Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Signes, formes, représentations

Giordano Bruno : politique, anthropogenèse et métamorphose

Saverio Ansaldi
p. 623

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Saverio Ansaldi, maître de conférences à l’Université Montpellier-III/Paul-Valéry

1Dans ce programme de conférences, nous avons mis en en lumière les rapports d’implication entre l’anthropologie, l’éthique et la politique de Giordano Bruno à partir des principes majeurs de sa philosophie naturelle. Dans l’« Épître d’explication » à l’Expulsion de la bête triomphante (1584), Bruno affirme en effet que sa morale et sa politique trouvent leur fondement et leur source théorique de légitimation dans la philosophie naturelle de la métamorphose présentée dans les textes à caractère cosmologique. Dans De la cause, du principe et de l’un (1584), l’un de ses ouvrages les plus célèbres, Bruno opère une double critique du platonisme et de l’aristotélisme. Il récuse d’une part la transcendance des normes idéales et hypostatiques du platonisme et du néoplatonisme, et de l’autre il remet profondément en question la théorie aristotélicienne du rapport entre l’acte et la puissance, c’est-à-dire le rapport entre la forme et la matière. L’effort spéculatif accompli par Bruno dans ses œuvres cosmologiques consiste ainsi à penser les formes des êtres dans la matière infinie. Cela revient à dire que la puissance ontologique est toujours actuelle car la forme est la cause immanente et non pas transcendante ou extérieure à la matière. Nous avons par la suite analysé les conséquences éthico-politiques d’une telle problématique. Quel est le sens collectif de l’action humaine dans l’univers matériel infini ? Quelle est la spécificité politique de la puissance humaine ? Et que signifie réaliser politiquement la perfection de l’intellect humain ?

2Dans un deuxième moment, nous avons montré comment l’ensemble de ces thématiques philosophiques, politiques et théologiques se radicalise et se transforme dans les œuvres latines rédigées par Bruno en Allemagne entre 1588 et 1591 (Lampas triginta statuarum, De minimo, De monade, De immenso, De Vinculis). Dans l’ensemble de ces ouvrages, Bruno reprend en effet quatre thèses centrales de sa philosophie naturelle en leur conférant une nouvelle dimension politique. 1) Le thème de la métamorphose ; 2) Le thème de l’anthropogenèse ; 3) La puissance humaine de la métamorphose est l’amour ; 4) Qu’est-ce qu’une politique de l’amour ? Ces quatre axes nous ont permis de montrer comment la pensée politique de Bruno occupe, dans la modernité, une sorte de non-lieu : elle ne peut être classée ni du côté du naissant réalisme de l’État de droit de Bodin ou de Hobbes, ni du côté de l’utopie catholique de Campanella ou de l’utopie progressiste de Bacon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Saverio Ansaldi, « Giordano Bruno : politique, anthropogenèse et métamorphose », Annuaire de l’EHESS,  | 2010, 623.

Référence électronique

Saverio Ansaldi, « Giordano Bruno : politique, anthropogenèse et métamorphose », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2010, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/20276

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals