Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Économie

Inégalités, croissance et redistribution

François Bourguignon
p. 564-566

Entrées d’index

Index thématique :

Économie
Haut de page

Texte intégral

François Bourguignon, directeur d’études

Les enjeux distributifs de la mondialisation

1Le séminaire magistral 2008-2009 a repris les principaux éléments du séminaire de l’année précédente sur les effets redistributifs de la phase actuelle du processus de mondialisation. La fin du séminaire a été consacrée à une analyse des racines de la crise économique et financière actuelle et de sa relation au phénomène de la mondialisation.

2Les effets distributifs de la mondialisation sont saisis aussi bien au niveau international – inégalités entre pays – qu’au niveau national – disparités entre individus et groupes sociaux au sein des pays insérés dans la mondialisation, ou éventuellement marginalisés par elle. Le séminaire porte autant sur les mécanismes responsables de cette « redistribution » engendrée par la mondialisation que sur les politiques susceptibles d’en corriger les effets négatifs et d’en accentuer les effets positifs.

3Ont été passés systématiquement en revue les divers flux d’échange internationaux dont on peut penser qu’ils façonnent progressivement une nouvelle structure économique mondiale.

  1. Les flux de marchandises et, de plus en plus de services ont crû de façon vertigineuse avant de s’écrouler de la même façon dès les premiers signes de crise. Ils ont certes contribué à l’égalisation des revenus entre pays et à la diminution de la pauvreté dans le monde, mais ils ont aussi accru les disparités et même augmenté la pauvreté au sein de certains pays. Y a-t-il quelque chose d’irrémédiable dans cette évolution. Dans quelle mesure, chaque pays peut-il corriger cette évolution en conservant un effet positif du commerce sur sa croissance ?
  2. Les migrations de main-d’œuvre restent un aspect essentiel de la mondialisation, même si elles jouent à présent un rôle mineur par rapport à la grande mondialisation observée à la fin du XIXe siècle. L’impact distributif de ces mouvements est souvent appréhendé par les populations des pays d’accueil et constitue l’un des freins importants à l’immigration de main-d’œuvre non-qualifiée dans les économies développées. Paradoxalement, cependant, il est difficile de mettre en évidence un tel effet. Ce paradoxe fait l’objet d’une réflexion approfondie dans le séminaire.
  3. Les flux de capitaux sont probablement l’élément dominant du processus actuel de mondialisation, sous toutes leurs formes : investissements directs et dé- ou relocalisation de la production, prêts bancaires, mouvements de portefeuille, etc. Nombre de pays en développement ont été frappés dans le passé par des crises liées à l’afflux ou à l’arrêt subit de ces flux. L’effet de ces crises sur le développement d’un pays peut être considérable et peut toucher plus particulièrement certains secteurs de la population. Bien sûr, la crise actuelle est à mettre en regard de cette financiarisation de l’économie mondiale.
  4. L’« aide publique au développement » est un flux dont l’importance pourrait être cruciale pour la correction des inégalités mondiales de développement. De fait, l’analyse montre que ses effets sont réduits. D’une part parce que ces flux de redistribution ne sont pas aussi importants que ceux que l’on peut observer au sein de communautés nationales. D’autre part, parce qu’ils ne sont pas toujours efficaces dans la lutte contre la pauvreté à l’intérieur des pays qui en bénéficient. L’apparition de la Chine comme un nouvel acteur de l’aide au développement en Afrique marque peut-être un tournant majeur dans cette dimension de la mondialisation.
  5. Les « biens » publics mondiaux. En prélude du sommet de Copenhague, il est évident que la question du réchauffement climatique et de la correction des émissions de gaz à effets de serre devait figurer au premier plan dans une analyse des effets distributifs de la mondialisation. L’enjeu est colossal d’une part du fait des effets différenciés du réchauffement entre pays et au sein même des pays, et d’autre part parce que toute politique de diminution des émissions pose la question du partage du fardeau entre pays et eu sein des pays.
  6. La crise économique et financière. Il était encore trop tôt pour pouvoir dresser le bilan distributif de la crise apparue dans la seconde moitié de 2008. La réflexion a surtout porté sur les causes de la crise et sur le rôle qu’y a joué la mondialisation financière et en particulier ce qu’il est convenu d’appeler les déséquilibres mondiaux, soit l’excédent d’épargne internationale de certains acteurs et le déficit d’autres.

4Travaux en cours : recherches sur les conséquences de la crise, sur le développement et l’aide au développement en Afrique.

Publications

  • Avec M. Bussolo et L. Pereira, The impact of macroeconomic policies on poverty and income distribution, Palgrave, 2008.
  • « Divers aspects de l’inégalité économique et mondiale et son évolution », Annales d’économie politique, Economica, vol. 55, 2007-2008.
  • « Privatisation et développement : quelques leçons tirées de l’expérience », Revue d’économie du développement, décembre 2008.
  • Avec H. Rogers, « Distributional effects of educational improvements ; are we using the wrong model ? », Economics of education review, 26 (6), 735-46, 2008.
  • Avec Β. Snowdon, « The wealth and poverty of nations », World economics, vol, 9, n° 3, juillet 2008.
  • Avec V. Levin et D. Rosenblatt, « International redistribution of income », World development, vol. 37, n° 1, janvier 2009.
  • Avec Martin Browing et Pierre André Chiappori, « Efficient intra-household allocations and distribution factors : Implication and identification », Review of economic studies, vol. 76, n° 2, mars 2009, p. 503-528.
  • Avec S. Chakravarty, « Multidimensional poverty ordering, theory and applications », chap. 18 de Arguments for a better worldessays in honor of Amartya Sen, vol. 1, Oxford University Press, New York, 2009.
  • Avec S. Dessus, « Equity and development : Political economy considerations », partie I du livre No growth without equity ? sous la dir. de Santiago Levy et Michael Walton, Palgrave Macmillan, avril 2009.
  • Avec F. Drouin, M.-O. Simon, H. Paris, « Entretiens – Évaluation des politiques familiales et sociales », Informations sociales, 150/2008, novembre 2008.
  • « La question lancinante de l’efficacité de l’aide publique au développement », L’Ena hors les murs, janvier-février 2009, n° 388.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Bourguignon, « Inégalités, croissance et redistribution », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 564-566.

Référence électronique

François Bourguignon, « Inégalités, croissance et redistribution », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20212

Haut de page

Auteur

François Bourguignon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals