyran, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2009, p. 391-403.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Velay-Vallantin, « Histoire des contes », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 526-527.

Référence électronique

Catherine Velay-Vallantin, « Histoire des contes », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 26 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20162

Haut de page

Auteur

Catherine Velay-Vallantin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals