Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Europe centrale et orientale

Le fait religieux dans l’espace post-soviétique

Kathy Rousselet et Silvia Serrano
p. 601-602

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Kathy Rousselet, directrice de recherches FNSP
Silvia Serrano, maître de conférences à l’Université d’Auvergne

1Ce séminaire à visée comparative a traité du fait religieux dans l’ensemble des pays de l’espace post-soviétique, de l’influence de l’héritage soviétique sur ces sociétés de traditions religieuses différentes et sur l’impact de la globalisation.

2Un des héritages paradoxaux de la période soviétique est d’avoir permis une articulation étroite entre affirmations religieuse et nationale. C’est en effet à travers la défense de la nation que les institutions religieuses ont acquis dans les années d’athéisme d’État une certaine légitimité ; c’est à la cause nationale qu’elles doivent leur survie. Avec l’effondrement de l’empire et l’affirmation des indépendances, ce lien entre le religieux et le national a été réactivé. Dans le contexte actuel, alors que le nationalisme se développe dans tous les pays sur fond de crise sociale et économique, le religieux est remobilisé à des fins identitaires.

3Nous avons abordé la question de multiples façons. Mathijs Pelkmans (London School of Economics) l’a éclairée à partir de ses recherches sur les conversions de l’Islam à l’orthodoxie en Adjarie (« Believing and acting on the Muslim-Christian frontier in Georgia and Kyrgyzstan »). Silvia Serrano, étudiant également la situation en Géorgie, l’a traitée à partir de ses recherches sur le patrimoine religieux, tout comme Irina Chunikhina, doctorante au Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture, de l’EHESS/CNRS, qui a présenté quelques résultats de sa thèse en cours (L’engagement bénévole des jeunes dans la restauration des églises orthodoxes en Russie postcommuniste. Réflexion sur les résultats d’une enquête auprès de l’Union de jeunes bénévoles « Restavros »).

4Nous nous sommes également intéressés à la gestion politique du religieux dans les différents pays. Celle-ci s’inscrit en partie dans des pratiques politiques anciennes, mais les États empruntent, à l’Occident ou à d’autres régions du monde, des modèles dont il nous est apparu important d’étudier la greffe. Kathy Rousselet est, en particulier, intervenue sur la question de la liberté de conscience en Russie, et Silvia Serrano sur les relations institutionnelles entre Église et État en Géorgie.

5Les nouvelles formes de présence du religieux dans l’espace public des pays post-soviétiques ont amené certains chercheurs, à la suite de Peter L. Berger, à considérer que l’on était en présence d’un phénomène de « désécularisation ». Nous nous sommes interrogés sur la pertinence de cette thèse pour la compréhension de ces sociétés. S’agissant de la Russie mais aussi des États à majorité musulmane (Asie centrale, Azerbaïdjan), il ne fait pas de doute que le religieux dit traditionnel est imposé de plus en plus comme une norme sociale. L’intervention d’Irina Babitch (Institut d’ethnologie et d’anthropologie de l’Académie des sciences de Moscou) sur « La conception de l’État islamique par les Musulmans du Caucase du Nord, dans les années 1990-2000 » et celle de Mairbek Vatchagaev (Université Paris-IV/Panthéon-Sorbonne) sur « Culte des saints et politique en Tchétchénie contemporaine » ont l’une et l’autre montré le poids du fait religieux dans les sociétés étudiées. Kathy Rousselet, quant à elle, est intervenue sur la vénération des nouveaux martyrs en Russie, en particulier Nicolas II et la famille impériale ; elle a présenté les figures du « patriote religieux », telles qu’elle a pu les observer au cours de recherches sur des pèlerinages à Ekaterinbourg. Mais on ne saurait ignorer la présence de logiques qui entrent en contradiction avec toute idée de désécularisation : la pratique religieuse reste, en particulier, très faible dans la plupart des sociétés postsoviétiques étudiées. Kathy Rousselet et Silvia Serrano ont ainsi présenté les résultats des derniers sondages d’opinion sur la question en Russie et en Géorgie.

6La pratique religieuse a également été abordée à travers la présentation de premiers résultats d’enquêtes sur la vie des paroisses en Russie et en Géorgie, respectivement par Kathy Rousselet et Silvia Serrano. Ces travaux permettent d’observer des évolutions intéressantes dans chacun des pays en termes de socialisation religieuse et de rapport à l’autorité religieuse.

7Un dernier point a été étudié : celui de la pluralisation du religieux, en particulier sous l’effet de la globalisation. L’intervention de l’anthropologue Catherine Wanner (Pennsylvania State University) sur « Les chrétiens évangéliques en Ukraine » a permis de cerner les conséquences de l’ouverture du marché des biens de salut et de la mise en concurrence des « cultes établis » avec les religions dites prosélytes en Ukraine. Le chercheur a précisé la position des pouvoirs politiques ukrainiens sur ces mouvements religieux et en a présenté une analyse sociologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kathy Rousselet et Silvia Serrano, « Le fait religieux dans l’espace post-soviétique », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 601-602.

Référence électronique

Kathy Rousselet et Silvia Serrano, « Le fait religieux dans l’espace post-soviétique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20252

Haut de page

Auteurs

Kathy Rousselet

Articles du même auteur

Silvia Serrano

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals