Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Linguistique, sémantique

Linguistique chinoise : histoire de la langue et de ses représentations

Alain Peyraube et Redouane Djamouri
p. 531-532

Entrées d’index

Index thématique :

Linguistique‚ sémantique
Haut de page

Texte intégral

Alain Peyraube, directeur d’études
Redouane Djamouri, chargé de recherche au CNRS

Le groupe nominal en chinois et dans quelques langues d’Asie orientale : analyse diachronique

1Au cours de l’année écoulée, l’histoire et l’évolution des formes nominales du chinois standard et d’autres langues sinitiques (dialectes) ont été étudiées, de l’époque pré-archaïque (XIVe siècle avant J.-C.) à l’époque moderne (XVIIIe siècle). Le système des pronoms et celui des numéraux et classificateurs ont été plus particulièrement analysés.

2Les pronoms de la première personne du singulier (yu, zhen dans les inscriptions oraculaires des Shang, wu dès le haut-archaïque), celui de la première personne du pluriel (wo) et ceux de la deuxième personne du singulier (ru et nai, puis er) ont été caractérisés en tenant compte de leur fonction ou cas (sujet/nominatif, objet/accusatif, possessif/génitif). Le système oppose en général les pronoms accusatifs et nominatifs (yu. ru) aux pronoms génitifs zhen et nai. Nai et zhen, à l’origine, sont donc presque exclusivement génitifs. Zhen, cependant, devient nominatif après les Royaumes Combattants (475-221) et sert alors surtout à l’Empereur pour s’auto désigner. Quant à wo (plutôt pluriel) et er, ils sont attestés dans tous les cas.

3En ce qui concerne le pronom de la troisième personne zhi, il a été montré qu’il était démonstratif jusqu’au XIe siècle avant J.-C, date à laquelle il devient aussi pronom personnel, jamais sujet et presque toujours objet. À l’époque du bas-archaïque, chinois classique par excellence, zhi est objet et qi est possessif. Il n’y a toujours pas de pronoms sujets.

4La deuxième partie du séminaire a porté sur les numéraux et les classificateurs. L’hypothèse a été retenue qu’il n’existait pas de classificateurs dans la langue archaïque, mais simplement des noms de mesure. Les numéraux sont alors immédiatement suivis de noms (numéral + nom) ou parfois, plus rarement, précédés de noms (nom + numéral). C’est seulement vers le Ier siècle de notre ère, en pré-médiéval, qu’on voit timidement apparaître d’authentiques classificateurs, souvent en position post-nominale : nom + numéral + classificateur. Il faudra ensuite attendre l’époque bas-médiévale (vers les VIIIe-Xe siècle) pour qu’intervienne un changement d’ordre des mots, qui a donné la structure actuelle : nom + numéral + classificateur > numéral + classificateur + nom. Il a été montré que ce changement est le résultat d’une réanalyse du constitutant « numéral + classificateur », qui était prédicat, en un modifieur du nom qu’il détermine.

5Le séminaire a été articulé avec celui de Hilary Chappell, directrice d’études à l’EHESS, qui a aussi été consacré aux constructions nominales des langues sinitiques, mais d’un point de vue proprement typologique.

6Ces recherches liées au séminaire ont été présentées lors de plusieurs conférences et colloques internationaux : à l’université de Pékin et à l’Academia Sinica de Taïwan, à l’Académie des sciences de Budapest, à l’université Charles de Prague, lors du XVIIe congrès international de linguistique chinoise à Paris, dans le cadre d’une ANR dirigée par Xu Dan sur la quantification et la pluralité.

7Enfin, plusieurs conférenciers invités sont intervenus dans le cadre du séminaire : Yunji Wu, professeur à l’université de Melbourne en Australie, Walter Bisang, professeur à l’université de Mayence (Allemagne), Umberto Ansaldo, professeur à l’université d’Amsterdam (Pays-Bas), Li Xuping, doctorant à l’université de Mayence (Allemagne), Dong Xiufang, professeur à l’université de Pékin (Chine).

Publications

  • Lao She, Le nouvel inspecteur. Paris : Gallimard, 2008. Traduit du chinois par Paul Bady, Li Tche-houa, Françoise Moreux, Alain Peyraube, Martine Valette-Hémery.
  • Avec Xu Dan, « Hanyu lishi yufa yu leixingxue » (Grammaire diachronique du chinois et typologie), Lishi yuyanxue yanjiu, 2009, 3, p. 47-59.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Peyraube et Redouane Djamouri, « Linguistique chinoise : histoire de la langue et de ses représentations », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 531-532.

Référence électronique

Alain Peyraube et Redouane Djamouri, « Linguistique chinoise : histoire de la langue et de ses représentations », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20173

Haut de page

Auteurs

Alain Peyraube

Articles du même auteur

Redouane Djamouri

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals