Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Problèmes généraux

Littérature byzantine et russe : une acculturation réussie ?

Jean-Pierre Arrignon
p. 587

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Jean-Pierre Arrignon, professeur à l’Université d’Artois

1Dans cette séquence de cours, nous avons analysé l’adaptation en Russie du Roman d’Alexandre. Le Récit et la Vie du célèbre tsar Alexandre est une des versions les plus tardives du roman grec du Pseudo-Callisthène. Ce Roman, apparu selon toute vraisemblance en langue grecque, ne fut traduit qu’au XIVe siècle par les Slaves du Sud et n’apparaît en Russie qu’au XVe siècle.

2La paternité d’Alexandre est attribuée au roi d’Égypte Nectanébo et non à Philippe. Le Récit conduit Alexandre aux limites de la terre jusqu’à l’entrée du paradis terrestre. Il meurt sur la route du retour. L’histoire d’Alexandre y est profondément altérée et comprend de nombreuses références aux préoccupations médiévales du temps, en particulier à l’eschatologie. Alexandre y est présenté sous la protection du prophète Jérémie.

3Nous nous sommes intéressés à établir le rôle du texte source par rapport à la traduction. Quel sens accorder aux altérations du texte original ? Quelle signification donner aux insertions bibliques ?

4Ce travail nous a montrés combien l’acculturation à une civilisation étrangère est un processus difficile et complexe. Le texte référent n’a de sens pour les nouveaux lecteurs que s’il intègre des éléments de lecture accessibles. C’est à travers le prisme de l’histoire biblique que le traducteur utilise habilement, que le lecteur peut suivre l’épopée d’Alexandre, héros grec et biblique.

5Ce travail, long et méticuleux, s’inscrit dans une recherche plus longue qu’il importera d’affiner. Néanmoins, les étudiants ont bien compris que la traduction médiévale des textes grecs par les Russes n’a pas pour unique objet l’acculturation à un héritage revendiqué et assumé, mais qu’elle doit s’inscrire aussi dans une démarche propre du peuple russe qui veut voir dans le héros grec un modèle proche dans lequel il peut se reconnaître.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Arrignon, « Littérature byzantine et russe : une acculturation réussie ? », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 587.

Référence électronique

Jean-Pierre Arrignon, « Littérature byzantine et russe : une acculturation réussie ? », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20237

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals