Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Étude allemandes

La modernité en question. Politique, religion et culture en Allemagne autour de 1900 [La revue Die Tat et la maison d’édition Diederichs au centre d’un projet réformateur]

Marino Pulliero
p. 597-598

Entrées d’index

Index thématique :

Histoire‚ Études allemandes
Haut de page

Texte intégral

Marino Pulliero

1Nous avons repris d’abord les axes fondamentaux de l’analyse historique développée dans le séminaire 2007-2008, en consacrant les premières séances à une introduction sur le phénomène wilhelminien des « néoreligiosités » et des religions substitutives, ainsi qu’à une récapitulation des motifs les plus marquarts de la première Taf (autour du cercle des frères Horneffer) : nietzschéisme, néoclassicisme avec ses influences néopaïennes, monisme en débat avec le protestantisme libéral autour des grands thèmes comme l’avenir de la religion et du christianisme, ou – sur un plan politique – la séparation de l’église et de l’état (avec un regard sur le modèle français de 1905).

2Le monisme, qui se présente comme l’ersafz de la religion historique ou comme religion de la science, et qui prône une réforme (ou nouvelle forme d’organisation) sociale ex alto, alternative au libéralisme classique, nous a permis de faire la transition de la première à la seconde Taf et au projet de l’éditeur Diederichs auquel nous avons dédié la partie principale du séminaire de cette année. Nous avons reconstitué l’articulation de ce projet réunissant la stratégie d’expansion dans le marché culturel moderne et le syncrétisme idéologique de l’ère wilhelminienne (le Verlag comme supermarché des Weltanschauungen). Par ce biais, nous avons pu donc pénétrer à l’intérieur du « mouvement culturel » (deutsche Kulturbewegung) que l’éditeur prétend « organiser » en développant ses différentes branches pour en produire la synthèse en termes de politique de la culture.

3Nous avons privilégié les axes suivants :

  • Lebensreform bourgeoise, entre monisme pseudo-scientifique et Neuromantik (le cercle de Friedrichshagen, Bölsche, l’avant-garde naturaliste), où la divulgation du darwinisme et l’esthétique « scientifique » rencontrent la philosophie de la nature et l’essor des mouvements proto-écologistes ;
  • Kunstgewerbereformbewegung (le mouvement des « arts appliqués », entre l’artisanat et le modernisme architectural), où s’expriment les tensions du Jugendstil, entre l’art et la technique, l’utopie d’une réforme artistique de la vie et la réalité prosaïque de l’industrie ;
  • Les thématiques de la réforme religieuse ou « néoreligieuse » (Diederichs avec son petit cercle de théologiens radicaux s’opposant au protestantisme libéral) : nous avons mis l’accent sur les refrains de la « religion nationale » (de Lagarde à Arthur Bonus) et sur le renouveau de la mystique (l’invention des Neumystiker y côtoie une reprise de l’ancienne tradition que l’on veut exploiter dans un sens national, comme le démontre l’édition commentée par Hermann Büttner) ;
  • Le projet de « réforme sociale » (autour d’un « socialisme national » alternatif à la lutte des classes marxiste), avec la tentative d’unifier Lebensreformen bourgeoises et social-démocratie révisionniste (Bernstein), à la recherche d’une « troisième voie » à laquelle devrait contribuer l’ensemble des mouvements de renouveau néoreligieux : l’activité de la maison d’édition et les débats de la revue recouvrent en effet un spectre politique très large allant de la droite à la gauche, où le social-darwinisme (voire le socialisme biologique, d’après Diederichs) côtoie le réformisme social et le Kathedersozialismus ;
  • Enfin, le thème des élites autoproclamées, ou de l’aristocratie de l’esprit, en tant qu’épine dorsale d’une réforme ex alto, qui devrait concilier le rôle de guide d’un Kulturparlament (censé intégrer la démocratie parlementaire) avec un modèle de Volksstaat bâti sur un principe d’organisation sociale corporatiste et antibourgeoise.

4Nous avons essayé de pénétrer pas à pas dans l’univers du syncrétisme wilhelminien par l’analyse de ces thématiques, et par le déploiement concret du langage et des débats de l’époque, en soulignant aussi les éléments de cohérence et les synthèses dont le projet de l’éditeur fournit l’exemple et le Verlag le lieu d’accueil : la nouvelle religiosité aurait dû en fournir le « moteur » ou mieux le réservoir d’énergies nouvelles. Nous avons mis l’accent sur le fait que la « religiosité vagabondante » (d’après la définition de Thomas Nipperdey), en fuite des Églises et du christianisme officiel, est évoquée déjà par les différents partis comme l’élément d’une stratégie politique et culturelle, où l’authenticité du phénomène tend à disparaître derrière les enjeux et les stratégies des acteurs.

5L’exposition de ces thèmes et l’analyse historique ont été menées constamment à l’aide des sources, avec lecture des textes de l’époque, en langue allemande et en traduction, dans le but de restituer la spécificité d’un jargon intellectuel qui déteint sur la formation de la pensée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marino Pulliero, « La modernité en question. Politique, religion et culture en Allemagne autour de 1900 [La revue Die Tat et la maison d’édition Diederichs au centre d’un projet réformateur] », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 597-598.

Référence électronique

Marino Pulliero, « La modernité en question. Politique, religion et culture en Allemagne autour de 1900 [La revue Die Tat et la maison d’édition Diederichs au centre d’un projet réformateur] », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20248

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals