Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Signes, formes, représentations

Fonctions imaginaires et sociales des arts et des littératures

Jacques Leenhardt, Hervé Brunon, Catherine Chomarat-Ruiz, Pierre Donadieu et André Torre
p. 528-530

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Jacques Leenhardt, directeur d’études

Paysages et sociétés dans la littérature et les arts aux XIXe et XXe siècles

1Le séminaire de cette année a été divisé en deux semestres distincts : au premier j’ai poursuivi l’étude du paysage dans la littérature et dans les arts visuels en France au XIXe siècle. L’évolution des documents pris en considération et le choix d’analyser le rôle de la photographie dans la production d’un nouveau regard sur la ville nous ont conduits à privilégier les textes et l’iconographie urbains. J’ai attaché une importance particulière à la question de la transition entre la campagne et la ville, ses représentations, ses modèles littéraires. La route et le train, les gares et les espaces de transit ont occupé notre attention. Le paradigme ville/campagne est alors apparu sous des angles très divers, selon les milieux sociaux concernés (analyse de divers textes de Zola, dont La Curée). Ces marges de la ville ont été l’occasion d’une recherche sur les mots qui s’imposent dans ce contexte : urbain, ville, cité, polis, astu, ainsi que les contraires qui leur sont liés : ruralité, rusticité, ban, banlieue, périphérie, couronne, environs, agglomération.

2Après avoir abordé l’espace symbolique de la limite, nous avons étudié essentiellement la rue, prolongeant parfois sa perception au XIXe siècle jusqu’aux années de l’entre-deux-guerres. De Constantin Guys (étudié avec Baudelaire antérieurement) à la photographie de Brassai en passant par le dessin de Seurat, nous avons suivi le processus de construction de la ville comme spectacle urbain. Deux thèmes sont alors apparus particulièrement fructueux : celui de la lumière comme agent d’un regard cinématographique, dans l’image fixe même, et celui de la perspective (la rue comme enfilade) comme motif ou comme thème de la modernité ordonnatrice. De Caillebotte à Brassai une fois encore, nous avons poursuivi la singularité de ce thème tout en établissant un contraste instructif avec une gravure urbaine anonyme du XVIIIe siècle (La rue Quincampoix). C’est dans ce cadre qu’Enrico Bolzoni, doctorant de l’Université de Bologne, a présenté sa recherche sous le titre : Le labyrinthe comme ville dans la littérature française au XXe siècle.

3La seconde partie du séminaire a été menée en collaboration avec plusieurs collègues Luc Bossuet (sociologue, chargé d’étude à l’INRA), Hervé Brunon (historien, chargé de recherche CNRS), Pierre Donadieu (agronome et géographe, professeur à l’ENSP de Versailles), André Torre (économiste, directeur de recherche à l’INRA) et Catherine Chomarat-Ruiz (philosophe enseignant à l’ENSP de Versailles). Il s’est agi de cerner les questions préalables à l’élaboration d’une épistémologie des études sur le paysage.

4Par ailleurs j’ai fait des communications : au Congrès International d’Histoire Ibéro-Américaine à Porto Alegre (Brésil) sur : Expérience sociale et espace pictural dans l’œuvre de Wifredo Lam, sur Sensibilité et socialité, au IVe Symposium national d’Histoire culturelle à Goiânia (Brésil), aux Journées de socioanthropologie consacrées à l’œuvre d’O. Majastre à l’Université Pierre Mendès-France (Grenoble), sur La requalification des territoires, aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône ; sur Le Jardin et la troisième nature, à l’Université de Florence (Italie), sur Le texte du jardin, au colloque : « Le Jardin monument vivant » (Saint-Germain-en-Laye).

Publications

  • Le fond et la surface, en coll. avec Fabienne Barre, photographe, Créaphis, 2008, 128 p.
  • A construção francesa do Brasil, sous la dir. de Jacques Leenhardt, São Paulo, Alderado et Rothschild, Editora Hucitec, 2008, 300 p.
  • « L’envers de la photographie », dans Ernest Breleur, Préface de Jacques Leenhardt, texte de Dominique Berthet, Paris, HC Éditions, 2008, p. 9-16.
  • « Prefácio », dans Narrativas da loucura e história de sensibilidades, sous la dir. de Nádia Maria Weber Santos, Porto Alegre, Editora da UFRGS, 2008, p. 7-8.
  • « Préface », dans L’engagement de l’axiologie nationale dans la lecture d’un roman. Étude de cas à partir d’une enquête comparative des lectures tchèque, française et allemande du roman de Bohumil Hrabal Moi qui ai servi le roi d’Angleterre, sous la dir. de Pierre-Laurent Cosset et Lenka Grafnetterová, Paris, L’Harmattan, collection Logiques sociales, 2009, p. 9-13, trad. tchèque. Prague. Kniznice Sociologiché aktuality, 2009, p. 11-16.
  • « Einfürung », dans Vertikale Gärten, München, Deutsche Verlags-Anstalt, 2009, p. 9-24.
  • « Introduzione », trad. italienne de Ilaria Cicionni, dans Giardini in verticale, London, Verba Volant, 2007, p. 9-24.
  • « Wifredo Lam », trad. anglaise de Gillermina Olmedo, dans Wifredo Lam at Miami Art Museum, Miami, 2008, p. 41-45.
  • « Le Louvre à Lens. Un exemple des politiques de réhabilitation des sites miniers en Europe », Grande Galerie. Le Journal du Louvre, n° 5, 2008, p. 104-105.
  • « Jean-Baptiste Debret : um pintor francês no Brasil imperial », dans A construção francesa do Brasil, sous la dir. de Jacques Leenhardt, São Paulo, Alderado & Rothschild, Editora Hucitec, 2008, p. 25-77.
  • « Do documento naturalista ao documento social : Jean-Baptiste Debret e os pintores viajantes », dans Imagens na História, sous la dir. de Alcides Freire Ramos, Rosângela Patriota et Sandra Jatahy Pesavento, São Paulo, Alderado & Rothschild, Editora Hucitec, 2008, p. 35-46.
  • « Kleine Mythologie des Wasserlaufs », trad. allemande de Regina Sasse, Lendemains, n° 133, Hommages à Michael Nerlich, 2009, p. 123-132.
  • « Roberto Burle Marx na história : do modernismo à ecologia », trad. brésilienne de Pedro Alfonso Vasquez, dans Roberto Burle Marx : a permanência do instável. 100 anos, sous la dir. de Lauro Cavalcanti et Farès el-Dahdah, Rio de Janeiro, Ministro de Estado da Cultura, 2009, p. 84-99.

Jacques Leenhardt, directeur d’études
Hervé Brunon, chargé de recherche au CNRS
Catherine Chomarat-Ruiz, maître de conférences, ENSP de Versailles Pierre
Donadieu, professeur à l’ENSP de Versailles
André Torre, directeur de recherche à l’INRA

Fondements épistémologiques d’une nouvelle science du paysage

5Compte rendu non communiqué

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Leenhardt, Hervé Brunon, Catherine Chomarat-Ruiz, Pierre Donadieu et André Torre, « Fonctions imaginaires et sociales des arts et des littératures », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 528-530.

Référence électronique

Jacques Leenhardt, Hervé Brunon, Catherine Chomarat-Ruiz, Pierre Donadieu et André Torre, « Fonctions imaginaires et sociales des arts et des littératures », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20165

Haut de page

Auteurs

Jacques Leenhardt

Articles du même auteur

Hervé Brunon

Catherine Chomarat-Ruiz

Articles du même auteur

Pierre Donadieu

André Torre

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals